Search
lundi 16 juil 2018
  • :
  • :

Saulxures-sur-Moselotte – Dégâts des sangliers : le ras-le-bol d’agriculteurs

image_pdfimage_print

P1060152

A Saulxures-sur-Moselotte, les agriculteurs du secteurs des Tayeux sont  à bout de nerfs. Chaque matin, le même spectacle de désolation vient leur empoisonner la journée. Une horde de sangliers profite de la nuit pour retourner leurs près de fauche à la recherche des racines de pissenlits. C’est en ouvrant leur volets qu’ils ne peuvent que constater les dégâts car les sangliers sévissent désormais jusqu’au pied des fermes !

“Depuis la fameuse année 2003, les sangliers s’étaient calmés. Mais cette année, ils reviennent à la charge. Ils sont malins, ils saccagent le plus beau des terrains” déplorent Joël Lambert et son voisin Claude Leuvrey. Tous les deux dénoncent la surpopulation d’autant qu’avec les bois tombés lors de la tempête de janvier, “ils ont trouvé nouveaux abris, ils se cachent sous les sapins”.

Chaque jour, les deux agriculteurs ne comptent plus leurs heures à remettre en état leurs terres, crochet en mains, alors qu’ils ont bien d’autres tâches à remplir avec le retour des beaux jours. Ce n’est pas l’indemnisation  versée par les chasseurs qui viendra tempérer leur amertume. Elle apparaît bien dérisoire au vu de l’ampleur du préjudice. A ce point que la première coupe, traditionnellement aux environs de la fin mai- début juin, est aujourd’hui fortement compromise.

Trop, c’est trop ! Joël Lambert réclame des mesures fortes de la part de l’ONCFS (Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage). “La chasse au sanglier ne peut reprendre officiellement que le 1er juin. On ne peut pas attendre encore deux mois ! Il faut que les autorités prennent la décision de réduire le nombre de sangliers dès maintenant comme elles l’avaient fait en 2003. Deux sangliers avaient été tués à l’Ascension”.

La belle saison ne fait que commencer mais celle de ces agriculteurs saulxurons est malheureusement déjà mal emmanchée.

D.J.




5 réactions sur “Saulxures-sur-Moselotte – Dégâts des sangliers : le ras-le-bol d’agriculteurs

  1. le petit rapporteur

    Je ne suis pas un pro chasse mais force est de constater que si l’homme ne joue pas le rôle de régulateur dans la population du gibier ces phénomènes seront de plus en plus fréquents … n’en déplaise aux anti chasse ( ou aux anti tout ! ) . Partout et depuis la nuit des temps, l’homme peux vivre en compagnie d’animaux domestiques ou sauvages mais pour une belle harmonie c’est toujours une histoire de compromis …

    répondre
  2. lucien.g

    Lorsque les sangliers mangent dans les prés, les agriculteurs se plaignent, lorsque les chasseurs agrainenet pour limiter les dégâts, les écolos se plaignent ! Faudra trouver un juste milieux !!!!

    répondre
  3. lène hervé

    Les chasseurs sont parfois également agriculteurs, qui pratiquent le nourrissage en forêt, avec le maïs (qui a échappé aux sangliers dans les champs ?)
    Oui bien sûr, on nourrit pour qu’ils ne sortent pas, mais il y a quand même une « légère » contradiction, n’est-ce pas ?

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.