Search
jeudi 21 fév 2019
  • :
  • :

François Vannson « vœux » voir la vie en Vosges Ce vendredi, le président du conseil départemental et sa suppléante Valérie Jankowski ont présenté leurs vœux devant une salle multi-activités archi-comble à Saint-Etienne les Remiremont.

image_pdfimage_print

Opération séduction pour notre département, tel est le leitmotiv du conseil départemental et le marketing territorial à travers la marque « Je vois la vie en Vosges » devrait cette année encore largement y contribuer.

Aujourd’hui, qui l’eut cru, les Vosges font partie des 10 destinations les plus visitées sur le principal moteur de recherche sur internet.

L’attractivité du territoire est l’une des trois enjeux majeurs de plan Vosges Ambition 2021 défendu par les conseillers en place tout comme la qualité de vie et les équilibres territoriaux.

Un budget de 455 millions d’euros voté à l’unanimité pour la quatrième fois consécutive, comme s’est plu à le répéter le président, sera réparti équitablement entre les services supports, les postes de dépense liés à la qualité de vie des Vosgiens, dont 37 millions consacrés aux routes, et ceux en lien avec les équilibres territoriaux. Près de 23 millions d’euros seront consacrés à développer l’attractivité des Vosges à travers le tourisme, l’accès aux loisirs, aux sports, à la culture, et l’agriculture.

Parmi les grandes réalisations 2018, on retiendra, entre autres, le développement au numérique avec l’accès au haut-débit pour 92% des Vosgiens, le plan de modernisation des collèges et l’équipement de ces derniers en tablettes numériques, la création de la maison de la montagne à la Bresse, opérationnelle depuis le 3 septembre 2018, qui forme aux métiers de la montagne et accompagne les saisonniers, l’accueil de plus de 10000 cyclo touristes dans le cadre de la semaine fédérale consacrée à ce sport ou encore la réhabilitation du col de la Schlucht débutée en juin et qui se poursuivra jusqu’en juillet 2019.

Au premier plan des focus 2019, on retrouve également la santé. François Vannson est revenu sur le dossier de l’hôpital de la cité des Abbesses qui sera au cœur des préoccupations 2019 et a formulé le vœu « d’une répartition équitable entre les deux établissements d’Épinal et de Remiremont et mettant l’intérêt du patient au cœur du dispositif ». Alors que 15 nouveaux médecins généraliste se sont installés dans les Vosges en 2018 et 12 dossiers sont d’ores et déjà en cours pour 2019.

François Vannson a déploré le désengagement massif de l’état à tous les niveaux, désengagement qui doit alors être compensé par les collectivités locales. Il a rappelé qu’il pouvait compter sur le soutien de son équipe et en particulier celui de Damien Parmentier, directeur général des services qu’il a qualifié de « pilier ». En cette période de débats qui s’ouvre, il a conclu cette cérémonie de vœux en laissant une question en suspens « si demain les départements devaient disparaître, qui serait en mesure de les remplacer ? »

Photos Christian Schirme




7 réactions sur “François Vannson « vœux » voir la vie en Vosges

  1. Philippe Spillebout

    Cette grande messe annuelle du département permet de donner un satisfecit aux invités triés sur le volet. Il est indéniable que des réalisations pour le bien être des habitants du département soient réelles. Par contre il me paraît douteux que tous les ingrédients soient réunis pour que l’attractivité du territoire soit complète. En effet en tant que membre actif de l’Ademat-H depuis sa création, je ne peux admettre qu’il y ait une répartition équitable entre les deux établissements hospitaliers. De mon avis personnel, connaissant les dossiers « évolutifs » présentés par l’ARS ne visant qu’un seul but, le financier, et aucune approche de considération humaine omettant « l’intérêt du patient », aucune médiation n’est envisageable. « Si demain l’hôpital de Remiremont devaient disparaître en tant que tel et se transformait en grand EHPAD, il est temps de revoir le logo des Vosges « Je…Vosges » dès à présent. Attendons le 25/01/2019, j’espère de tout mon coeur m’être trompé.

    répondre
  2. lucien

    Quand on demande aux gens où ils vont passer leurs vacances dans les Vosges? la réponse LA BRESSE GERADMER les petites stations aux alentours ,c’est pas le top coté connaissance pour les personnes qui veulent venir en vacances ; entre la vallée de la haute Moselle qui est d’un triste , un touriste qui arrive a l’impression d’arriver dans des villages dortoirs , tristes et moroses ; quand on voit la fermeture des commerces, des hôtels restaurants où habitent des migrants heureusement pour les propriétaires de ces hôtels ça met du beurre dans les épinards au frais du contribuable car la note surement est envoyée aux services sociaux du département, il est grand temps de revoir aussi ce problème de ces petits villages touristiques,de ce commerce en perdition qui mettait de la vie .Et pensons aussi que le climat va nos jouer des tours pour les villages à 600m il faudrait trouver d’autres atouts pour prévoir le futur .

    répondre
  3. Choupette

    Quand des associations organise quelque chose il y a toujours des raleurs dans la vallée de la moselle il ne faut pas s’étonné si les villages sont mort?

    répondre
  4. lucien

    coté cinéma, ce projet de grand complexe cinéma sur Remiremont va mettre à mal tous les petits cinémas de villages, c’est sur ça ne va déranger personne, mais la vie de village commence déjà par là , on réfléchit après ; mais à force de faire des choses sans réflèchir; que l’on ne pleure plus sur la tristesse des villages avec ces commerces fermés qui est responsable ? .

    répondre
    1. JMV

      Il faut vivre avec son temps.
      Un multiplex dispose de beaucoup plus d’atouts qu’un cinéma traditionnel.
      Confort, parking, horaires, multiples programmations simultanées, qualité du son et de l’image,…

      répondre
      1. lucien

        mais que va ton faire des petits ? ON LES NOIE trop tendance à oublier ceux qui se sont investis pendant des années dans ces petits cinémas , petits commerces …. LE PETIT N’A PLUS SA PLACE alors comment on peut encore pleurer face à la désertification des villages ? VIVRE AVEC SON TEMPS OK MAIS NE PLEUREZ PLUS QU’IL N’Y A PLUS RIEN

        répondre
  5. lucien

    Petits commerces ,petits cinés, petits hôpitaux, petite maternité, petits villages, petit monde rural, petites écoles, petits services …….et grosse catastrophe ; petit homme politique, petits maires, petits députés faites attention que l’on ne regroupe pas tout en 1 seul un jor où l’autre ça viendra .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.