Search
lundi 25 mar 2019
  • :
  • :

Vagney : le comité « En Marche ! » des hautes Vosges organise un grand débat demain soir

image_pdfimage_print

grand débat national

Le comité En Marche ! des hautes Vosges organise ce mercredi à partir de 19h une réunion de débat, à la salle du Trait d’union, au 2 ruelle des Viaux à Vagney.

« Dans le cadre du grand débat le comité des hautes Vosges organise sa quatrième réunion .En effet après le succès des trois premières où les débats ont particulièrement été constructifs et productifs ,nous vous proposons un dernier RDV dans ce cadre. La réunion aura lieu le mercredi 13/03 à Vagney où nous vous attendons nombreux pour un débat riche et plein de propositions »




9 réactions sur “Vagney : le comité « En Marche ! » des hautes Vosges organise un grand débat demain soir

  1. Lydia

    Pour y voir plus clair, Les Décodeurs dressent le tableau des principales aides auxquelles peuvent prétendre les migrants en France.

    Différents types d’immigrés aux droits divers
    Les pourfendeurs de l’immigration se plaisent souvent à mélanger les différentes catégories d’immigrés, qu’ils soient légaux ou clandestins, migrants économiques ou réfugiés, étrangers ou français. Cette imprécision volontaire sert leur discours, puisqu’elle leur permet d’additionner des avantages sociaux supposés… qui, en réalité, ne sont souvent pas cumulables.

    Précision : les situations présentées dans le schéma ci-dessous ne sont pas nécessairement amenées à évoluer. Par exemple, un étranger en situation régulière peut tout à fait le rester dans la durée.

    1 | Les minima sociaux
    Clandestins

    • Aucune prestation ne leur est proposée.

    Demandeurs d’asile

    • Ils peuvent bénéficier d’une allocation de demandeur d’asile (ADA) pendant toute la durée du traitement de leur dossier (entre cinq et neuf mois en moyenne).

    Cette allocation de 207 euros par mois permet d’assurer leur subsistance et de compenser l’interdiction qui leur est faite de travailler légalement avant un délai de six mois (même si certains peuvent travailler au noir).

    Le versement de l’ADA s’arrête à la fin de la procédure de demande d’asile (quelle qu’en soit l’issue). Il peut aussi être suspendu de façon anticipée en cas de fraude ou de manquement à la loi de la part du bénéficiaire (par exemple un comportement violent).

    Etrangers réguliers

    • A partir de 25 ans, ils peuvent prétendre au revenu de solidarité active (RSA) au bout de cinq ans de détention d’un titre de séjour permettant de travailler en France (ce délai est supprimé pour les titulaires d’une carte de résident, les réfugiés et les immigrés européens de longue durée, qui peuvent le toucher immédiatement).

    Le RSA s’élève à 551 euros par mois, mais il ne peut pas se cumuler avec d’autres aides.

    Sur 1,88 million d’allocataires du RSA en décembre 2017, 16 % étaient étrangers, selon le gouvernement.

    • Un étranger de plus de 65 ans peut bénéficier de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA, ex-minimum vieillesse), d’un montant maximal de 868 euros par mois.

    Pour la recevoir, il doit respecter les mêmes conditions que les Français (revenus annuels inférieurs à 9 998 euros). Il doit toutefois préalablement résider en France de manière régulière depuis au moins dix ans (ce délai est supprimé pour les réfugiés, qui peuvent le toucher immédiatement).

    Environ un tiers des bénéficiaires de cette aide sont de nationalité étrangère.

    Français

    • Il existe 10 minima sociaux en France, qui correspondent à des publics spécifiques.

    • Le plus universel d’entre eux est le revenu de solidarité active (RSA) : une allocation de 551 euros par mois versée à 2,5 millions d’allocataires de plus de 25 ans sous conditions de ressources.

    • L’allocation adulte handicapé (AAH), versée à plus d’un million de bénéficiaires, s’élève à 860 euros par mois.

    • L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA, ex-minimum vieillesse), versée à un peu plus d’un demi-million de retraités de plus de 65 ans, s’élève à 868 euros par mois.

    2 | La protection santé
    Clandestins

    • Ils peuvent bénéficier d’une prise en charge gratuite des principaux soins médicaux au titre de l’aide médicale d’Etat (AME). Tous les frais qui dépassent le plafond « Sécu » (par exemple pour les soins optiques ou dentaires) restent à leur charge.

    L’AME est théoriquement réservée aux immigrés présents depuis trois mois en France et sous condition de ressources, mais ces critères sont difficiles à vérifier dans les faits. Cependant, la fraude a un effet limité sur le coût du dispositif, selon un rapport parlementaire de 2011. Quelque 300 000 clandestins en bénéficient.

    L’AME a une vocation humanitaire, en prenant en charge les soins vitaux de personnes démunies. Mais c’est aussi un enjeu de santé publique : ne pas traiter ces patients pourrait favoriser la propagation d’affections contagieuses, comme la tuberculose.

    Demandeurs d’asile

    • La protection universelle maladie (PUMA, qui s’est substituée à la CMU) leur permet de bénéficier gratuitement de la part remboursée par la Sécurité sociale, à l’instar des Français du régime général.

    • Ils ont également accès gratuitement à la CMU complémentaire pour financer les restes à charge.

    Etrangers réguliers

    • Avec ou sans emploi, les étrangers peuvent bénéficier de la protection maladie universelle (PUMA), qui prend en charge la part remboursée par la Sécurité sociale.

