Search
dimanche 18 nov 2018
  • :
  • :

La ComCom des Hautes-Vosges valide le projet de sortie de Gérardmer et des 6 autres communes dissidentes Le projet sera mis au vote de chacune des communes avant d'aller sur le bureau du préfet.

image_pdfimage_print

183

On s’attendait à un débat musclé en amont du vote consacré à la sortie de la Communauté de Communes des Hautes-Vosges de Gérardmer et des communes de Le Valtin, Xonrupt-Longemer, Granges-Autmonzey, Liézey, le Tholy et Réhaupal mais finalement les échanges ont été plutôt courtois, souvent teintés de regrets, d’incertitude avant de passer devant les urnes.

Le projet de sortie a donc été acté par 24 voix pour, 4 contre, 19 blancs et 1 nul. Ce qui signifie que le dossier sera soumis à la délibération de toutes les communes de la ComCom, pour obtenir une majorité qualifiée, puis ira ensuite en préfecture, le représentant de l’état devra valider ou non le nouveau schéma souhaité par les dissidents ou plutôt deux nouveaux périmètres pour une refonte des bassins de vie.

Note : les abstentions et les nuls ne comptent pas dans les suffrages exprimés, le projet a été validé à 86% contre 14%.

Les élus auront consacré 1h30 au débat sur la sortie, vote compris. Avec notamment l’intervention du président de la ComCom Didier Houot qui n’a pas apprécié les déclarations dans la presse en évoquant « un mal vécu » par les élus, les agents. Ce dernier a insisté sur le travail réalisé en amont pendant 20 mois depuis l’existence de la ComCom » à l’inverse de ce qu’on laisse supposer« . Sur fond d’harmonisation, d’organisation des services et surtout d’un désaccord profond sur le lissage des taux intercommunaux et les critiques sur les études menées. Et Didier Houot de poursuivre » les communes dissidentes devront choisir des compétences déjà exercées par la ComCom. Il faut et fallait écouter la voix du dialogue comme nous l’avons proposé et le chemin que vous tracez ne sera pas un long fleuve tranquille. Je respecte votre choix, mais nous n’en sommes pas encore au pot de départ ».

Le plus incisif fut sans doute le maire de Gérardmer, Stessy Speissmann » vous avez tracé un bilan de fin de mandat. Vous prônez le rassemblement, j’en suis étonné, vous avez oublié la carte de la mutualisation avec Gérardmer qui n’est pas un vase clos de protectionnisme comme vous le laissez entendre ( le maire répond à plusieurs interventions). Je note également que la réunion de lundi dernier qui était normalement consacrée aux compétences a été pipée par l’apparition de madame la Sous-Préfète : que venait-elle faire là alors que nous n’avons été prévenus qu’au tout dernier moment. Nous sommes dans l’impasse, nous nous sommes trompés et nous avons été naïfs. Et Stesssy Speissmann de poursuivre » j’insiste sur le coût disproportionné à supporter par les petits communes et il nous faudra recentrer le bassin de vie de Gérardmer… Nous irons jusqu’au bout de notre démarche, appuyés par notre cabinet d’avocats spécialisés et comme le prévoit la loi… Si nous ne trouvons pas d’accord avant le 1er janvier 2019 et sur la base des compétences, la fiscalité des communes explosera. Et pour conclure, le projet de sortie n’est pas un caprice des élus gérômois mais de 7 communes qui représentent 40% du territoire ».

Même constat pour le maire du Tholy, François Nourry, en ce qui concerne » le détournement de la réunion avec la sous-préfète«.

Pour Guy Martinache, maire de Granges-Aumonzey, « Sortir de la ComCom revient à une gestion efficace des territoires . C’est l’ancien bassin de vie qui s’est mobilisé.

