Search
lundi 19 nov 2018
  • :
  • :

Cornimont – Un seul collège au lieu de trois de Saulxures-sur-Moselotte à La Bresse

image_pdfimage_print

P1060924

François Vannson, président du Conseil départemental s’est rendu ce mardi au collège « Hubert Curien » à Cornimont, avec les conseillers départementaux Brigitte Vanson et Jérôme Mathieu, pour visiter les travaux qui ont été réalisés au sein de l’établissement au cours de ces derniers mois. A compter de la rentrée scolaire 2018/2019, l’établissement de Cornimont, dirigé par Myriam Chrétien, accueillera les élèves du collège de La Bresse comme il l’avait déjà fait en 2013 en accueillant ceux du collège de Saulxures-sur-Moselotte.

314 élèves à la rentrée contre 349 cette année.

A la place des trois collèges initiaux, la Haute-Moselotte n’en comptera donc plus qu’un dans un contexte de baisse constante des effectifs. 349 élèves fréquentaient les deux sites de La Bresse et Cornimont cette année, ils ne seront plus que 314 à la rentrée, venus des quatre communes de La Bresse, Cornimont, Saulxures-sur-Moselotte et Ventron.

François Vannson rappelle « la trajectoire en matière de réforme et de vision du développement des collèges » et la remet dans le contexte : « qui nous a contraint de fermer le collège de La Bresse. A la rentrée, la décrue sera de 900 élèves dans les Vosges pour le primaire et se répercutera par effet domino sur les collèges et les lycées ».

Le président de l’exécutif départemental compare la situation des Vosges, 39 collèges pour 370.000 habitants, à celle d’un autre département de montagne : la Haute-Savoie, 720.000 habitants pour 27 collèges. « Dans les Vosges, nous avons des établissements qui fonctionnent avec 100 à 110 élèves, seuil démographique qui n’est pas suffisant pour pouvoir bénéficier d’une mixité sociale et pédagogique. Mais nous maintenons un collège comme celui de Lamarche pour éviter à ses élèves une heure de route avant et après les cours ».

Pour autant, le collège de La Bresse n’en restera pas moins actif, en accueillant une « maison de la montagne ».

« Des sujets difficiles ».

Jérôme Mathieu sait combien « le plan collèges fait partie des sujets difficiles » et dans ces conditions « c’est la centralité de Cornimont qui nous a fait choisir son collèges pour accueillir les élèves de La Bresse à Saulxures-sur-Moselotte ». Le conseiller départemental en a profité pour saluer « l’implication de tous ceux, autour de la table, qui se sont investis pour trouver les bonnes solutions. Nous assumons nos choix ».

A la rentrée, le collège de Cornimont continuera de proposera une section ski (alpin, fond et saut) et la fusion des effectifs permettra l’ouverture de deux autres sections : montagne et latin.

Menée sur l’ensemble du département, « la volonté de modernité pour offrir aux élèves les meilleures conditions possibles » s’est traduite à Cornimont  par une première tranche de travaux réalisée en 2017 au niveau du premier étage pour un montant global de 381 364 € TTC (réfection de salles de cours et salles de sciences notamment, travaux électriques, sécurisation de l’entrée des élèves,…), les travaux entrepris au cours du premier semestre 2018 se sont concentrés au rez-de-chaussée (CDI et espace vie scolaire) :

Travaux sur le bâtimentaire.

– Réfection des cloisons de cuisine de la demi-pension : Coût 33 483 € TTC.

– Installation d’une sonnerie différentiée avec une alarme PPMS (Plan Particulier de Mise en Sureté) : Coût 19 188 € TTC.

– Câblage de la salle informatique : Coût 3 369 € TTC.

– Maçonnerie pour fermeture du préau : Coût 13 892 € TTC.

– Réfection partielle du rez-de-chaussée de l’externat du collège : 185 387 € TTC.

Equipement en mobilier et matériel de cuisine.