    • Au bout de trois mois de présence en France, et sous condition de ressources, ils peuvent aussi être couverts par la CMU complémentaire pour les restes à charge.

    • Si leurs revenus se situent juste au-dessus du plafond de la CMU complémentaire, ils peuvent recevoir une aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS).

    • Certains Européens restent par ailleurs rattachés à la « sécu » de leur pays d’origine.

    Français

    • Avec ou sans emploi, les Français peuvent bénéficier de la protection maladie universelle (PUMA), qui prend en charge la part remboursée par la Sécurité sociale.

    • Sous condition de ressources, ils peuvent aussi être couverts par la CMU complémentaire pour les restes à charge.

    • Si leurs revenus se situent juste au-dessus du plafond de la CMU complémentaire, ils peuvent recevoir une aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS).

    3 | L’hébergement et le logement
    Clandestins

    • Ils peuvent théoriquement bénéficier de l’hébergement d’urgence au même titre qu’un autre résident en France.

    Demandeurs d’asile

    • Plusieurs types de structures peuvent les héberger le temps de l’examen de leur demande d’asile (entre cinq et neuf mois en moyenne). Il s’agit principalement de centres d’accueil spécialisés (les CADA), mais aussi d’hébergements d’urgence.

    Dans tous les cas, cette situation est difficilement comparable avec le fait d’être locataire ou propriétaire d’un logement traditionnel. Les personnes hébergées en CADA sont par exemple parfois amenées à partager certaines pièces de vie avec d’autres personnes ou familles.

    • Les adultes qui n’ont pas de place d’hébergement reçoivent une allocation de 225 euros par mois pour se loger.

    Etrangers réguliers

    • Ils peuvent bénéficier des aides au logement (APL, ALF et ALS), demander un logement social et faire valoir leur droit au logement opposable au même titre que les Français, sous condition de ressources.

    Environ 14 % des logements sociaux sont attribués à des étrangers hors Union européenne.

    • Ils peuvent aussi bénéficier de l’hébergement d’urgence au même titre qu’un Français.

    Français

    • Ils peuvent bénéficier des différentes aides au logement (APL, ALF et ALS), demander un logement social et faire valoir leur droit au logement opposable, sous condition de ressources.

    Environ 80 % des logements sociaux sont attribués à des Français.

    • Les plus démunis ont en principe accès à un parc d’hébergement spécifique (places d’allocation logement temporaire, hébergement d’insertion…).

    4 | Les allocations familiales
    Clandestins

    • Aucune prestation ne leur est proposée.

    Demandeurs d’asile

    • Le montant de l’allocation de demandeur d’asile (voir plus haut) varie en fonction de la taille de la famille. Cela représente environ 100 euros par mois de plus par personne supplémentaire dans le foyer.

    Etrangers réguliers

    • Ils peuvent bénéficier des allocations familiales au même titre que les Français, à condition que leurs enfants vivent avec eux en France.

    Français

    • Les citoyens français dont le foyer comporte au moins deux enfants peuvent bénéficier des allocations familiales.

    5 | Les transports
    Clandestins

    • Certains peuvent bénéficier de facilités pour les transports dans certaines villes ou régions.

    Par exemple, en Ile-de-France, quelque 115 000 clandestins affiliés à l’aide médicale d’Etat ont le droit à une réduction tarifaire de 50 %.

    Demandeurs d’asile

    • Ils peuvent bénéficier de facilités dans certaines villes ou régions.

    Par exemple, en Ile-de-France, ils ont le droit à une réduction tarifaire de 75 %, comme les Français modestes, à condition d’être affiliés à la CMU complémentaire.

    Etrangers réguliers

    • Les plus modestes peuvent généralement bénéficier des tarifs sociaux pour les transports offerts par les villes ou les régions, au même titre que les Français.

    Par exemple, en Ile-de-France, ils ont le droit à une réduction tarifaire de 75 %, à condition d’être affiliés à la CMU complémentaire.

    Français

    • Certaines villes ou régions proposent des tarifs sociaux pour les transports aux personnes les plus modestes.

    Par exemple, en Ile-de-France, elles ont le droit à une réduction tarifaire de 75 %, à condition d’être affiliées à la CMU complémentaire.

    répondre
    1. Allo la terre.

      Je pense que peu de gens sont contre l’immigration dans la mesure ou les arrivants s’intègrent et sans que cela ne déstabilise socialement, économiquement ,et culturellement notre vieille nation.

      Mais lorsque que l’on voit les pensées moyenâgeuses ou (et ) discriminatoires, notamment à l’encontre des femmes ou d’autres religions, qui habitent de nombreux et récents immigrés,on peut légitimement se demander si cela ne met pas en danger les fondements de notre république .

      répondre
  2. JMV

    Il serait intéressant de connaitre la position du comité local de LREM sur le « parrainage » européen de l’ALDE ( dont fait partie LREM ) par BAYER MONSANTO.

    Quel honte..

    répondre
      1. JMV

        Il y a 20 000 lobbyistes qui hantent les allées du parlement européen à Bruxelles.
        Tous armés bien sur de jolies enveloppes,voyages  » d’études », ou
        « parrainages » divers.
        Pas étonnant ensuite de voir fleurir des actes ou décisions controversés ,voire hallucinants.

        Ne pas oublier que cette Europe fut initiée par un homme d’affaire,alias Jean Monnet ….

        répondre
      2. raoul.

        LREM financé par MONSANTO.

        J’en ai vomi mon petit dej’ aux tartines OGM et miel de synthèse dans un fossé traité aux glyphosates.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.