Search
mardi 17 juil 2018
  • :
  • :

La Commission européenne sélectionne le Grand Est comme « Région en transition industrielle »

image_pdfimage_print

Ce mercredi 7 mars, la Commission européenne a annoncé officiellement la Région Grand Est parmi les 10 régions sélectionnées à l’issue des deux appels à manifestation d’intérêt « Région en transition industrielle », à Bruxelles.

C’est en présence de la Commissaire européenne à la politique régionale, des représentants des 10 régions européennes lauréates et notamment de Lilla Merabet, Vice-présidente en charge de la Compétitivité, du Numérique et de l’Innovation que la Région Grand Est s’est vue féliciter pour son engagement dans le développement de sa stratégie de spécialisation intelligente (S3).

La Commission Européenne a lancé un appel à manifestation d’intérêt destiné aux régions en transition industrielle pour une étude pilote sur leur S3 ; stratégie de spécialisation intelligente (S3 – Smart Specialisation Strategy) qui vise à identifier les secteurs compétitifs et/ou en émergence afin de se différencier des autres régions européennes, par la capacité à répondre aux enjeux de transition industrielle, de digitalisation de l’économie et de transition écologique/énergétique.

La Région Grand Est a ainsi été retenue pour tester cette opération pilote parmi les 10 régions lauréates, notamment les 3 régions françaises sélectionnées (avec les Hauts-de-France et Centre Val-de-Loire). 

  • La stratégie de spécialisation S3 de la Région Grand Est :

La Région Grand Est a été identifiée par la Commission comme répondant aux critères de région en transition industrielle, du fait de ses caractéristiques post-industrielles, notamment sa politique « Industrie du futur », et de la transition engagée vers une économie bas carbone.

Terre industrielle historique et seconde région industrielle française, le Grand Est réussit ainsi sa transition dans le domaine de l’industrie, apportant à tous la possibilité de se moderniser tout en se trouvant dans une réflexion de transition écologique et de transformation de l’économie par la digitalisation. 

Les 6 filières S3 identifiés en Grand Est sont :

  • les matériaux, procédés, technologies de production en lien avec l’industrie du futur (advanced manufacturing, fabrication d’équipements et de machines, matériaux fonctionnels,…)
  • les agro-ressources et plus largement la bioéconomie
  • la santé (incluant les biotechnologies, les technologies médicales, la e-santé, les matériaux pour la santé et la silver économie)
  • le bâtiment durable 
  • la mobilité durable, l’intermodalité, la logistique et les transports (y compris aéronautique et automobile) en tant que domaines à fort potentiel, à structurer en lien avec le numérique, la recherche et l’innovation, pour circuler mieux, moins et plus vite au service de l’économie
  • l’eau (actions en faveur de l’amélioration durable de l’eau sous toutes ses formes).

Pour la Région Grand Est, cet AMI est l’opportunité de conforter sa politique sur l’industrie du futur, l’un des deux axes du SRDEII (avec la bioéconomie), et de monter en puissance sur ce domaine où elle est fortement mobilisée. 

Cette opération lui permettra aussi :

  • d’évaluer la pertinence des thématiques marchés et les entreprises leaders pertinentes ceci, dans un logique de meilleure utilisation des fonds structurels
  • d’acquérir des bonnes pratiques en matière de coopération transfrontalière et d’attractivité du territoire
  • d’échanger sur l’accompagnement de marchés en émergence
  • de confronter les actions structurantes à celles déjà mises en œuvre dans d’autres régions leaders, dans une démarche de benchmark.
  • Les moyens mis à disposition par la Commission européenne.  

La Commission mettra à disposition des régions test sélectionnées des moyens d’assistance technique spécifiques (étude de 200 000 euros par région sélectionnée, avec en sus l’appui d’experts de la Commission et accès au programme peer-to-peer) pour l’évaluation de leur S3 et la définition d’un plan d’action (2018), ainsi que des subventions – jusqu’à 300 000 euros de FEDER – pour la mise en œuvre en 2019.

Enfin, cet AMI permet à la Région Grand Est d’être identifiée comme région en transition industrielle par la Commission européenne avec la possibilité d’accéder à des fonds européens supplémentaires lors de la programmation du nouveau Programme Opérationnel 2021-2026.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.