– Matériel de cuisine : du fait de l’augmentation du nombre de demi-pensionnaires avec l’accueil des élèves du collège de La Bresse, un four 20 niveaux avec chariot d’enfournement a été prévu ainsi qu’une sauteuse multifonction de 150l avec cuisson sous pression régulée et seront installés au cours de la période des congés estivaux. Coût 53 933 € TTC.

Aménagement du CDI : commande de mobilier pour un montant de 30.220 €.

Equipement mobilier vie scolaire – CPE : commande de mobilier pour un montant de 2.546 €.

– Equipement de la salle de restaurant : subvention de 25.155 € pour l’achat d’un complément de mobilier et d’un distributeur de plateaux.

– Equipements divers en mobiliers et matériels pour les agents, la restauration, la pédagogie pour un montant de 8.675 €.

La Direction de l’Education a également géré le déménagement de mobilier et matériels récupérés de La Bresse vers Cornimont :

  • Mise à disposition de 2 agents de la DRP et d’une camionnette pour acheminer et réinstaller des tableaux et divers équipements
  • Commande d’une prestation de déménagement pour un montant de 11.042 €.



16 réactions sur “Cornimont – Un seul collège au lieu de trois de Saulxures-sur-Moselotte à La Bresse

  1. Dieudonné

    Quel dommage que l ‘on n’ait pas pensé au conseil départemental à faire des travaux à la haie griselle avant d’ y « accueillir » les élèves du collège de Granges.

    répondre
  2. chouki

    « la trajectoire en matière de réforme et de vision du développement …. »
    Et si on s’arrête là ….. en fait on s’arrête là.
    Gérer la paupérisation et se contenter d’améliorer l’affaissement du tissu industriel et économique d’une région … politique dynamique et entreprenante, volontaires et rayonnants, des hommes de terrain.
    Hein ? où ça ? où ça ?

    répondre
  3. Didier

    Il avait été dit que le collège de cornimont avait été choisi,car il n’y avait aucun travaux,premier mensonge et que les élèves n’auraient pas plus de 40 min de transport,deuxième mensonge.arrêt de la roche 7h15,arrivé à cornimont 8h10 ca fait 55min(sans neige)bien sur.

    répondre
  4. gregoire

    on peut pas s occuper de choyer les touristes et faciliter la vie des gens qui vivent, et font vivrent leur village toute l annee voyons!!!!!!!!!!
    bientot tous au college de remiremont allez hop se sera fait comme sa.

    répondre
    1. Qui veut du rabe.

      Le tourisme permet au moins de limiter la casse.
      Que ceux qui critiquent retroussent leurs manches et partent au charbon pour créer une activité.
      On n’a besoin d’eux.

      répondre
      1. pauvres fonds de vallées

        sauvons et soutenons ceux qui sont là depuis de longues années mais ce n’est pas le cas du tout , mais on voit où ça mène ,il est temps de réunir les forces vives petites,moyennes qui font la vie de nos petites villes et villages , les banques, nos élus et de soulever les vraies problèmes mais pas de prendre des airs on vous écoutent et une fois le dos tourné cause tjrs .

        répondre
      2. pauvres fonds de vallées

        LE TOURISME DANS LES VOSGES LA BRESSE GERADMER qui ont un centre ville dynamique, mais certains villages touristiques sont moribonds ces petits commerces et restaurants hôtels ….qui donnaient un aire de dynamisme sont disparus si vite pour certains, vu les différences de soutiens nous ne sommes pas tous sur la même ligne d’entraide , très facile de laisser partir mais pas facile de ré ouvrir ce n’est pas le tout de masquer les façades de trompes l’œil pour cacher la misère ;cette loterie qui fait des dégâts au fil des années .Une sélection sans pitié mais on en voit les résultats depuis des générations .Nous sommes un tout et on l’a oublié depuis bien longtemps autant la population , le tissus associatif que le monde politique .

