Search
dimanche 22 avr 2018
  • :
  • :

Retraites agricoles : Daniel Gremillet se mobilise au Sénat pour leur revalorisation immédiate et appelle le Gouvernement à prendre ses responsabilités

image_pdfimage_print

daniel_gremilletMercredi 7 mars 2018, le Sénat examinait une proposition de loi visant à revaloriser les pensions de retraite du régime des non-salariés agricoles. S’appuyant sur un dispositif de solidarité existant et qui garantit depuis le 1er janvier 2017 un montant de pension minimal pour une carrière complète dans le régime, de 75 % du salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) net agricole, soit 871 euros, le texte de loi proposait de porter ce minimum à 85 % du Smic net agricole, soit 987 euros par mois. Adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale en février 2017, il suffisait qu’elle le soit également au Sénat ce mercredi pour que la réforme s’applique immédiatement avec un effet rétroactif pour les pensions versées depuis le 1er janvier 2018. C’est la position que le sénateur des Vosges, Daniel Gremillet entendait porter aux côtés de ses collègues. 

« La réalité des retraites agricoles et des hommes et des femmes qui ont travaillé dur toute leur vie, trop souvent dans l’incertitude du lendemain, reste extrêmement brutale et insupportable et justifie une action politique forte et résolue qui n’a que trop tardée » a ainsi plaidé Daniel Gremillet.

Bémol, en lieu et place de l’adoption à l’unanimité annoncée au Sénat, c’est un véritable coup politique qui s’est joué ce mercredi dans les murs de la Haute Assemblée. Et pour cause, le Gouvernement a choisi volontairement d’ajourner la réforme de la revalorisation des retraites agricoles en ayant recours à une procédure rarissime dite du « vote bloqué » qui oblige les sénateurs à se prononcer sur le texte de loi examiné en ne retenant que les amendements proposés ou acceptés par le Gouvernement, empêchant de fait tout débat. En l’occurrence, l’amendement porté par le Gouvernement ce mercredi proposait de reporter la réforme des retraites agricoles à 2020. Dénonçant de manière unanime ce passage en force et ce subterfuge, les sénateurs ont donné un nouveau rendez-vous au Gouvernement dans quelques semaines, l’obligeant à revoir sa copie et à prendre ses responsabilités. 

« C’est un beau gâchis» a déploré Daniel Gremillet à l’issue de cette journée alors que le vote unanime des députés et des sénateurs permettait une application immédiate de la revalorisation des pensions de retraite. « Et cette revalorisation n’entrait pas en contradiction avec la refonte annoncée de l’ensemble des systèmes de retraite. Le niveau des pensions agricoles sont tellement faibles actuellement qu’on ne peut envisager que les agriculteurs demeurent en deçà du seuil de pauvreté. Le seuil de 85% du SMIC net agricole reste insatisfaisant et nous ne pourrons régler le problème des retraites agricoles sans régler en parallèle celui du revenu de nos agriculteurs. Mais ce texte de loi est l’occasion d’envoyer un signal fort auprès du monde agricole et n’empêchait pas d’envisager une nouvelle revalorisation sur cette base des 85 % à l’horizon 2020 alors qu’il y a urgence à redonner des perspectives d’avenir à nos agriculteurs, en particulier aux jeunes générations. Je resterai donc mobiliser au cours des prochaines semaines. ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *