Search
jeudi 13 déc 2018
  • :
  • :

Retraites agricoles – Selon Daniel Gremillet, le Gouvernement reste sourd à l’appel des sénateurs

image_pdfimage_print

daniel_gremilletMercredi 16 mai 2018, le Sénat a repris la discussion entamée le 7 mars dernier et laissée inachevée après une manœuvre politique orchestrée par le Gouvernement, autour de la proposition de loi (PPL) visant à garantir un niveau minimum de pensions digne et décent à l’ensemble des retraités agricoles, en portant le niveau de pension minimal, de 75 % du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) net agricole, soit 871 euros actuellement, à 85 % du Smic net agricole, soit 987 euros par mois.

Adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale en février 2017, il suffisait qu’elle le soit également au Sénat ce mercredi pour que la réforme s’applique immédiatement avec un effet rétroactif pour les pensions versées depuis le 1er janvier 2018. C’est la position que le sénateur des Vosges, Daniel Gremillet a portée avec force aux côtés de ses collègues dénonçant « la réalité des retraites agricoles des hommes et des femmes qui ont travaillé dur toute leur vie, bien souvent dans l’incertitude du lendemain », et appelant le Gouvernement à une action politique forte.

Hélas, sans surprise, dans la continuité du 7 mars dernier et restant sourd à l’appel lancé par les sénateurs dans leur grande unanimité, le Gouvernement a demandé un vote dit « bloqué » sur l’ensemble du texte obligeant les sénateurs à se prononcer sur sa seule version du texte de loi et ses amendements, écartant de fait toute possibilité de discussion. En l’occurrence, l’amendement porté par le Gouvernement ce mercredi proposait de reporter la réforme des retraites agricoles à 2020.

Intervenant en séance publique, Daniel Gremillet a interpellé vivement le Gouvernement sur la nécessité d’exprimer à travers la revalorisation des retraites agricoles, la reconnaissance envers le travail des agriculteurs, d’envoyer dès aujourd’hui un signal fort auprès du monde agricole, tout en permettant d’envisager une nouvelle revalorisation à l’horizon 2020 sur cette base des 85 % du SMIC net agricole qui ne permet même pas de faire passer les pensions agricoles au-dessus du seuil de pauvreté.

« C’est un beau gâchis. Le niveau des pensions agricoles est tellement faible actuellement qu’on ne peut envisager que les agriculteurs demeurent en deçà du seuil de pauvreté. Le seuil de 85% du SMIC net agricole reste insatisfaisant et nous ne pourrons régler le problème des retraites agricoles sans régler en parallèle celui du revenu de nos agriculteurs » a déploré l’élu vosgien à l’issue de l’examen en séance publique.

Lien du dossier législatif sur le site du Sénat : ici.




Une réaction sur “Retraites agricoles – Selon Daniel Gremillet, le Gouvernement reste sourd à l’appel des sénateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.