Search
mardi 25 juin 2019
  • :
  • :

Claude Vanony ou l’humour au service de la prévention

image_pdfimage_print

Claude Vanony 2L’humoriste et comédien vosgien apparaît dans des clips de prévention de la CPAM, dont le premier, sur le dépistage du cancer colo-rectal, est en ligne depuis vendredi.

Retour sur cette expérience avec l’humoriste préféré des Vosgiens.

Pourquoi avoir choisi de tourner dans ces clips de prévention ?

J’aime varier les expériences, rencontrer de nouvelles personnes. Quand la boite de production Supermouche m’a contacté, comme j’étais disponible aux dates de tournage, j’ai tout de suite dit oui. J’ai déjà travaillé avec Emmanuel Georges par le passé. C’est sa société qui a réalisé mon meilleur DVD d’un spectacle joué à la salle Poirel il y a une dizaine d’années et j’ai également tourné des courts métrages avec Supermouche. Ce n’est qu’après coup que j’ai réalisé à quel point cette campagne pouvait être utile.

Quels souvenir gardez-vous du tournage ?

J’étais ravi de tourner avec une jeune et jolie demoiselle (Aurore Sellier) qui est super sympa. On sent qu’elle est vraiment douée pour la comédie et le courant est passé tout de suite. On va certainement se revoir pour parler du métier.

J’ai déjà connu une mauvaise ambiance sur les tournages et ce n’est vraiment pas agréable. Là, les techniciens et techniciennes étaient prévenants et attentifs. On s’est bien entendu et j’espère que cela se ressent sur le résultat final. Le texte, écrit par le réalisateur Arnaud Virat sonne juste car l’objectif est de parler sérieusement sans se prendre la tête.

A bientôt 84 ans, envisagez-vous de lever le pied ?

Quand je vois d’autres personnes de mon âge ou même plus jeunes qui sont inactives et s’effraient de tout, je me dis que cette vie n’est vraiment pas pour moi !

C’est important de ne pas s’endormir. Je fais toujours du ski et doit être le doyen des moniteurs des Vosges.

Et bien sûr, je poursuis mes activités de comédien. Ce dimanche, je joue à Thiéfosse une pièce en un acte d’André Roussin, « le tombeau d’Achille » que j’avais déjà jouée alors que j’avais 24 ans. Or le personnage que je campe a 84 ans. Je trouvais intéressant d’interpréter de nouveau Achille maintenant que j’ai son âge, sans passer par les deux heures de maquillage préalables ! Il est très éloigné de moi, c’est un véritable rôle de composition.

Sinon, je continue toujours mes sketchs. Je serai à la salle Poirel le 24 mars et de nouveau dans les Vosges le 26 avril au casino de Gérardmer. Je participerai également à la fête des Jonquilles, fidèle au poste comme tous les deux ans.

Propos recueillis par Adeline Stoltz

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.