        répondre
  5. lili

    que ce soit pour le monde économique , le service de proxi ou le choix de divers aides la loterie fonctionne bien, ha!!!! cette loterie ,qui fait des heureux et des malheureux ; mais est ce qu’on se préoccupe des laissés de coté pas du tout ;mais pauvre de nous on en voit le résultat .A force de tout réunir on voit réellement la bonne santé de nos vallées ,un mode économique génial , vive notre économie locale en mode pleine expansion dans nos fonds de vallées reculées ,vive notre jeunesse et surtout vive nos vallées vieillissantes .Pauvre de nous mais c’est la loterie .

    répondre
  6. Raymond Perrin

    Il n’y a pas de quoi être fier.
    Avez-vous songé au long trajet et à la perte de sommeil pour les élèves venus du fond du Chajoux, de la vallée de Vologne ou des Hauts de la Bresse ?
    Il est inadmissible que l’on supprime un collège public quand il ne reste plus pour les jeunes Bressauds que le collège catholique privé.
    Où est la liberté de choix ? Où est le vrai respect de la laïcité ?

    répondre
    1. lamisol

      Avec une vingtaine de naissances par an à la Bresse, difficile de maintenir son collège .
      Il faut regarder la réalité en face et , c’est le rôle des politiques prendre les mesures nécessaires et anticiper un peu plus loin que les prochaines échéances électorales.

      répondre
  7. froissard

    Il ne suffit pas de hurler avec les loups .On a les politiques qu’on mérite .Quand on voit la jeunesse , chanter la Marseillaise , sans en connaître les symboles, pour honorer les fouteux qui gagnent un pognon dingue, il y a de quoi tomber à la renverse .les riches ont été servis .le plan anti-pauvreté attendra . On veut retirer de la Constitution, le terme sécurité sociale, pour le remplacer par protection sociale, notion plus vague, qui laisse présager de mauvais coups contre les retraites .On fait la fête avec les fouteux, pendant que MACRON , profite de la France endormie, pour continuer son travail de casse sociale et économique .. Les collèges, bureaux de postes, tribunaux, permanences de sécurité sociale, EDF , hôpitaux et maternités, continuent de fermer .personne ne dit rien.. Circulez y a rien à voir, sauf la coupe du Monde de foot. A la rentrée de septembre, on tapera sur les cheminots, les fonctionnaires, cette bande de nantis . ne vous trompez pas de cible .C’est pas votre voisin l’ennemi, c’est la finance, honteuse, qui est responsable de nos malheurs . .Pauvres de nous, beaucoup ne comprennent rien et se trompent d’adversaire . Les riches se tiennent la main, pendant que nous les gens du peuple manquons à nos devoirs de solidarité et de fraternité .Notre force est pourtant là . Rendez vous le 14 juillet pour chanter la Marseillaise, devant les Monuments aux Morts, pour rendre hommage aux Lumières, ces vaillants révolutionnaires qui ont mis en marche la République ( ne pas confondre avec celle du Président MACRON, l’homme jeune avec de vieilles ficelles, qui nous tire en arrière ) A vos consciences , Citoyens, pour défendre tous les services publics, dans nos territoires . Une belle leçon d’histoire de France serait bien nécessaire , pour remettre les pendules à l’heure .

    répondre
  8. pauvres fonds de vallées

    attendez les belles paroles pour les prochaines élections copier/ coller et hop on remet les même et on recommence ;la principale préoccupation pour la vie de nos vallées leTRAVAIL ;regardez les liquidations depuis 10 ans ça passe inaperçu puisque la plupart disparaissent discrètement mais ça fait peur .Et on dit que tout va bien? ils en oublient souvent les mots de nos anciens les petits ruisseaux font les grandes rivières .Mais on voit où part les aides et soutiens vers les grandes rivières et les petits ruisseaux peuvent crever mais on en voit les résultats .

