Search
vendredi 20 avr 2018
  • :
  • :

Vosges – Revalorisation des retraites agricoles : le sénateur Jackie Pierre dénonce un « coup de force » du Gouvernement

image_pdfimage_print

pierre_jackie04088sUne proposition de loi votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale il y a plus d’un an et adoptée aussi à l’unanimité par la Commission des Affaires sociales du Sénat, était à l’ordre du jour de la Haute assemblée ce mercredi 7 mars 2018. La proposition prévoyait notamment de faire passer le minimum garanti pour les anciens chefs d’exploitation de 75 % à 85 % du smic net agricole, soit de 871 euros à 987 euros par mois.

« Le texte, à l’initiative des communistes, avait réussi à faire consensus (cas assez rare pour être souligné !) au Parlement, rendant son adoption quasiment acquise. C’était sans compter sur l’intervention du Gouvernement qui au dernier moment a décidé de déposer un amendement repoussant son application à 2020, considérant que « l’amélioration des petites retraites agricoles ne peut être envisagée indépendamment des autres évolutions qui affectent notre système de retraites ». Comble d’un certain cynisme ou, au minimum, d’une impréparation » s’indigne le sénateur Jackie Pierre dans un communiqué de presse.

Pour faire passer son projet, le Gouvernement a décidé de demander in extremis un vote bloqué sur le texte, obligeant les sénateurs à se prononcer, par un seul vote, sur le texte, amendement compris. « Ainsi que l’a indiqué le Président du Sénat Gérard Larcher, si la procédure du vote bloqué est constitutionnelle, la méthode est pour le moins contestable ; le Président de la commission des lois, Philippe Bas ira jusqu’à la qualifier « d’abus de droit ». Dégainer l’article 44 alinéa 3 de la Constitution est une manœuvre rarissime sur une proposition de loi qui montre le peu de cas que le Gouvernement fait du Parlement. En effet, voter contre l’amendement revient à rejeter tout le texte et interrompre la navette parlementaire ; voter pour l’amendement permet de continuer la navette parlementaire tout en acceptant que la revalorisation soit reportée à 2020, conformément à la volonté du Gouvernement. Ce processus de rationalisation du pouvoir (rarement utilisé) permet de mettre un terme à une discussion lorsqu’elle s’éternise. En l’espèce, l’utilisation de cette arme avant toute discussion du texte témoigne du mépris exercé à l’égard des parlementaires en ce qu’ils se retrouvent d’emblée privés d’une liberté essentielle, la liberté d’amendement » poursuit Jackie Pierre.

Lors de son intervention en séance, le sénateur vosgien, qui s’apprêtait à voter le texte, a dénoncé à ce titre « l’attitude du Gouvernement et son coup de force contribuant à dégrader encore la situation des agriculteurs ». Il a rappelé « leurs difficultés extrêmes et l’injustice qui est la leur de ne pouvoir disposer d’une vie décente malgré une vie de dur labeur ».

Selon Jackie Pierre, « la tentative du Gouvernement a pour le moment échoué puisque face à la menace qui pesait sur l’adoption du texte, les sénateurs du groupe CRCE (à majorité communistes) ont reporté l’examen de la proposition de loi dans le cadre de leur ordre du jour réservé au mercredi 16 mai. Le temps de convaincre le Gouvernement », c’est en tout cas ce qu’espèrent l’élu vosgien et bon nombre de ses collègues, toutes tendances politiques confondues, « désireux d’élever le débat hors clivages politiques, à la faveur des agriculteurs et d’une reconnaissance nécessaire, légitime et urgente de leur travail ! ».




Une réaction sur “Vosges – Revalorisation des retraites agricoles : le sénateur Jackie Pierre dénonce un « coup de force » du Gouvernement

  1. froissard

    Ils n’ont pas honte ( Le Gouvernement ) C’est un camouflet pour les retraites agricoles . Une nouvelle entrave au travail parlementaire  » un mépris total et grave pour les agriculteurs  » Une proposition de loi communiste était en bonne voie d’être adoptée , au Sénat,alors qu’elle approuvée, il y a1 an à l’assemblée nationale Il s’agissait de revaloriser les retraites agricoles à 85 ù du SMIC net pour une carrière compléte .Il faut dire que le montant moyen des retraites versées au million et demi, de retraités agricoles est de 710 euros, en dessous du seuil de pauvreté, qui s’établit à 840 euros .Ce coup de force contre le parlement, qui vient après les ordonnances, illustre le mépris de l’exécutif qui fait du parlement un paillasson . Quel cynisme de la part du Président MACRON, qui au salon international de l’Agriculture, tentait d’opposer les agriculteurs à ceux qui ont un statut et seraient des privilégiés . Les agriculteurs veulent vivre dignement de leur travail . Salariés et travailleurs indépendants (ouvriers-paysans-artisans et commerçants ) nous avons des intérêts communs à défendre, ce qui doit nous rassembler pour résister et s’opposer à tous les mauvais coups de ce gouvernement, qui est l’ami des riches nantis, qui ne travaillent pas et gagnent de l’argent en dormant, pour toujours plus de profit pour les actionnaires .Toute cette oligarchie se goinfre sur le dos de la bête ( le peuple ) Diviser pour opposer, est une erreur politique qui peut couter cher et nous entrainer dans des aventures, comme en Hongrie, en Autriche et en Italie, là ou la peste brune guette aux portes de l’Europe .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *