Search
mercredi 14 nov 2018
  • :
  • :

Saint-Nabord – La traversée à Noirgueux pour perpétuer l’acte héroïque des américains libérateurs

image_pdfimage_print

Malgré une météo quelque peu incertaine mais qui a tenu bon, la double cérémonie à Noirgueux marquant le 74ème anniversaire de la libération de la commune et du pays de Remiremont a rassemblé une foule assez nombreuse ce dimanche aux côtés des autorités civiles et militaires, associations patriotiques et porte-drapeaux.

Une fois encore les bénévoles de l’association des Amis de la 36ème Division d’Infanterie US du Texas avait bien organisé les choses afin de privilégier l’accueil. Comme chaque année cette cérémonie à Noirgueux s’est déroulée en deux parties avec tout d’abord la reconstitution de la traversée de la Moselle et de l’attaque avec les troupes allemandes repliées sur l’autre rive de la rivière.

La partie officielle était ensuite abordée avec le discours du président Jean Hilfiger, toujours très vaillant du haut de ses 88 ans (c’est lui qui avait guidé les troupes américaines libératrices en septembre 1944 alors qu’il n’était âgé que de 14 ans). Une page d’histoire qui s’est ouverte dès le 20 septembre de la même année, alors que le 142ème régiment d’infanterie du Général St. Clair se trouve dans les faubourgs de Remiremont. Les allemands ont fait sauter les ponts de la Moselle, sauf celui du Prieur. Ils sont décidés à empêcher les américains de franchir la rivière.

De son côté, le 141ème régiment d’Infanterie américaine est arrivé à Raon aux Bois, mais le col du même nom est protégé par une batterie de 88 et une mitrailleuse. Les colonels Simpson et St. Clair, pour éviter une bataille destructive à Remiremont, se rendent au sommet de la rive gauche de la Moselle afin d’observer les lignes allemandes situées rive droite. Les colonels américains décident de franchir la Moselle à Noirgueux, là-même où la rivière est plus étroite et bordée d’un talus protecteur.

Au matin du 21 septembre, une mitrailleuse allemande interdit l’accès à la prairie en surplomb. Mais les mortiers américains l’ont fait taire et l’ensemble de l’infanterie américaine traverse la Moselle. Grâce à l’établissement d’un pont dit « tête de bateau », les véhicules peuvent passer à leur tour. Le 141ème emprunte la route de Seux et les allemands pris à revers quittent la ville après avoir fait sauter le Pont du Prieur. La manœuvre audacieuse du 141ème R.I. américain évita ainsi la destruction de la ville de Remiremont par les troupes ennemies.

Deux roses et quatre gerbes déposées

Après les prises de paroles d’Irène Morel, aumônier militaire, Daniel Sacquard, maire de Saint-Nabord et de Christophe Naegelen, député de la circonscription, deux roses étaient déposées par deux jeunes filles au pied de la stèle érigée en 1991. Le cérémonial se poursuivait par la dépose de quatre gerbes. Celle de la 36ème Division d’Infanterie US par le président Jean Hilfiger, Mme Lynn Burch, petite-fille d’un libérateur américain, Camille Valentin, président de la section UDC-AFN de Saint-Nabord et Renaud, arrière petit-fils de Jean Hilfiger.

Suivit la gerbe de la commune de Saint-Nabord emmenée par Daniel Sacquard, maire de la cité, Christophe Naegelen, député de la circonscription, Patrick Lagarde, maire de Cleurie, Dominique Schlesinger, adjointe au maire de Remiremont, Michel Demange, maire de Saint-Etienne-Les-Remiremont et le capitaine de la Gendarmerie mobile de St. Etienne-Les-Remiremont.

Puis la gerbe de la comme d’Eloyes fut portée par Philippe Noël, maire de Raon aux Bois, Françoise Gérard, adjointe au maire d’Eloyes, Pierre Mathieu, (Eloyes) et le Capitaine Denis Martin, commandant la compagnie des sapeurs-pompiers de Remiremont.

Enfin, la gerbe de l’US Mémory Grand Est France fut déposée par M. Yves Senizergues et deux américains, Mme Lynn Burch et M. Chris Burch.

Après la sonnerie aux morts, la musique l’Etendard de Dommartin-les-Remiremont interpréta les hymnes américains et français. Puis ce fut au tour de la cornemuse d’apporter la dernière note à la cérémonie qui se clôturait par le salut des autorités présentes aux porte-drapeaux, dont l’un d’entre eux était porté par Edouard, autre arrière petit-fils de Jean Hilfiger.

Noirgueux, un lieu de mémoire, une grande page d’histoire et d’héroïsme qui s’est inscrite dans la libération du pays de Remiremont. On n’oublie pas, 74 années après !

D.P.

Photographies : Christian Schirm.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.