Search
samedi 17 nov 2018
  • :
  • :

Remiremont – 1.300 personnes dans les rues de la cité pour défendre l’hôpital

image_pdfimage_print

00 Départ duchamp de Mars

Ils étaient un millier au départ du Champ-de-Mars et les rangs se sont élargis au fur et à mesure du cortège. La marche pour le maintien de l’hôpital romarimontain et de ses services a connu un large succès ce jeudi en fin d’après-midi. En tête du défilé, de nombreux élus venus non seulement de toutes les communes environnantes et des vallées, mais encore du nord de la Haute-Sâone. Une forte mobilisation pour dire « Non au démantèlement de notre hôpital public de proximité » ainsi que l’indiquait une large banderole signée par l’ADEMAT (Association pour la Défense, le Maintien et l’Amélioration de la Maternité), association qui a donc désormais ajouté un « H » à son logo. Un « H » traduisant hôpital.

Une forte mobilisation puisque les derniers chiffres traduisaient une participation d’environ 1.300 personnes (le nombre de 1.500 était même évoqué). Le mot d’ordre a bien été entendu et dans le cortège, de nombreux écriteaux demeuraient tenus à bonne hauteur afin d’annoncer la couleur. Parmi-ceux, l’on pouvait lire : « Notre hôpital, il est vital », « Non à l’agence de la ruine de la santé », « Le service public est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ! », « La santé, ça ne s’achète pas, ça ne se vend pas »ou encore « Oh, Béatrix, si tu savais… et de l’ARS te méfierais… et Sanzalone tu renverrais ! ». (NDLR : Eric Sanzalone est l’actuel directeur du centre hospitalier).

Sur le parcours, des slogans ont été scandés : « Sauvons l’hôpital », « Maternité en danger », « Gardons l’hôpital ». Le cortège a entièrement descendu la rue Charles de Gaulle et a marqué un court arrêt devant « l’Accueil », place Jules Méline, où le prénom de Christian a résonné comme un appel, un SOS, face à une fenêtre ouverte. On l’aura compris, prénom lancé à l’adresse de Christian Poncelet, résident des lieux, lui qui avait en son temps inauguré le nouvel hôpital après sa construction.

La vigilance reste de mise

Arrivé un peu plus haut, face à l’entrée du centre hospitalier, le cortège retrouvait sur place Jean Hingray, le maire de Remiremont et son conseil municipal. L’on sait que la municipalité romarimontaine avait retenu ce même soir afin de dévoiler une plaque redonnant le nom de « Béatrix de Lorraine » au centre hospitalier. Une femme qui avait voulu un premier hôpital (1724) pour y accueillir les vieillards et les pauvres. Puis l’ensemble des participants à la marche rejoignaient le parvis de l’Hôtel de Ville. Jean Hingray demanda alors à toute l’assemblée d’applaudir généreusement les gens de l’ADEMAT pour leur combat et les actions entreprises.

Il appartenait ensuite au président Jean Pierrel de rappeler qu’en mars 2016, sur ce même parvis de l’Hôtel de Ville, 2.000 personnes étaient déjà réunies pour une cause juste : défendre la maternité. Aujourd’hui, à son logo, l’ADEMAT a donc dû ajouter un « H » pour défendre l’hôpital. Dans un discours offensif, le président Pierrel a fait valoir plus d’un argument, traduisant notamment un « non » catégorique au transfert sur Epinal de certaines activités chirurgicales, de même concernant les urgences lourdes de nuit… Autant de points évoqués et largement applaudis par l’assemblée présente.

Prenant à son tour la parole, Christophe Naegelen, député de la circonscription, a tenu à préciser que tous les parlementaires vosgiens ont voté contre le Budget Santé proposé par le Ministère, déclarant : « il n’est pas normal que nos petites villes soient désavantagées ».

A noter que pour l’hôpital, le comité de pilotage (Copil) doit se réunir la semaine prochaine. « Nous restons à l’affût de ce qui va en ressortir » a traduit Jean Pierrel. Autant écrire que le président de l’ADEMAT et ses équipes entendent rester plus que vigilants en cette période de vacances. Quitte à mobiliser encore davantage et réunir si nécessaire 3 à 4.000 personnes sur la place en septembre. Le combat continue et c’est une Marseillaise entonnée unanimement qui a résonné ce jeudi soir place de l’Abbaye.

D.P.

L’intégralité de l’intervention de Jean Pierrel est à lire en cliquant ici.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

 




Une réaction sur “Remiremont – 1.300 personnes dans les rues de la cité pour défendre l’hôpital

  1. Un citoyen

    Il est incontestable que la population prend enfin conscience de l’urgence d’intervenir dans la rue, pour faire valoir ses droits à une prise en charge sanitaire convenable. Les habitants de notre territoire demandent des résultats positifs , sinon certaines personnes peuvent se préparer à quitter leurs mandats électifs . Une autre bataille a été gagnée , mais pas la guerre sanitaire. Nous sommes suspendus au résultat du Copil du 20/07/2018. Nous serons encore plus nombreux dans la rue en cas de résultat négatif. Encore un grand merci pour votre citoyenneté exemplaire.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.