Search
lundi 17 déc 2018
  • :
  • :

Remiremont – Les gilets jaunes à travers la ville et ses faubourgs

image_pdfimage_print

Ils étaient environ 300 au final pour entamer leur marche dans les rues de la cité ce samedi matin en scandant leurs slogans et autres écriteaux à l’exemple de « dans le cochon tout est bon, dans le Macron rien n’est bon ».  Les gilets jaunes ont fait une nouvelle démonstration de leur union. Avec le plus souvent la grande compassion des automobilistes. Un cortège tout en jaune qui a  remonté en grande partie la rue Charles-De-Gaulle pour rejoindre le parvis de l’hôtel de Ville où fut entonnée une vibrante Marseillaise, accompagnée à la trompette.

Après une halte devant le commissariat où ils ont clamé « la Police avec nous ! », les gilets jaunes ont rejoint la rue de la Xavée, où décision était prise de se diriger vers le faubourg d’Epinal afin de rejoindre l’échangeur de Moulin à Saint-Nabord. De là, Les gilets jaunes avaient l’intention d’investir la 2 x 2 voies, mais cette solution fut écartée, car trop dangereuse. Se dirigeant alors vers la bretelle débouchant sur l’axe RN 66, une négociation a du intervenir avec le Commandant de Police qui leur assurait que c’était, là aussi, un gros risque.

Mais en regard de la détermination des gilets jaunes, une seconde patrouille de Police était appelée sur place afin de sécuriser le cortège à l’avant comme à l’arrière où se formait un long bouchon.  Alors qu’il était prévu de sortir par la zone de Choisy, une partie des gilets jaunes décidaient de poursuivre jusqu’à la sortie vers Saint-Etienne où ils prévoyaient de rejoindre le rond-point de l’Europe et l’hypermarché E. Leclerc.

En fin de matinée, l’on apprenait par ailleurs qu’une quinzaine de gilets jaunes s’étaient accaparés de la station-service du Super U à Pouxeux.

 

D.P.

 

Photographies  Claude Noël.




11 réactions sur “Remiremont – Les gilets jaunes à travers la ville et ses faubourgs

    1. Valérie

      si on avait continué à fermer les yeux face à ce qui se passe actuellement dans notre pays, je pense qu’il fallait crever l’abcès, entre la vraie vie et ce pouvoir il y a un grand fossé .La réalité leur à pété à la figure

      répondre
    2. max

      soutiens en tout ….ah bon , ben moi je déteste la violence de ce mouvement et de se prendre la liberté de m’enlever la mienne de circuler par ex ……

      répondre
      1. georgesmarché

        Soit.

        Mais on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs, et tout le monde sait que si il n’y a pas de gêne, le gouvernement ne bougera pas d’un millimètre.
        Donc malheureusement les blocages ( relatifs ) sont une quasi nécessité.

        répondre
  1. PierreL

    Beurk !
    « En fin de matinée, l’on apprenait par ailleurs qu’une quinzaine de gilets jaunes s’étaient accaparés de la station-service du Super U à Pouxeux. »
    De quel droit ?
    Beurk !!

    répondre
    1. georgesmarché

      Le droit d’arrêter de se faire tondre et mépriser par une pseudo « élite » minoritaire qui nous joue une mauvaise musique mondialiste.

      répondre
  2. ah bon

    Je suis d’ accord avec certaines revendications , taxes trop nombreuses et trop élevées, mais, vu que j’ ai 10/10 a chaque oeil, il me semble avoir reconnu des visages de personnes gilets jaunes assistés par l’ état depuis des décennies , pôle emploi étant leur employeur depuis longtemps, de même que la sécu , pour accident de travail le week end….ce qui remet en cause mon soutient pour ces gens et non pour la cause…poils dans la main , mais qui n’ hésitent pas à rester dehors , sous la pluie ,des journées entières. s’ils mettaient autant d’ ardeur au boulot que sur les ronds points , ils pourraient faire fortune en se mettant à leur compte.

    répondre
    1. Ly

      C est vrai j en ai reconnu qui touchent les aides sociales ce n est pas comme ça que l on veut être representé (Il faut arrêter LE social) mais Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac . Pour ma part je suis en CESU je vais chez les particuliers (28km aller pour faire 2h de ménage ) c est LE plus loin de mes contrats mais au moins je travaille plus tous les autres particuliers alors comprenez que l essence devenait un budget trop consequent pour moi autant rester chez soi dans ce cas .Je suis tier d être gilets jaunes DANS ma région la violence n amene rien

      répondre
    2. georgesmarché

      Vous avez en partie raison.

      Mais depuis les années mimitte, beaucoup de Français croient que le travail est une maladie honteuse et que l’état nous doit tout.
      Chaque Français doit d’abord apporter son écot à la collectivité avant de penser que l’état providence nous doit tout .
      Mais pour que cela fonctionne, il faudrait d’abord que la nomenklatura montre le bon exemple.

      Et là, c’est pas gagné du tout….

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.