Search
samedi 21 sept 2019
  • :
  • :

Remiremont : l’avenir des Halles « Le Volontaire » se précise

image_pdfimage_print
Un espace totalement dédié à l'alimentation est proposé depuis juin aux Romarimontains.
Depuis le 1er juin dernier, le groupement d’intérêt économique (GIE) des Halles le Volontaire a mis fin à son activité. La question de l’avenir du bâtiment a été discutée ce mardi soir lors de la réunion du conseil municipal.

Le projet, à plus de 700.000 €, n’a rien couté au contribuable romarimontain. Il appartient désormais à la commune de donner un avenir au site. Un appel à projet avait été lancé, et une boite à idée installée à l’Hotel de Ville, afin que tous les habitants, clients et commerçants, puissent partager leur vision et leurs solutions. C’est finalement l’idée d’un marché du terroir, local et bio qui a été retenue. « Il faut garder un centre historique attractif », affirme le maire Jean Hingray.

3 enseignes ont été sélectionnées pour occuper l’espace central des halles : la poissonnerie Laporte-Nicot à Saint-Etienne-lès-Remiremont, la boucherie charcuterie Vialor à Dommartin-les-Remiremont et les fruits et légumes de La forêt des Délices, aux Forges. L’objectif : avoir tous les métiers de bouche réunis au coeur des Halles le Volontaire Il sera demandé à chaque commerçant de payer 5€ hors charges par mois et par mètre carré pour l’installation. Il s’agit du même montant que pour le marche couvert d’Epinal. Sur de petits espaces tout autour, des producteurs locaux pourront venir exposer leurs produits sur de plus courtes périodes.

« On s’était tiré une balle dans le pied, on va se tirer la deuxième », affirme Janine Ratsimihah, élue d’opposition, déplorant un manque de concertation. Hugues Laine la rejoint dans sa critique : « Je pense que tu veux rhabiller en vitesse les halles pour préparer les prochaines élections », lance t-il au maire. L’opposant dit avoir perdu son temps lors de la réunion de préparation du projet initial « Vous aviez vos idées, et basta ». Jean Charles Foucher rappelle qu’à  cette occasion, « il y avait l’URCA (association des commerçants), la chambre de commerce, qui ont considéré que c’était une locomotive, un pôle essentiel pour un centre ville qui se vide ».




17 réactions sur “Remiremont : l’avenir des Halles « Le Volontaire » se précise

  1. vive le commerce

    Seule les clients font la survie d’un commerce ,si les gens désertent les centres villes et villages, il y a une raison; vous avez tous du mal à l’accepter mais ce que vous avez autorisés il y a pas mal d’années et générations , engloutis en premier ce petit commerce et ensuite ce sera la bagarre de la concurrence dans les zones commerciales; ça commence déjà, et internet fera le reste ; on a laissé trop faire il y a pas mal d’années mais ça devient compliqué. .Déjà que l’on soutienne les commerces restants et revoir les charges, et trouver des compromis entre les banques qui freinent certains projets pour avancer ;parainer certains petits pour justement les soutenir ; le petit a bien du mal de se sortir un salaire quand il a tout payé .MAIS SI LA CLIENTÈLE EST AUX ABONNES ABSENTS VOUS NE POURREZ PAS Y FAIRE GRAND CHOSE ,LE PROJET EST SYMPA bonne chance et surtout beaucoup de clients .Suite à une lecture sur une revue je vois que mr Vannson se bouge pour les villes villages qui n’ont plus de centres villes avec des pas de portes à vendre partout vous sortez enfin de votre tanière car il y a souvent des SOS où vous n’avez même pas cherché à soutenir vous avez fait l’autruche et pourtant ça méritait d’être soutenu ; on s’affole on s’affole mais ce ne sera pas facile ;

    répondre
    1. François VANNSON

      Bonjour,
      Vous avez raison, les dossiers d’aménagement et d’attractivité du territoire sont en partie du ressort du conseil départemental. Élu président en 2015, j’ai mené avec le préfet une démarche afin d’engager pour les Vosges un programme de réhabilitation des bourgs -centres. Il y a eu appel à candidature. 5 projets- et donc 5 villes- sont retenus chaque année sur dossier par un jury (préfecture,département). Je tiens à préciser que dans le cadre de l’appel à projet (AAP), la ville de Remiremont n’a pas candidaté ni à l’AAP n°1 en 2017, ni au deuxième en 2018.
      Je reste à votre disposition pour en parler de vive voix à ma permanence de Remiremont.
      Très cordialement

      répondre
      1. Lucas

        combien de commerçants sont venus vous voir dans votre bureau car en général c’est la première chose que l’on fait , mais combien sont ressortis déçus sans réponse ? ALORS VOUS SAVEZ on n’a malheureusement pas tous cette chance d’être sauvé du déluge .10 petits valent un gros la preuve .

