Search
dimanche 19 août 2018
  • :
  • :

Athlétisme – Athlé Vosges EC monte en nationale 1A ! Après le second tour des interclubs.

image_pdfimage_print

2018_05_20_Belfort victoire équipe

L’union fait la force, c’est ce que peuvent se dire les sociétaires de l’Athlé Vosges Pays de Remiremont ( AVPR ex ASRHV ) à l’issue du second tour du championnat de France des clubs d’athlétisme qui réunissait à Belfort en ce dimanche 20 mai les équipes d’ Alsace Nord, Belfort-Montbéliard, Besançon-Doubs sud, Bourgoin Jalieu, Chambéry, Nancy Métropole et Strasbourg Métropole. En effet   les 16 sociétaires d’ AVPR sélectionnés dans l’équipe D’Athlé Vosges Entente Clubs  avec leurs camarades d’entrainement d’Epinal, Gérardmer et de la plaine vosgienne ont mouillé le maillot jusqu’à le tordre pour arracher cette victoire qui fera date par son âpreté.

Le perchiste Arthur Schild.

Le perchiste Arthur Schild.

L’enjeu était de taille, puisque seul le premier club de la rencontre accédait au niveau supérieur (niveau Ligue 2 en football). La compétition avait très mal commencé puisque le marcheur du club se faisait d’entrée durement disqualifier et que deux blessures impromptues avaient contraint à remodeler l’équipe au dernier moment. Qu’à cela ne tienne, les protégés du président Pierre Beretta entraient en jeu. Tout d’abord Arthur Schild en s’assurant la seconde place du concours à la perche confirmait sa progression actuelle (4 mètres 90) alors que son frère Raphael accrochait la 5° place. Puis Anne-Cécile Normand se rappelait au bon souvenir de tous en expédiant le boulet de 4 kg à 11 mètres 38. Mais surtout la jeune armada formée par les incroyables coaches que sont Jean-François Perry, Jean-Marie Broggi et Tony Da Silva ne craquait pas.

La perchiste Amélie Perrin.

La perchiste Amélie Perrin.

Bien au contraire, elle donnait de mille feux explosant les records personnels : Noémie Da Silva et Marie Hocquaux sur 800 mètres, Louise et Amélie Perrin à la perche, Lucie Belli, Arnaud Mange et Jean Loup Paquotte sur les haies, Anaïs Moly et Elsa Raimondez en sprint et enfin Marine Fourroux et Antoine Ciman au saut en longueur s’en donnaient à cœur joie. L’exploit final fut transformé par une impériale Clémence Beretta écrasant la concurrence pour acter la meilleure performance absolue de la rencontre (1.055 points pour son club) et signer la seconde meilleure performance française de l’année au 3.000 mètres marche. Et comme dans le même temps les athlètes des autres sections d’Athlé Vosges EC surfaient sur la même dynamique, c’est un éclatant succès qui venait saluer ceux que certains avaient vite enterrés ou considérés comme de simples « rustiques campagnards  »…

La marcheuse Clémence Beretta (à droite)  à la coupe du monde du 06 mai et avec sa coéquipière  le 20 mai 2018.

La marcheuse Clémence Beretta (à droite) à la coupe du monde du 06 mai et avec sa coéquipière le 20 mai 2018.

En parallèle, l’équipe réserve en nationale 2 à Dijon a parfaitement rempli son contrat. Dans cette équipe, 18 athlètes du Pays de Remiremont ont fait feu de tous bois à l’image de l’étonnant débutant Hugo Antoine sur 110 mètres haies ou des épatants petits jeunes : Pierre Bernard, Eva et Mathéo Boiron, Sarah Boeuf, Léa Cagnin, Ambre Clemot, Valentine Destrez, Lina Farhi, Maxime Miranda, Marc Robert ou Marine Xolin par exemple.

Un week-end faste qui permettra aux roses et gris d’affronter l’an prochain à l’échelon supérieur de grosses cylindrées de l’athlétisme national. Hélas, du fait d’installations obsolètes, depuis maintenant de nombreuses années le club ne pourra pas accueillir une finale nationale et sera contraint à un coûteux déplacement…

Place aux plus jeunes maintenant avec dès samedi 26 mai 2018 le championnat départemental pour les benjamins et minimes à Béchamp à partir de 13 heures 30.




4 réactions sur “Athlétisme – Athlé Vosges EC monte en nationale 1A !

