Search
lundi 18 juin 2018
  • :
  • :

Climat : la France à l’envers en mai 2018

image_pdfimage_print

Ce mois de mai a été plutôt doux mais contrasté, particulièrement chaud sur l’extrême nord-est, tout juste de saison vers le Pays Basque et les Pyrénées. Orageux, irrégulièrement arrosé et ensoleillé « à l’envers », ce mois de mai 2018 mérite de s’y attarder un instant. Frédéric Decker, de MeteoNews, fait le point.

Globalement doux, mai 2018 a connu d’importants écarts régionaux : très chaud dans l’extrême nord-est en approchant des records de mai 1841 notamment, il a été à peine de saison dans le sud-ouest, notamment près des Pyrénées jusqu’à la côte basque, avec des nuits un peu plus douces que la normale à Dax et Biarritz, mais des journées plus fraîches.

En moyenne nationale, avec 15,6 degrés pour une normale de 14,5 degrés, ce mois de mai 2018 est excédentaire de 1,1 degrés à la moyenne 1981-2010, se situant en 13è position des mois de mai les plus doux ou chauds depuis 1946.

Si le tout début du mois a été particulièrement frais avec même quelques gelées tardives à Aurillac, Châteaudun (28), Châtillon-sur-Seine (21), Epinal, Erneville (55), Nevers, Troyes, Romorantin (41) et même à Mont-de-Marsan (Landes), la majeure partie du mois a été douce à chaude, mais avec des pics de chaleur restant modérés. Les 30 degrés n’ont été atteints que localement, à Strasbourg, Carpentras, Calvi et Ajaccio.

Les extrêmes du mois à basse altitude sont -1,7 degrés à Romorantin le 2 pour le minimum et 31,1 degrés à Carpentras le 26 pour le maximum.

600px-201805tempes

Sur les trois mois de printemps, de mars à mai, 2018 enregistre une moyenne de 12,3 degrés, 5eme printemps le plus chaud depuis 1946 derrière 2003 (12,4 degrés), 2007 et 2011 (12,9 degrés) et 2017 (12,7 degrés), et ce malgré un mois de mars frais cette année (-0,6 degré d’écart). La grande douceur d’avril et dans une moindre mesure de mai ont permis cette position très en avant.

Pluie et orages

Ce n’est pas un scoop, mai 2018 a été exceptionnellement orageux, le plus orageux depuis au moins 1987, date du début des mesures du nombre d’impacts de foudre et éclairs en France avec 182.796 impacts contre 84.336 « seulement » en mai 2009. Compte-tenu du nombre de jours d’orages relevés dans les stations, il faut sans doute remonter à mai 1971 pour trouver aussi voire plus orageux que cette année.

Mai a été bien sec en Bretagne, sur le Cotentin, les Pays de la Loire jusqu’au Centre et au sud du Bassin du Parisien. Au contraire, il a été arrosé sur les régions méridionales, en particulier sur les régions proches de la Méditerranée. Au final, mai 2018 a comptabilisé 82 mm de pluie en moyenne nationale pour une normale de 68 mm, soit un excédent assez marqué de 21%. Les extrêmes nationaux sont 21 mm à Dinard (Ille-et-Vilaine) pour le minimum national et 219 mm à Besançon pour le maximum.

Sur la saison de printemps, les précipitations sont largement excédentaires avec 243 mm sur les trois mois pour une normale de 186 mm, soit un excédent de 31%. Depuis 1946, seuls cinq printemps ont été plus arrosés que le cru 2018 : 1979, 1983, 2001, 2008 et 2013, le record appartenant à 1983 avec 275 mm.

Outre les orages, on notera aussi des chutes de neige tardives jusqu’à très basse altitude le 13 sur le Massif Central, dès 500 mètres avec des cumuls très importants au-dessus de 800 mètres.

Ensoleillement à l’envers

Anticyclone au nord, dépression au sud. Cette récurrence a donné lieu à une répartition peu habituelle de l’ensoleillement, avec un minimum au sud et des valeurs très excédentaires au nord de la Loire.

La France a reçu en moyenne nationale quelques 219 heures de soleil pour une normale de 211 heures, chiffre donc de saison. Les extrêmes du mois sont 128 heures de soleil seulement à Saint-Girons pour le chiffre le plus faible et 290 heures à La Rochelle pour le maximum, suivie de Rennes avec 286 heures.

Sur les trois mois de printemps, 2018 comptabilise 512 heures de présence du soleil seulement pour une normale de 547 heures, soit un déficit de 6,4%, déficit surtout du au mois de mars bien sombre.

Un mois de mai atypique et une France montée à l’envers, chaude, assez sèche et ensoleillée au nord de la Loire, de saison voire fraîche, pluvieuse et sombre vers le sud, en particulier près des Pyrénées. Quant au printemps 2018, il se démarque comme étant chaud, mais peu ensoleillé et très pluvieux.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.