Coté bressaud, on semble regretter les prises de positions notamment en ce qui concerne le tourisme. Mais comme le faisait remarquer Jérôme Mathieu « on a fait le choix de se regrouper, on a travaillé le fond, mais sans doute pas assez vite. En ce qui concerne le tourisme, ce fut le 1er coup de canif dans le contrat parce que la Bresse a souhaité garder son office de tourisme : ce qui ne veut pas dire travailler en dehors du territoire. Je pensais que nous avions du chemin à faire ensemble en faisant des choix communs ».

C’est bien de l’autre coté de Grosse Pierre que les regrets sont les plus profonds en termes de stratégie touristique et d’intérêts communs avec Gérardmer. A ce propos Stessy Speissmann imaginait très bien un supra office de tourisme avec la vallée de Vologne à l’instar de ce qui est déjà pratiqué avec le SIVU.

Quoi qu’il en soit, si le projet est définitivement acté, tout le monde devrait retrouver sa place et poursuivre son chemin avec ses propres compétences et celles imposées dans le cadre de la loi NOTRE. Doit-on considérer que c’est un échec de la loi de décentralisation !




5 réactions sur “La ComCom des Hautes-Vosges valide le projet de sortie de Gérardmer et des 6 autres communes dissidentes

  1. honte.com

    Disons le de suite …. nous avons élu une équipe de  » bras cassés ».
    Nos représentants viennent de faire le grand plongeon dans l’abyme de la médiocrité et nous avec.
    Et certains avec un courage qu’il faut souligner se sont ABSTENUS….n’est ce pas les élus de Vagney et d’autres.
    Même le président n’ a pas osé se prononcer….un exemple de
    courage politique !
    Indigne !
    Affligeant !
    Honteux !

    répondre
  2. poirot M

    Bravo !
    Enfin une sage décision !
    2 ans de travail sur les affaires courantes sans aucun projet et harmonisation des compétences existantes .
    Nos élus ont voulus nous vendre un territoire de montagne reconnu et plus fort . Mais que souhaites réellement les citoyens ?
    A aucun moment nous avons étés consulté , pourquoi ne pas avoir organiser un référendum citoyens dans chaque commune ?
    Cette comcom éloignait un peu plus les citoyens des services publics et des décisions!
    que de travail fourni par les agents sans aucune reconnaissance !
    Ne nous trompons pas ce sont bien les élus et eux seul les responsables.
    Stop à ce territoire !

    répondre
  3. jean thiriat

    Il va falloir faire confiance aux conseils municipaux des 22 communes pour votez dans l intérêt des habitants. Si 7 communes ont fait le chois de sortir ,il serait anormal que les conseillers municipaux des 15 autres communes ne respecte pas leurs décisions.
    Dans cette com com tout avait mal démarré. Il est plus que temps que tous redémarre sur de bonnes bases avec et pour les habitants.
    Nous avons encore assistée à une expliquation azardeuse sur la création d un poste en catégorie A pour le remplacement d un poste en catégorie B . Sur une prétendue monter en puissance d une compétence qui n à pas encore été votée.
    Allez, on repart à zéro ?
    Jean pierrat.

    répondre
  4. froissard

    Mme le maire de SAULXURES commentait dans un autre organe de presse, indiquant qu’il fallait changer les hommes .Rendez vous est pris pour les prochaines élections municipales .. On ne peut reprendre les mêmes pour recommencer .Il est plus que temps que la population dans chacune de nos communes s’en mêle, en demandant à leurs élus de rendre compte de leur action au sein de cette intercommunalité

    répondre
  5. froissard

    Comme le disait un élu au conseil communautaire , un bassin de vie se construit à partir des usages et habitudes des habitants .Il en va de même pour la construction d’un territoire pertinent , qui repose sur des notions de solidarité partagée, au service de l’intérêt communautaire, qui reste à définir, à ne pas confondre avec des égos de personne, des querelles de clochers . Un territoire c’est la diversité, sous toutes ses formes, notamment des idées la mariée était trop belle pour les politocards .Ils ont vidé la corbeille de ce qui devait faire sens :l’humain d’abord qui est au centre des enjeux de territoire .Ils n’ont rien compris et devront rendre des comptes devant le suffrage universel dans leur commune .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.