Search
samedi 17 nov 2018
  • :
  • :

Le Syndicat – Ecole Xavier-Thiriat : parents et élus bloquent la route et provoquent un bouchon jusque Remiremont ! Foi de Syndiciens !

image_pdfimage_print

IMG_0309

La commune de Le Syndicat va perdre une classe de son école Xavier-Thiriat à la rentrée prochaine. Du même coup, l’effectif par classe s’élèvera alors à 27 élèves.

Une perspective que dénoncent les élus locaux et les parents d’élèves. C’est pourquoi ils manifestaient ce samedi 03 février 2018 devant la mairie, le maire Jean-Marie Lambotin en tête.

Ils ont d’abord bloqué la route départementale au grand dam notamment des nombreux skieurs qui se rendaient dans les stations de la Haute-Moselotte. Ensuite, les manifestant se sont rendus au rond-point des Granitiers, bloquant l’accès aux routes vers Gérardmer comme de la vallée de la Moselotte.

Un bouchon s’est rapidement formé sur l’ensemble de la déviation de Saint-Amé jusqu’aux portes de Remiremont. Un blocus qu’ils ont levé en fin de matinée.

D.J.




7 réactions sur “Le Syndicat – Ecole Xavier-Thiriat : parents et élus bloquent la route et provoquent un bouchon jusque Remiremont !

  1. froissard

    Bon exemple à suivre pour défendre nos services publics .Seule une mobilisation, consciente et responsable peut permettre de faire reculer les pouvoirs publics .la casse continue dans les Vosges .pas une semaine, depuis plusieurs mois, ou une fermeture est annoncée, notamment de classes .Dans ces conditions, pas de services publics et d’emplois sur place, les jeunes familles quittent nos vallées .Et l’on s’étonne de la baisse de population, pour expliquer qu’il faut réduire les services publics,, alors qu’il faut faire l’inverse, les maintenir, en les modernisant, pour attirer des jeunes .Les entreprises s’installent, là ou il il y a des commodités et une population, jeune, formée aux métiers dans la filière bois et textile, activités dominantes de nos vallées, en y ajoutant le tourisme .

    répondre
    1. jmv

      Les entreprises s’installent et prospèrent d’abord là ou elles ne sont pas plombées par des torrents de taxes , de contraintes administratives, et par des syndicats archaïques et politisés.

      Et si les services publics étaient la clé pour développer de l’emploi privé, vu le nombre élevé de fonctionnaires couvrants l’hexagone, nous n’aurions pas 6 millions de chômeurs.

      répondre
  2. max

    Bien que cette manif soit louable…..je ne comprendrai jamais pourquoi on dérange de pauvres innocents pour «  » la cause » ».sur les routes …..que peut faire le quidam a son seul niveau pour résoudre des problèmes dont il ne peut avoir aucuns pouvoirs pour faire changer les choses Il serait plus judicieux de bloquer les déplacements de ceux qui on justement les clefs !!

    répondre
  3. Jean Marie Lambotin

    même les maires n’ont aucun pouvoir sur ces décisions,les politiques au plus haut niveau en faveurs des villes au détriment de la ruralité en sont les conséquences,il y a 20 ou 30 ans on entendait parler,au moment de la crise du textile que les vosges allait devenir un département pour les touristes,une zone verte,cela se confirme,il n’y a aucune égalité dans tous les domaines,dotation en faveur des villes,difficultés pour avoir des terrains constructibles,écoles libres à 4 jours,publiques à 4 jours et demi,d’ou de nombreux élèves qui sont partis dans le privé(10 pour nous),27 élèves par classe ici,la moitié au cp en ville dans certaines zones,sur l’égalité on pourrait faire un roman,alors que cela est dans notre devise.

    répondre
    1. lamisol

      Le candidat Macron avait prévu un dédoublement des classes dans les zones défavorisées. Les gouvernements successifs injectent des sommes considérables à fonds perdus dans les banlieues sans jamais en faire un bilan objectif.
      Que sont devenus les 60 000 emplois crées dans l’éducation sous François Hollande?… Surement que la bonne moitié gratte du papier .
      Pour les Vosges, bien que le tourisme soit une opportunité, il ne remplacera jamais le départ de nos industries.
      De plus, beaucoup de petites communes se retrouvent aujourd’hui avec autant ou plus de résidences secondaires que de résidences principales amenant une diminution de la population sédentaire.
      Avec une baisse et un vieillissement de la population et des finances pas au beau fixe, il est à craindre que les fermetures de classes,d’écoles de collèges et de lycées vont se poursuivre encore dans un future proche.

      répondre
      1. jmv

        Sans industries, point de salut.
        Et dans une économie mondialisée, cela ne peut se faire qu’avec une baisse des charges et donc aussi  » de notre modèle social que le monde entier nous envie »……
        Quand on veut rouler en Porsche alors que l’on ne peut se payer qu’une Logan, on finit en general avec l’ huissier aux trousses.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.