Search
lundi 22 juil 2019
  • :
  • :

Saint-Nabord – Une soixantaine de Navoiriauds se sont réunis pour le « Grand débat national »

image_pdfimage_print

P1010985

Une soixantaine de personnes se sont rassemblées au centre socio-culturel de Saint-Nabord, pour participer au « Grand débat national » initié par Emmanuel Macron. Des membres des forces de l’ordre étaient présents devant le bâtiment.

A l’entrée était affichée une charte, envoyée par l’Etat dans le kit d’organisation de débat, délimitant le cadre de l’expression autorisée. Il est notamment demandé aux participants d’attester de leur « pleine et entière adhésion aux valeurs républicaines », d’ « éviter tout prosélytisme », de ne partager aucun « contenu offensant ou contraire à la loi » ou encore de ne pas « attaquer une personne ou un groupe de personnes en raison de leurs caractéristiques propres. »

4 grands thèmes étaient proposés : la transition écologique, la démocratie, la fiscalité et l’organisation de l’Etat. Les deux premiers ont servi d’échauffement, rapidement enjambé. C’est sur le thème de la fiscalité que le débat à vraiment démarré. Les premières oppositions se sont faites sentir, les premiers désaccords. Les échanges sont cependant restés respectueux.

Les points de vues exprimés témoignent de la diversité des parcours personnels, des tendances idéologiques, des visions du monde. Cet éclectisme est à l’image du mouvement de révolte qui a mené à l’organisation de ce « Grand débat national ». Certains plaident pour une diminution de la dépense publique. D’autres au contraire pour une augmentation de l’imposition. Chacun a sa vision de ce que serait une fiscalité juste et efficace.

Les sujets s’enchainent de manière assez libre. Le cas de la dette fait débat : « On va la laisser à nos enfants et petits enfants », affirme un intervenant. « Elle ne sera jamais remboursée », réponds un autre. « Il faut un budget à l’équilibre. Et pourquoi pas excédentaire ? »

L’Europe est pointée du doigts « On va dans le mur », « c’est loin, c’est à Bruxelles » , « qui connait, ici, le président de l’Union Européenne? ». Que faut-il choisir alors : plus d’intégration ou plus de souveraineté pour les nations du continent ?

Les évolutions de la ruralité et son avenir sont un enjeu très discuté. Baisse de la population et des services : faut-il une politique qui s’oppose à cette tendance ou faut-il s’y adapter ? Faut-il réduire le nombre de communes en France ? Comment simplifier l’organisation territoriale ? Nombreux sont ceux qui ne se reconnaissent pas dans la nouvelle région « Grand Est ». On déplore des prises de décisions lointaines, depuis un coin de bureau à Paris, par des gens qui ne connaissant pas bien le terrain.

Après 2 heures de discussion environ, beaucoup se sont dits satisfaits de ce que le mouvement des gilets jaunes a permis : se parler à nouveau, de sujets qui comptent. Les propositions présentées au cours de la soirée vont être remises au maire, qui les remettra lui même au préfet.




6 réactions sur “Saint-Nabord – Une soixantaine de Navoiriauds se sont réunis pour le « Grand débat national »

  1. Pacifique

    Une charte qui demande d’éviter tout prosélytisme, et un débat animé par un homme politique, ancien maire et président de com com qui a eu 12 ans pour écouter et mettre en œuvre des orientations. Déchu par le peuple, me semble-t-il, j’ai un grand respect pour cette personne, mais je trouve bizarre que la neutralité politique n’aie pas pris place pour l’animation de ce grand débat qui est né de la neutralité à l’écart de tout engagement politique et syndical pour répondre à des gens que l’on a jamais vu ou entendu pour la plupart d’entre eux. Nous savons la réponse qu’ont apporté les élus du passé avec tout le respect que nous avons pour leur engagement. Mais aujourd’hui le but est de farfouiller des idées nouvelles, des propositions nouvelles pour les faire remonter au plus haut lieu. Je ne connais pas le cahier des charges du fonctionnement de ces grands débats, je trouve cela bizarre, tout simplement. Est-ce la cause du peu de monde dans la salle?
    Bien cordialement.

    répondre
  2. ly

    Comment les navoiriauds ont ils été informés de cette réunion . Nous ne savions même pas qu’il y avait un débat . Tout le monde n’a pas forcément le journal . Quand on voit que notre propre maire qui lorsqu’il passe dans le quartier ne nous dit même pas bonjour , on ne se sent pas navoiriaud on est un secteur oublié de saint Nabord .

    répondre
    1. Thiriat Christine

      Monsieur ou Madame Ly ? Monsieur ou Madame l’anonyme ? Permettez moi de vous rappeler que Monsieur le Maire n’est pas à l’initiative de ce grand débat ! Et donc qu’il n appartenait pas à la municipalité de faire la propagande de cette réunion. Toutefois, pour prendre la défense de ses acteurs, des affiches ont été presentes dans tous les commerces locaux !
      Enfin, si Monsieur le Maire ne vous dit pas bonjour, pourquoi n allez vous pas lui demander pourquoi ? Préférez vous rester une nouvelle fois dans l’ombre ?

      répondre
  3. 88200macgyver

    Bonsoir à tous . Un simple tour d’horizon sur les photos de Remiremont info me permet de voir que nombreuses personnes de l’assistance n’étaient pas au bord de la route lors de ces manifestations gilets jaunes . Je remarque aussi que les personnes les plus avancées dans ces réunions ont eu un temps pour proposer des choses en temps voulu , notamment un ancien magistrat . Et sur le thème  » quelles ressources pour nos communes  » , je proposerai : comment vont vivre les gens de nos communes qui ont des revenus plus que moyens . Il me semble que les gens avancés dans ce genre de débat sont loin d’être les plus nécessiteux .Je dirai aussi qu’une réunion publique ne doit pas se faire à huit clos, et que j’aurais bien aimé savoir l’organisation de cette soirée .

    répondre
    1. aide toi le ciel t'aidera

      Arrive un moment ou les personnes aidées et en pleine force de l’âge doivent en retour apporter leur pierre à l’édifice à travers un service citoyen.
      Au vu du niveau record des impôts et taxes, de l’état des services publics , des finances exsangue du pays, on ne peut plus recevoir sans de son coté contribuer ( un peu ) à la bonne marche de la société qui vous soutient.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.