Search
dimanche 24 mar 2019
  • :
  • :

Christophe Naegelen nommé rapporteur d’une commission d’enquête Le député de la troisième cirsconscription s'attèle à une tâche de grande ampleur

image_pdfimage_print

Récemment désigné rapporteur d‘une commission d’enquête sur la situation, les missions, et les moyens des forces de sécurité en France, le député vosgien Christophe Naegelen s’exprime à propos de la mission qui lui est confiée.

En quoi consistent les commissions d’enquête ?

Il y a chaque année 8 commissions d’enquête et un tirage par groupe parlementaire (composé de 30 députés NDLR). D’une durée de 6 mois, ces commissions ont pour but de faire émerger des propositions sur un thème donné. Le rapporteur est un élément clé dans cette commission puisque c’est celui qui va rédiger les conclusions et les préconisations après les auditions et enquêtes terrain. Deux autres thèmes avaient été envisagés : les dépenses publiques et les centrales d’achats alimentaires. Cependant, mes nombreuses sorties sur notre territoire m’ont permis de constater non seulement l’engagement de nos gendarmes et policiers mais aussi les difficultés auxquelles ils étaient confrontés et il me semble essentiel de s’y intéresser.

 

Quelles orientations allez-vous donner à cette commission?

Nous avons dégagé 5 axes. En ce qui concerne la situation, nous allons réaliser une cartographie en distinguant les forces de sécurité présentes en campagne et celles qui oeuvrent en ville puisqu’elles ne font pas face au mêmes contraintes et n’ont pas les mêmes missions.

Pour la partie « moyens », nous allons faire un état des lieux de l’immobilier aussi bien en terme de cadre de vie que de lieux de travail et nous allons aussi nous concentrer sur les équipements avec un focus sur les nouvelles technologies. Cet inventaire se voudra autant qualitatif que quantitatif et aura pour objectif de vérifier que les audits et contrôles des entreprises qui fournissent nos forces de sécurité sont bien respectés. Enfin, concernant les missions, nous allons nous intéresser à la façon dont elles sont organisées aux ordres qui sont donnés en matière de maintien de l’ordre et de contrôle des frontières.

 

Comment allez-vous procéder ?

Dès la semaine prochaine, nous allons débuter les réunions et auditions. Des rencontres sont prévues avec le ministre de l’intérieur Christophe Castaner, son secrétaire d’état, Laurent Nunez et la garde des Sceaux, Nicole Belloubet ainsi qu’avec la direction générale de tous les corps de forces de sécurité.

La commission entend également auditionner les représentants des personnels et des victimes et aller sur le terrain, dans les commissariats et les gendarmeries, que ce soit dans les campagnes ou dans les banlieues. J’aimerais faire venir la commission dans les Vosges, à Remiremont, car nous avons la chance d’avoir un escadron de gendarmerie et un commissariat.

 

L’ampleur de la tâche vous inquiète-t-elle ?

Quand j’embrasse un projet, j’ai l’habitude de m’y investir à fond.

Je suis un élu de terrain mais il est également de mon devoir, de par ma fonction de député, d’apporter des contributions nationales. L’impact des forces de sécurité est important sur notre quotidien et mérite donc toute notre attention, particulièrement en cette période où elles sont fortement mises à contribution. Le but de cette commission est d’apporter, mi-juillet, plusieurs propositions concrètes et de les inscrire, si possible, au projet de finance de 2020.

 

Propos recueillis par Adeline Stoltz




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.