Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Vagney – Les éleveurs font découvrir l’agneau vosgien en circuit court

image_pdfimage_print

P1060864

Dans le cadre de la valorisation des circuits courts, trois éleveurs ovins invitaient à déguster leur production devant le magasin SUPER U. Stéphane Richard, de Basse-sur-le-Rupt, Pascal Tholmer, de Ferdrupt, et Jean-Yves Poirot, de La Bresse,  étaient accompagnés de Dominique Candeau, technicien ovin à la chambre d’agriculture des Vosges. Le projet consiste à “créer un partenariat entre éleveurs et bouchers du massif vosgien sur une zone géographique définie”.

L’idée est de “conforter l’économie des exploitants agricoles à travers un nouveau débouché”. Pour cela, les éleveurs espèrent nouer des liens et vendre au même boucher, sans avoir à recourir à un intermédiaire. Ce circuit court réduit d’autant le prix de vente dans les étals.

Ces pionniers sont fiers de pouvoir écouler localement un produit élevé dans le massif vosgien : elle leur apporte une reconnaissance de la qualité de leur travail. “Il ne s’agit pas seulement de conforter l’activité des éleveurs mais de s’inscrire dans une économie locale. En préservant notre agriculture, on maintient des paysages ouverts et une économie touristique. On participe à une dynamique de territoire”.

A ce jour, le projet est en phase de structuration. Un cahier des charges doit contribuer à sa réussite économique. Une campagne de communication met l’accent sur le savoir-faire local, depuis la naissance, l’alimentation et le lieu d’élevage.

Claude Roussel, directeur du SUPER U, est l’un des premiers à s’être engagés dans la démarche. Il s’en félicite : “Depuis l’automne, les éleveurs nous vendent leurs agneaux. Notre but est de s’intégrer dans un schéma local et de vendre des produits élevés traditionnellement”.

La chambre d’agriculture des Vosges entend également faire table rase des préjugés “l’agneau a la réputation de sentir fort ce qui n’est pas vrai. Un repas, organisé en octobre avec les hôteliers, a convaincu les consommateurs”.  L’espoir est aujourd’hui de pouvoir introduire l’agneau dans la restauration.

Deux pôles d’équilibre territorial ont apporté leur aide : le pays de la Déodatie et le pays de Remiremont. Il s’agit d’estimer le potentiel de production vendu par les bouchers.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.