  1. FAKENEWS

    On pourrait dire plutôt « remonte » en N1A, en effet depuis 2 ans le club AVEC était complétement enlisé en N1 B, remonté en N1 B est juste normal pour un club qui compte plus de 1300 licenciés.
    Par contre, cette entente n »atteindra JAMAIS le niveau supérieur (ELITE A & ELITE ) ,car il y a un monde entre la N1A et l’élite. Pourtant c’était l’objectif clairement annoncé lors de la création de cette entente en 2010 ….

    répondre
  2. TRAILEUR88

    « Hélas, du fait d’installations obsolètes, depuis maintenant de nombreuses années le club ne pourra pas accueillir une finale nationale et sera contraint à un coûteux déplacement…  »

    En effet, le stade de Béchamp est vieillissant, mais surtout il manque 2 couloirs pour pouvoir espérer recevoir une compétition interclubs évoluant en Nationale 1A, mais heureusement, il y a une solution pour le club AVEC, le stade de la Colombière à Epinal (situé à 15min en voiture de Remiremont) qui sera bientôt doté de 8 couloirs et même d’un stade d’échauffement et comme le club d’Epinal est une section locale du CLUB AVEC (comme AVPR à Remiremont), je ne vois pas le problème que Béchamp soit obsolète, il faut savoir mutualiser ses moyens au niveau des installations, AVEC sait très bien le faire au niveau sportif !
    Et puis un stade 8 couloirs à Remiremont, pour éviter un couteux déplacement pour 16 athlètes comme vous l’écrivez dans votre article, n’est pas un argument sérieux ! un stade 8 couloirs, c’est 1 million d’euros « mini » (et même avec des aides, cela reste de l’argent public, financé par le contribuable). Cela couterait moins cher que la commune alloue une aide exceptionnelle pour aider à déplacer 16 athlètes + ses dirigeant, soit environ 20 personnes. Un déplacement comme les interclubs c’est environ 150 €/personne (hotel, déplacement, repas) soit 20 x 150 € = 3000€, donc construire une piste de 1 million d’euros pour faire économiser 3000€ /an …

    répondre
    1. runner88

      Oui je suis d’accord 3000 euro de déplacement pour 1 million d’euro d’investissement ,il n’y a pas à réfléchir .
      Mais avez vous seulement eu à vous entrainer 3 à 5 fois par semaine sur cet piste USEE., ce qui est le cas pour au moins 200 athlètes dont je fais partis cela se résume facilement « courbature ,douleur genoux, contracture ,piste qui glisse par temps de pluies « ce qui n’était pas le cas lorsqu’elle étais en bonne état

      Avant de penser à certains intérêt économique ne devrions nous pas penser aux jeunes, qui porte avec fierté les couleurs de la ville de Remiremont, n’ont il pas eux aussi droit à des infrastructures de qualités?

      répondre
      1. TRAILEUR88

        Cher runner88,
        On ne peut pas faire des raccourcis aussi simplistes qu’une piste usée génère des courbatures, contractures, douleurs au genou… elle favorise peut être les périostites et encore, une piste même usée sera toujours moins dure que le macadam, ou moins traumatisante qu’une descente dans un trail.

        Ce n’est pas l’usure de la piste qui favorise un risque de blessure, c’est le travail sur piste en général, car sur piste, on fait des séances de qualités, des séances rapides qui génèrent énormément de contraintes mécaniques sur les muscles:tendons et le squelette, il ne faut pas croire qu’un tartan tout neuf va tout résoudre.
        Mais je pondère mes propos précédents, une piste neuve à Béchamp ne serait pas un luxe, au moins les 2 premiers couloirs (99% de l’utilisation d’une piste se faite au couloir 1), il serait plus agréable de fouler une piste plus souple et avec un meilleur « grip » par météo humide. Je foule personnellement la piste 2 fois par semaine et en effet le couloir 1 est usé, mais cela est suffisant pour ma pratique.(et donc pour la plupart de athlètes de l’AVPR).

        Mais j’aimerais vous éclairer, car vous me semblez être un débutant sur les 2 principales causes de blessure chez le coureur selon 75 études internationales (source PUB MED 2012-2018) :

        La 1ere cause de blessure du coureur sont dues à un entraînement mal conduit, trop rapide, trop quantitatif, trop qualitatif, inadapté, non individualisé, sans progressivité … etc. Vous me parlez de 3 à 5 séances par semaines ! qui fait 5 séances sur pistes par semaine ? PERSONNE même les athlètes de haut niveau, 3 est un grand maxi ! et encore ! Faire 5 séances sur piste par semaine, c’est suicidaire !
        Alors Monsieur Runner88 remettez en cause le contenu, la qualité de votre entraînement, votre entraîneur, avant de mettre en cause l’état de la piste de Béchamp pour vos petits bobos de coureur !

        La 2eme cause de la blessure chez le coureur est la surcharge pondérale.

        Au plaisir sur une course sur route, qui sera bien plus traumatisante que la piste de Béchamp :)

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.