Search
dimanche 24 mar 2019
  • :
  • :

Remiremont : Catherine de Lorraine, femme de pouvoir, femme de foi !

image_pdfimage_print

Capture d’écran 2019-03-07 à 20.58.24

Ce vendredi 8 mars, c’est la Journée internationale des femmes. Une occasion de rappeler la vie d’une femme influente de l’Histoire locale. Catherine de Lorraine est une grande figure du passé de Remiremont. Abesse du chapitre de dames nobles, elle protégea la ville lors de la terrible guerre de trente ans.

Catherine de Lorraine est née le 3 novembre 1573 et morte en 1648. Elle est la fille du duc Charles III de Lorraine et de Claude de France. Elle reçoit à sa naissance le prénom de sa grand-mère maternelle, la reine et régente de France Catherine de Médicis.

portrait de Catherine de Lorraine, conservé au château d'Eu

Portrait de Catherine de Lorraine, conservé au château d’Eu

Femme de pouvoir, Catherine est avant tout une femme de foi. Elle fait le choix d’entrer en religion. « C’est son choix, ce qui est assez rarement le cas », confie Stéphanie Ysard, directrice des archives municipales. L’abbaye était à l’époque plutôt une sorte d’école pour faire un bon mariage, que les jeunes filles de la noblesse quittaient vers 13/14 ans.

Coadjutrice d’Anne de Salm, abbesse du prestigieux et très aristocratique chapitre de dames nobles de Remiremont, elle lui succède en 1611. Ca ne va pas se passer très bien ! Les chanoinesses vivent en fait presque comme des civiles. Cela ne convient pas à Catherine, qui souhaite changer un certain nombre de règles. Elle veut par exemple faire poser des portes pour fermer le cloître. Deux chanoinesses vont s’interposer pour empêcher les travaux. Une histoire de magie noire raconte que des chanoinesses auraient cherché à se débarrasser d’elle en utilisant une poupée à son effigie. 

P1030976Pendant la guerre de trente ans, l’abbesse fit tout pour préserver Remiremont. En juillet 1638, lors du siège de la ville par les troupes françaises commandées par Turenne, la légende raconte qu’elle aurait elle même combattu, avec les chanoinesses et les habitants. Il n’y a pas dans les archives de preuves écrites permettant de l’attester. Toujours est-t’il qu’elle permet à la ville de Remiremont de ne pas  être détruite.

Catherine obtient, le 28 novembre 1639, un statut de Neutralité pour Remiremont, qui sera ensuite étendu à Saint Dié, Epinal, Arches et Bruyères. « C’est une période charnière de l’Histoire », explique Stéphanie Ysard. La Lorraine, auparavant rattachée au Saint Empire, va être sous l’influence de la France. Le rattachement du duché à la nation ne se fera que bien plus tard, en 1766. 

Marguerite de Lorraine

Marguerite de Lorraine

La nièce de Catherine, Marguerite de Lorraine, fut chanoinesse du chapitre. Fin 1629, Gaston de France, frère du roi Louis XIII vint à Remiremont. Nous avons la preuve de son passage dans la comptabilité municipale. Gaston tombe amoureux de Marguerite. Le roi refuse leur mariage. D’après Richelieu, il y a un risque que la Lorraine échappe à la France. Les deux amants se marièrent secrètement à Nancy. Risquant l’emprisonnement, Marguerite quitta la France déguisée en soldat, le visage couvert de suie. Louis XIII ne reconnaitra le mariage que onze années plus tard.

Catherine finit sa vie à la cours de France. Elle y fut toujours mal accueillie. Mais ce qui l’importait, c’était la religion. Catherine de Lorraine était une fervente chrétienne. Sa vie, ainsi que celles d’autres femmes influentes de la région est racontée dans une exposition intitulée « Femme, femme, femme » à découvrir jusqu’au 6 juin aux archives municipales de Remiremont.

Affiche_femme_femme_femme-page-001-724x1024




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.