Search
lundi 17 déc 2018
  • :
  • :

Remiremont – Les places de parking au coeur des préoccupations des commerçants !

image_pdfimage_print

En ce 1er octobre, le maire Jean Hingray avait souhaité réunir les commerçants romarimontains au Grand Salon de l’Hôtel de Ville. Quelques quarante cinq d’entre eux (soit environ un tiers) avaient répondu favorablement à l’invitation. Un moment que le 1er magistrat a voulu avant tout convivial et dans tous les cas une thématique qui lui tenait à coeur après les différentes réunions de quartiers organisées lors de la saison estivale.

Un peu moins de deux ans après son accession à la mairie, Jean Hingray a tout d’abord dressé le bilan des différentes actions mises en place. Il évoquait ainsi les stationnements en « dépose-minute » ayant vu le jour rue du Canton, Boulevard Thiers, ainsi que les zones de livraison désormais effectives rues de la Xavée et Charles de Gaulle. Et de rappeler aussi les emplacements motos, la mise en place du forfait post-stationnement, la gratuité accordée les quatre premiers jours des soldes, les autorisations de mise en place de terrasses à certains cafetiers et restaurateurs, sans oublier la mise en fonctionnement de la navette de la ville le samedi matin.

Si la gratuité du stationnement au début des soldes a été considérée comme une excellente idée, plusieurs commerçants ont souhaité que la mesure soit étendue certains samedis à partir de 15 h. Florent Zanchetta, responsable de la police municipale, a pour sa part indiqué que quelques 1.600 forfaits de stationnement ont été recensés depuis le 1er janvier 2018. Un commerçant a demandé pourquoi la ville n’a t-elle pas instauré un système de stationnement « zone bleue ». Ce à quoi le maire a répondu que pour défaut de disque de stationnement en zone bleue, l’amende pénale serait de l’ordre de 35 euros alors que la ville a opté pour une baisse du tarif amende horodateur (de 17 à 15 euros).

Une gratuité évoquée pour le jour le plus calme de la semaine

Cette gratuité conviendrait à bon nombre de commerçants pour le jour jugé le plus calme de la semaine, à savoir le jeudi. « Cela peut nous ramener du monde » a jugé l’un d’entre eux. Le maire a aussi suggéré de supprimer l’horodateur situé en 2ème partie de la rue de La Courtine. Proposition également émise d’une dépose-minute en zone payante (maximum 10 mn) mais il faudra que ce temps soit pleinement respecté a précisé Jean Hingray, tout en rappelant l’existence du quart d’heure de stationnement gratuit en zone payante.

Un commerçant a estimé que « Remiremont souffrait d’une carence de places de parking », jugeant qu’elles demeuraient insuffisantes. Au maire de rappeler alors l’existence des parkings gratuits des Brasseries et du Batardeau, sans oublier les 500 places qu’offre le Champ-de-Mars situé à 2 minutes à pied du coeur de ville. Et d’ajouter : « on continue de réfléchir pour trouver d’autres solutions assez rapidement » évoquant ainsi le recours à l’investissement « public-privé ».

Le directeur du supermarché « Casino » a ensuite évoqué le problème de sortie du parking souterrain de son établissement. « Nos clients émettent leur crainte quant il s’agit de sortir directement sur la voie (Boulevard Thiers) depuis le réaménagement de cet axe. Jean Hingray l’a volontiers admis, tout en indiquant que les travaux ont été réalisés par une municipalité antérieure. Il ajoutait : « il faudrait trouver là une solution technique, mais je ne suis pas magicien ».

La rue de la Xavée en questions

Quelques nouvelles places en « dépose-minute » verront officiellement le jour prochainement : 2 dans la partie basse de la rue Charles de Gaulle, 2 autres en son milieu et 3 dans sa partie haute à proximité du Volontaire. Egalement 2 autres places concerneront la rue de La Courtine.

Plusieurs commerçants se sont relayés pour dire que le stationnement demeurait compliqué rue de la Xavée. « Nos clients se plaignent de la présence des quilles et des bacs à fleurs, certains évitent carrément de s’y garer » ont-ils martelé. Ce à quoi Jean Hingray a indiqué que là aussi, une réflexion était menée avec les services techniques de la ville en vue d’une amélioration. Puis fut évoquée l’opportunité de créer des boutiques éphémères afin de remédier à la « souffrance de certains magasins » (vitrines vides). Le maire souhaite à ce sujet recueillir les idées des romarimontains. Une enquête qui permettrait aussi de faire le jour sur le genre de commerces à développer ou manquants en ville.

Actuellement, le taux de vacance des commerces romarimontains serait de l’ordre de 8 %. Un pourcentage qui laisse donc place à de nouvelles installations.

Le lien manquant avec le marché de Noël

Adjointe à la communication, attractivité, animations et tourisme, Stéphanie Didon a présenté les différentes actions mises en place par la Ville afin de mieux communiquer avec les romarimontains. Mais certains commerçants trouvent que les effets ne se font pas ressentir. Ils ont aussi évoqué le lien manquant avec le marché de Noël désormais installé place de l’Abbaye. Une franche coupure avec la vie des commerces.

Si le maire s’est dit satisfait de la nouvelle implantation du marché de Noël, il a néanmoins précisé : « on est en train de travailler pour recréer un lien avec les artères commerçantes », évoquant par la-même que cela passerait par des animations rue de la Franche Pierre. Affaire à suivre pour les prochaines semaines…

En fin de rencontre, Fabrice Gaspard, coprésident de l’URCA (Union Romarimontaine des Commerçants et Artisans) a pris la parole pour réaffirmer que le problème de parking est encore énorme sur la ville. Et de préciser : « si l’URCA travaille à apporter son souffle de dynamisme au commerce romarimontain, il ne peut cependant pas tout faire ». D’où sa requête d’une collaboration renforcée avec les services de la Ville.

Le coprésident a alors cité l’exemple d’Epinal, rappelant que lorsque les commerçants de « l’Epicentre » investissent un euro, la ville en met tout autant sur la table. A Fabrice Gaspard d’ajouter : « c’est un travail à faire ici avec la mairie afin de renforcer l’attractivité du centre ville ».

Des idées pour avancer ensemble, la rencontre de lundi soir fut instructive. Le partenariat entre la ville et les commerçants ne demande véritablement qu’à s’étoffer…

Denis Philippe.

Photographies : Christian Schirm.




Une réaction sur “Remiremont – Les places de parking au coeur des préoccupations des commerçants !

  1. lui

    Tiens tiens le stationnement payant gênerait le bon fonctionnement des commerces? Cela fait des années que je le clame.
    Vous commerçants pouvez aussi rembourser une heure de stationnement sur présentation du ticket de l’horodateur lors d’un achat dans votre boutique.
    C’est ce qui se fait à Nancy au Saint seb.
    Après la solution de simplicité est d’aller faire ses achats sur les zones commerciales autour de Remiremont c’est gratuit.
    Moi je refuse de venir à Remiremont est de payer l’équivalent d’une entrée d’un salon de l’habitat ou autre pour venir dépenser de l’argent dans les commerces.
    Je pense que nous sommes déja largement assez taxés comme ça.
    Mais ce n’est que mon avis et je ne demande pas qu’il soit partagé ,tout le monde a le droit de se faire arnaquer.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.