Search
vendredi 16 nov 2018
  • :
  • :

Remiremont – Les taux de l’imposition locale restent inchangés

image_pdfimage_print

acces

18 points à l’ordre du jour du conseil municipal lundi 9 avril 2018. Un seul d’entre eux a véritablement suscité le débat, celui du budget primitif 2018. La minorité municipale s’est abstenue de le voter.

Un budget en baisse de 24,5 à 22 millions d’euros avec deux investissements majeurs : le manège du centre hippique pour 495.000 euros et le musée pour 580.000 euros. Un budget dont l’investissement est réduit à 6,5 millions alors que le fonctionnement se chiffre à 15 millions.

Ce budget privilégie la réduction des dépenses de fonctionnement (3,9 %), le développement de nouvelles recettes de fonctionnement avec l’optimisation des tarifications des locations de salles et des équipements, le maintien d’un certain niveau d’investissement, la recherche active de nouveaux financements et un recours à l’emprunt maîtrisé afin d’augmenter les recettes d’investissement, déjà limitées en 2017 et la maîtrise de la fiscalité des ménages.

A ce titre, les taux d’imposition locale restent inchangés : 17,85 % pour la taxe d’habitation, 23,56 % pour la taxe foncière bâtie et 50,33 % pour la taxe foncière non bâtie.

Jean-Benoît Tisserand déplore “une capacité d’autofinancement qui diminue de façon très inquiétante, elle a fondu de 1 million d’euros, à 700.000 euros. C’est pourquoi, on s’abstient sur le vote du budget principal”. Jean Hingray lui a rétorqué qu’”en recourant plus à l’emprunt, Jean-Paul Didier avait  plus de fonds de roulement”.

Hugues Laine dénonce « la méthode consiste à promouvoir le dialogue et la transparence en mettant tout en place pour que ni l’un ni l’autre n’aient la moindre chance d’aboutir ».

De son côté, Yves Valusek a relevé que “l’eau augmente de 10 %”. Le mètre cube sera facturé 0,8604 euros à partir du 1er janvier 2018 et la surtaxe 0,2194 euros par mètre cube contre 0,1959 euros par mètre cube en 2017. Jean Hingray a rappelé que ces tarifs son inférieurs à plusieurs communes voisines.

 

Pour le reste, les élus ont voté à l’unanimité :

– la vente à Vosgelis de l’immeuble communal situé aux travailleurs pour 130.000 euros.

– la vente de la maison du 8 rue du Général Humbert pour 140.000 euros

– la vente de l’appartement de la Résidence l’Empereur pour 67.000 euros

– une subvention globale de 2.647 euros pour les sept associations dont les bénévoles ont assuré le stationnement du Carnaval vénitien

– le compte de gestion 2017 (ville, service des eaux, assainissement et forêt communale)

– le compte administratif 2017 (ville, service des eaux, assainissement et forêt communale)

– l’affectation des résultats de l’exercice 2017 (ville, service des eaux, assainissement et forêt communale)

– le bilan 2017 du fonds de compensation de la TVA pour 22.712,88 euros.

– les recettes 2017 de la taxe locale d’équipement pour 12.350.69 euros.

– le bilan 2017 des travaux d’Investissement en Régie pour 140.196,99 euros.

– les participations syndicales du budget 2018 : 18.122,89 euros pour la voie verte, 92.908,88 euros pour le budget scolaire et 368.268,60 euros pour le budget assainissement, 1.000,00 euros pour le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges

– l’amortissement des biens du service des eaux.

– l’amortissement des biens du service de l’assainissement.

– le tarif 2018 de la redevance d’assainissement de 1,0608/m3 contre 0,9644/m3 en 2017.




11 réactions sur “Remiremont – Les taux de l’imposition locale restent inchangés

  1. philippe

    les taux ne changent pas

    mais le service public baisse en qualité et en quantité….

    cela traduit un manque de dynamisme de l’équipe en place

    répondre
    1. Arthur

      Les taux ne changent pas mais la base de calcul dérive vers le haut tout naturellement, donc plus de revenus pour la commune

      Plus de d’activités péri scolaire â payer (surtout en frais de personnel)

      Vente de biens communaux pour plus de 300 000 euros

      Mise en location de l’espace Volontaire

      Pas de gros travaux

      Activités déléguées à la Comcom (école de musique…)

      Moins de ramassage d’ordures ménagères

      Diminution des heures d’ouverture de la Mairie

      Diminution de l’aide aux associations

      Augmentation des tarifs de location des salles communales

      Etc

      Il y a un hic ou un trou quelque part

      Où ?