    répondre
  9. froissard

    Certains élus sont dans le collimateur d’associations citoyennes, à travers le département des Vosges .Nous allons tout mettre en œuvre pour dénoncer leur imposture et les faire battre pour les remplacer par des équipes renouvelées, au niveau des idées et pratiques politiques .On ne fait pas du neuf avec du vieux . Le futur n’a de l’avenir que s’il se construit sur des ambitions collectives partagées . La démocratie représentative a vécu .Place au peuple qui doit prendre son destin en mains et ne plus s’en remettre à une caste de politiciens au double langage et au comportement hypocrite .Prenons le pouvoir, partout dans chaque commune, pour faire émerger d’autres façons de penser la vie et de faire autrement .Depuis 40 ans nous sommes bernés par une classe politique avide du pouvoir personnel et d’assurer leur carrière .Défendre l’intérêt général, partout ou il est menacé, c’est notre affaire .Il va bien falloir que la France d’en bas le comprenne et se bouge le popotin . Le bien commun appartient à la grande majorité d’entre nous .Ne laissons pas les forces de l’argent, dévorer tout sur leur passage .Vive les services publics

    répondre
    1. Qui veut du rabe.

      Grosso modo d’accord avec votre avis sauf la chute.
      La prospérité d’un pays ce ne sont pas les services publics mais l’emploi privé qui permet de les créer ou de les conserver.
      Et arrive un seuil ou trop de services publics tue l’emploi privé.

      répondre
  10. marie

    les fermetures de classes d’écoles en milieux ruraux, les fermetures des hôpitaux, bureaux de postes, trésoreries, gendarmeries etc…. C’est un résultat de la démographie à la baisse. Après la guerre 39/45, les écoles se sont remplies jusqu’en 1966. Un gros appel à l’immigration (l’industrie locale tournait à plein encore en 1974) est venu gonflé les effectifs des élèves. Les regroupements familiaux étaient légaux jusqu’à l’arrivée des socialistes. Ensuite les regroupements familiaux se sont privés des études des seuils minimum des revenus de la famille et les chiffres de la population très jeune ont continué à croître en même temps que les seuils de pauvreté s’augmentaient. ( Bon pour les effectifs scolaires disent les socialos en même temps que la courbe du chômage monte). L’aide sociale,l’aide médicale, l’aide judiciaire, le RMI…. tout ça: ça monte, se chiffre aussi. Beaucoup d’immigrés européens non francisés…et même des naturalisés français ont choisi le retour au pays d’origine ( les yougoslaves avant même la guerre des Balkans). La véritable politique de nos dirigeants est axée sur Europe de l’industrie, dont nous avons vendu les outils hélas, puis une mondialisation porte le regard des responsables nationaux au delà de l’horizon.La même politique qui a engagé le Pays dans des conflits au Moyen Orient n’a jamais pu (voulu) freiné une immigration illégale concentrée proche des grandes villes moins pauvre en aides sociales – A nos yeux, excentrés que nous sommes , c’est la friche à présent. La politique de la famille, autant dire qu’on en parle pas ou plus. Il y a sur les bans de l’assemblée un courant de pensées (on a voté pour ) qui réfléchit à comment faire changer d’avis le président des USA. Nos vallées vosgiennes ne tournent que grâce au dynamisme d’artisans, petits employeurs qui ont espoir, mais se battent comme des diables en concurrence : le web aide et tue en même temps. Les collectivités locales n’auront d’autres choix que de taxer l’habitant demain si elles veulent conserver une image pour région de pauvres qui se veut d’être en capacité d’accueillir du touriste. Il va être difficile de faire débloquer du fric pour faire des routes qu’on a déjà du mal à entretenir. Les établissements scolaires: on a les tableaux excel pour que n’importe quelle politique en encourage la fermeture. Il fait beau dans les Vosges: bon pour le touriste. Le moral du résident qui a pied sur terre ne peut sous quelque ciel être au beau fixe. Désolant.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.