Search
mardi 20 nov 2018
  • :
  • :

Remiremont – Le conseil municipal adopte le projet de rénovation de la piste d’athlétisme

image_pdfimage_print

L'actuelle piste d'athlétisme de Béchamp

C’était au tour du conseil municipal de faire sa rentrée ce mardi soir en l’hôtel de ville. Il régnait cependant encore un petit air de vacances puisqu’autour du maire Jean Hingray, il manquait deux adjoints et cinq conseillers, tous s’étaient excusés et avaient donné procuration.

Sur les 41 points de l’ordre du jour, le dernier a suscité le plus de réactions et, finalement, l’unanimité de l’assemblée sur le projet de rénovation de piste d’athlétisme du stade de Béchamp.

Pour l’heure, le coût de l’opération se chiffre à 904.500 euros H.T. soit 1.085.400 euros TTC auxquels ils faut ajouter les 54.600 euros TTC du maître d’oeuvre. Au vu des financements importants que la ville peut escompter pour ce projet, elle a choisi de rénover les six couloirs et d’abandonner l’extension à huit couleurs votée par la précédente municipalité.

En effet, le revêtement synthétique réalisé en 1998 s’est dégradé comme l’a constaté le maire : « la situation devient très critique avec des trous, certains coureurs se sont blessés. S’il n’y a pas de travaux, je serai obligé de la fermer autant pour les sportifs que pour les lycées d’André-Malraux ».

Il est apparu opportun de profiter de ces travaux pour réaliser divers aménagements annexes nécessaires et notamment moderniser le fonctionnement de cet équipement sportif (éclairage du terrain de football, arrosage automatique, etc)  et mise en accessibilité des circulations et accès.

Alors qu’elle s’était prononcée contre le projet initial, la minorité est en revanche favorable à cette nouvelle mouture aux ambitions raisonnées. « On a toujours essayé de rester cohérents. Une raison financière nous a toujours freinés et le fait aussi que les subventions diminuaient. L’espace entre la piste et les tribunes est extrêmement limité. Avec huit couloirs, il aurait fallu tout refaire » rappelle Jean-Benoît Tisserand. « On est d’accord à présent car le niveau de subventionnement est intéressant. Le reste à charge sera de l’ordre de 300.000 euros. Cela fait quatre ans que le dossier stagne, je suis content que ce soir, il soit enfin lancé ».

Entre six et dix mois seront nécessaires pour mener les travaux à bien.

Quelques points ont également rythmé la séance réglée en une heure et demie.

La délégation « commerce et artisanat » attribuée à David Rosa est supprimée. Un conseiller municipal délégué aux sports est nommé.

illustration marché aux légumes du vendredi matin (photo Christian Schirm)

Marché du vendredi : malgré la suppression des droits de place, il réunit seulement 3 à 4 commerçants. Avec volonté de libérer 70 places au parking du Batardeau, il sera limité au périmètre de la rue du Batardeau à partir du 1er novembre 2018, en renouant avec un commerce alimentaire. Dès lors, il sera réservé à ces fidèles commerçants actuels. « Il reste une à deux places à prendre » a précisé le maire.

Fourrière automobile : les élus ont adopté le principe d’une délégation de service public pour l’exploitation de service de mise en fourrière des véhicules en infraction ou accidentés.

Acquisition de l’ancienne gare du tramway : propriété du Conseil départemental des Vosges, entre le pont Le Prieur et le passage à niveau, elle est cédée gratuitement à la ville. Le maire propose de valoriser ce lieu « en forme de carte postale de l’histoire. Pourquoi ne pas imaginer la carte postale de l’époque sur la façade ». 840 euros de frais de géomètre sont supportés par la commune.

Vente d’un immeuble du 20 place Henri Utard : la ville continue de vendre son patrimoine immobilier. Composé de deux logements et de deux garages, l’immeuble du 20 place Henri Utard est cédé au prix de 220.000 euros.

Concours des maisons fleuries : une prime de 100 euros est attribuée aux lauréats de chaque catégorie du concours. Des primes sont également décernées aux concurrents suivants.

Boîte à idées : elle mise en place à l’entrée de la mairie pour recueillir les suggestions des Romarimontains afin de rendre les musées plus attractifs.

Ski scolaire : les élus ont jugé utile de poursuivre l’opération ski scolaire pour dix classes des écoles publiques et pour quatre classes de l’école privée pour un coût total de 5.600 euros.

Eclairage public : les travaux de modernisation du réseau se poursuivent. Jean-Benoît Tisserand souhaiterait de d’éteindre les feux de 2 heures à 5 heures : « Il y a des avantages qui feraient des économies mais ça provoque aussi des réticences ». Jean Hingray assure que « ça représenterait une économie annuelle de 26.000 euros. Mais un sentiment d’insécurité peut se développer. On réfléchira tous ensemble avec les services techniques ».

David Jeangeorges.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.