      répondre
  2. pernille

    et la Mairie agit comme un privé

    elle loue aux associations afin de rentabiliser ses espaces…. mais il y a concurrence… toutes les animations vont avoir lieu en périphérie

    c’est tout gagnant pour Monsieur le Maire qui ne sera pas obligé de faire nettoyer les rues

    ne faisons rien, de dépensons rien, ne calculons pas mais empruntons c’est facile

    répondre
    1. J.Charles

      ?…
      Je peux vous confirmer que les associations romarimontaines ne payent pas de loyer pour les salles qu’elles utilisent, sauf si elles en tirent recette au travers d’une billetterie.
      Si il y a loyer, c’est uniquement dans le cadre d’une convention entre la ville et l’association, quand elle bénéficie d’un usage exclusif par exemple, et encore, le plus souvent ça se limite aux fluides.
      La plupart des conventions datent des municipalités précédentes.
      Pour ce qui concerne les emprunts, je vous renvoie aux explications de Monsieur le maire lors du Conseil Municipal.

      répondre
  3. contribuable

    Il ne suffit pas de se référer en permanence à Poncelet pour être Poncelet. Le budget 2018 en est la preuve.
    Les budgets de Christian Poncelet étaient construits selon la règle d’or d’un équilibre entre les sections d’investissement et de fonctionnement le plus proche possible des 50-50.
    Son successeur, formé à son école de rapporteur du budget à l’Assemblée Nationale a tenu le cap.
    En 2016 encore, l’équipe suivante avait réussi à maintenir le budget d’investissement à 11 millions d’euros et celui de fonctionnement à12 millions.
    Pour 2018, Jean Hingray a réduit l’investissement à 6.5 millions, soit une baisse de 40 %, et a fait bondir le fonctionnement de 25 % pour l’amener à 15 millions.
    Tous les gestionnaires responsables savent que c’est bien l’investissement qui fait la richesse et la force des villes et non la communication, et que si les temps sont plus difficiles ce n’est pas sur les infrastructures qu’il faut être vigilant mais sur le fonctionnement.
    A ce rythme-là, dans 5 ans, la ville est en perdition.
    Par ailleurs, il faut cesser de dire que l’argent « coulait à flots et qu’il était facile. Quand M. Poncelet allait à Paris, il mettait sa pugnacité au service de la commune et non pour ramener des subventions à des amis privés.
    Enfin, le cabinet proche, pourtant réduit de moitié par rapport au cabinet actuel, savait être combattif, avait réussi à se constituer un réseau utile dans les instances départementales, ouvrait les bonnes portes au bon moment. Les subventions ne sont jamais arrivées seules sur le bureau
    Le rapport de 30-70 proposé au budget 2018 engage très mal l’avenir de Remiremont.

    répondre
  4. G2b

    Heureusement que les taux n augmentent pas, les impôts locaux TF et TH sont à un niveau confiscatoire à Remiremont, et ce sans contrepartie de services publics dignes de ce nom.

    répondre
  5. Philippe

    L’analyse faite par « Le Contribuable » résume parfaitement la situation et la vérité est dite. Si le maire actuel de Remiremont fait souvent référence à M. Poncelet, il est bien loin d’en appliquer la ligne de conduite. Oui, il faut privilégier l’investissement et réduire les dépenses de fonctionnement, à commencer par les personnes qui entourent directement le maire. Quant au service communication de la ville, l’efficacité est loin d’être omniprésente, il suffit de se référer au site internet de la ville très peu actualisé…

    répondre
  6. le LUTIN

    Ce budget est du grand n’importe quoi

    aucun respect de la règle 50 % investissement, 50 % fonctionnement

    Si cela continue comme cela nous seront à 100 % de fonctionnement pour le Cabinet et la Communication de Monsieur le Maire

    il faut se bouger, rechercher les subventions, se mettre dans la ligne des programmes qui sont « aidés » par le gouvernement, la région, le département et l’Europe

    c’est un budget de laxiste et de paresseux

    On attendait un peu plus de dynamisme d’un maire jeune…. le jeunisme c’est pas l’apathie, l’indifférence, l’inertie, la mollesse, la nonchalance, la passivité…

    Il faut se bouger un peu, faire entendre la voix de la ville

    nous sommes dans les programmes régionaux et départementaux à minima… les sommes inscrites sont justes là parce qu’il serait indécent qu’il n’y ait rien

    même le président Macron ne vient pas nous voir !!!

    c’est du joli tout cela

    répondre
  7. Thierry

    Quand on lit que les associations ne payent pas, c’est une vaste blague. Le prix des locations demandées est tellement élevé que même en proposant une billetterie il reste très difficile pour une association de rentrer dans ses frais. Remiremont se meurent depuis que les manifestations ont été reprise par la mairie, qui a pourtant un personnel nombreux au service animation : plus de Très Tôt de Mai, plus de nocturne d’été, … Sans parler des association qui doivent se débrouiller seule avec la sécurité et à qui on ne sait donner des directives.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.