Search
mercredi 21 nov 2018
  • :
  • :

La Région Grand Est soutient l’agriculture de montagne

image_pdfimage_print

Séance plénière du 22 juin 2018 - Pascal Bodez- Région Grand Est

Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis en séance plénière sous la présidence de Jean Rottner, ont approuvé les orientations stratégiques liées à la politique d’aide en faveur de l’agriculture de montagne dédiée au maintien de l’attractivité des territoires du Grand Est pour la période 2018-2020.

Le soutien à l’agriculture de montagne s’inscrit plus globalement dans la politique d’aménagement et de développement du Massif des Vosges, pilotée conjointement par l’Etat, la Région Grand Est, la Région Bourgogne-Franche-Comté et les sept Départements concernés (590 communes classées en zone de montagne). Cette volonté s’appuie sur les constats et les orientations du Schéma Interrégional du Massif des Vosges à l’horizon 2020, approuvé en 2013, et la Convention Interrégionale du Massif des Vosges 2015-2020, document de programmation opérationnelle et de financement.
La Région Grand Est est membre du Comité du Massif des Vosges, instance de concertation politique et socio-économique, et assure la présidence de la commission permanente.

 L’agriculture en zone de massif vosgien

Le Massif Vosgien s’étend sur les régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté regroupant 7 départements et 736 000 hectares. La partie alsacienne et lorraine compte 655 000 hectares et 524 communes. Avec environ 600 000 habitants, dont 92 % résident dans le Grand Est, le Massif des Vosges est la zone de montagne la plus densément peuplée de France. L’occupation des sols se caractérise par une surface forestière importante (60 % de la superficie) qui limite fortement l’activité agricole, notamment au centre du massif. Sur l’ensemble du Massif des Vosges, la Surface Agricole Utile (SAU) représente seulement 18 % de la surface du territoire compte tenu de l’emprise de la forêt. L’agriculture de montagne est ainsi soumise à des contraintes fortes et est souvent fragilisée (altitude plus élevée et climats en conséquence, terrains en forte pente, etc.). Au total plus de 5 000 exploitations sont situées dans le massif vosgien sur les versants lorrains et alsaciens. L’élevage bovin et surtout laitier est prépondérant dans le coeur du massif. L’ensemble des élevages valorise 80 % de la SAU du massif.

 La stratégie régionale pour l’agriculture du massif vosgien

La stratégie régionale d’intervention en faveur de l’agriculture de montagne s’articule autour de trois grands objectifs :
– maintenir la compétitivité et la modernisation des exploitations de montagne,
– développer des nouveaux marchés et instaurer de nouvelles dynamiques de développement agricole,
– contribuer à l’aménagement durable du territoire de montagne.

La Région Grand Est souhaite construire un partenariat avec les Départements concernés pour affirmer une ambition commune autour de ces trois objectifs.

Les axes d’intervention qui en découlent sont les suivants :
– accompagner les exploitants dans l’amélioration de leurs performances (économiques, environnementales, sociales) afin de maintenir une agriculture de montagne viable, vivante et transmissible,
– maintenir la compétitivité des exploitations en favorisant la modernisation des structures,
– encourager les projets de diversification et atteindre de nouveaux marchés,
– accompagner les démarches collectives de promotion et d’engagement sur la qualité associée à la provenance des produits,
– assurer l’autonomie fourragère et lutter contre l’enfrichement et l’abandon d’espace,
– ouvrir les paysages et améliorer le cadre de vie,
– préserver la biodiversité, gérer et valoriser les espaces naturels, conserver les paysages.

 Le plan d’actions mis en place par la Région Grand Est en faveur de l’agriculture de montagne

 Soutien à l’acquisition d’équipements de culture de l’herbe, de fenaison et de récolte

La Région Grand Est souhaite apporter une aide au matériel de valorisation des fourrages locaux afin de contribuer au développement des capacités d’autonomie fourragère, d’améliorer la qualité et l’image des produits fermiers de montagne et de favoriser le renouvellement des exploitations.

 Soutien à la promotion de l’agriculture et des produits fermiers issus du Massif Vosgien

La Région soutient l’Organisme de Sélection de la Race Vosgienne pour son programme de sélection et sa campagne de développement du fromage « coeur de massif » ainsi que l’Association Munster Fermier pour son programme d’actions annuel porté sur l’ensemble du Massif. Cette intervention s’articule avec la politique menée à l’échelle du Massif Vosgien dans le cadre de la Convention Interrégionale de Massif.

La Région souhaite également accompagner trois manifestations structurantes se déroulant à l’échelle du massif vosgien : la fête de la Vosgienne, la fête de l’agriculture de montagne et le concours des produits fermiers de montagne.

 Soutenir la vente directe de produits fermiers et le développement des fermes auberges

Afin de soutenir la dynamique de vente directe sur le Massif Vosgien, la Région souhaite poursuivre ses aides pour la création ou l’aménagement de locaux de transformation et de vente, l’acquisition d’équipements pour les locaux (matériel de production, chambres froides, etc.) et les équipements frigorifiques pour les véhicules utilitaires.

Un dispositif de soutien pourra être mis en oeuvre pour accompagner le développement des fermes auberges suite aux résultats de plusieurs études abordant cette thématique actuellement en cours à l’échelle du Massif Vosgien financées par l’Etat (crédits du Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire et de la Convention Interrégionale du Massif des Vosges). La Région souhaite également apporter un soutien pour l’aménagement des abords des fermes de montagne accueillant régulièrement du public.

 Soutien à la lutte contre l’enfrichement et l’abandon d’espace

Les aides concernent les travaux de rénovations pastorales (défrichage, débroussaillage, aménagements pastoraux…) en cas de maîtrise d’ouvrage individuelle. Les parcelles remises en état contribueront à augmenter les surfaces en herbe des exploitants dans l’objectif de se rapprocher d’une autonomie fourragère. Les actions de rénovations permettront également de lutter contre l’enfrichement et l’abandon des espaces en contribuant à la réouverture paysagère.

En complément de cette intervention, les départements et l’Etat (crédits CIMV) pourront intervenir en cas de maîtrise d’ouvrage collective ou communale.

La Région souhaite donc encourager l’achat des équipements d’entretien du paysage qui permettront aux agriculteurs d’effectuer une lutte mécanique contre la friche dans des zones difficilement accessibles (parcelles accidentées, bas-côtés, talus, zones humides et à fortes pentes).




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.