        répondre
      2. Lucas

        c’est très bien mais que faites vous pour tous ces petits dans tous les bourgs de notre département ,quand ils sont en difficulté souvent les administrations sont intraitables, sur des problèmes banques comprises .On doit avant tout comprendre le commerce ;comment ils fonctionnent au cas par cas et pourquoi pas parrainer et soutenir des petits certains devraient y penser .

        répondre
  2. constat

    Aie, 700000 € qui n’ont rien couté aux contribuables! En fait, de l’argent tombé du ciel ? Merci la voûte céleste. Mais, ce projet… pour piquer des clients aux commerces de la Grande-rue ? Je ne vois pas trop l’idée. Cordialement.

    répondre
    1. Lucas

      demandez à la région et département combien ils ont mis , à moins que de généreux mécènes privés ont donné ; comme à l’imagerie d’Épinal .

      répondre
      1. François VANNSON

        Bonjour Lucas,
        La loi NOTRE ne permettait pas aux départements de subventionner le commerce et l’artisanat.
        Le département n’a pas apporté de financement.
        Très cordialement

        répondre
        1. Lucas

          ils sortent d’où ces 700000 euros des sommes pareil ça fou le vertige mais on n’a l’habitude de verser des sommes pareil , pour des entreprises mais attention si au bout d’un an c’est un bide là ça commence à coûter cher à celui qui a mis cette somme , on retrouve ce genre de situation aussi dans des entreprises à croire que l’on n’a plus vraiment notion de fric il y en a pour si peu ont mis la clef sous la porte avec des années de fonctionnement c’est démesuré; ces sommes , on ferait mieux d’en verser au compte goutte avec en plus un contrôle des comptes et bilans .Et avt toutes fermetures réunir banque ,cci ,politique …pour au moins donner une chance et rebondir ….

          répondre
  3. Gg

    Encore du grand n’importe quoi…

    Avez vous pris en compte les risques pour les commerçants qui s’installent et pour ceux deja installés ?
    Et les risques pour leur personnel

    La population se réduit, le pouvoir d’achat baisse… il faut faire une offre commerciale complementaire et non continuer à donner des solutions qui se cannibalisent

    répondre
    1. Lucas

      Donner des autorisations de commerces en sachant que l’on va vers une catastrophe, ce n’est pas leurs problèmes ;implanter coûte que coûte pour éviter de montrer cette décadence du petit commerce ou même franchisés qui ouvrent et ferment à une vitesse grand V .Si les chiffres d’affaires, bilan ne sont pas à la hauteur des prévisions; les seuls emmerdés ce sont les gens qui ont investi dedans car souvent beaucoup à l’inauguration bien seul à la fermeture, ce ne sont pas les conseillers les payeurs . Je ne parle pas de Remiremont mais de la France en général. On nous tanne tous les jours du problème des pas de portes abandonnés qui font désordre dans les villes et villages mais ils n’ont pas toujours été ainsi pourquoi ils ont fermé ? à cause de cette invasion massive de ces zones commerciales qui ont été créées et autorisées sans voir plus loin que le bout de leurs nez le seule souci ,c’est la rentrée de fric et l’emploi mais là vous avez une autre gangrène la vie de vos villes et villages facile de fermer, pour la plupart asphyxiés par les charges , beaucoup ont des salaires de misère quand tout est payé il ne reste pas grand chose, au prorata des heures passées à travailler sans compter;beaucoup de monde à l’inauguration bien seul à la fermeture où dans les liquidations .

      répondre
      1. houlààà.

        il y a quelques solutions simples.

        1 ère. Interdire la vente de produits frais dans les grandes surfaces.
        Cela entraînera la réouverture de boucheries,boulangeries et poissonneries dans les petites villes et villages.

        2 éme. Faire payer le stationnement dans les parkings des grandes surfaces ( forfait avec décompte lors du passage sous un portique ).
        Cette mesure permettra par ricochet de rendre gratuit le stationnement dans les villes. ( zone bleue ).

        répondre
  4. ERIC

    Beaucoup d ‘élus locaux un peu partout en France se lamentent sur la mort de leur centre ville au détriment des zones diverses et variées en périphérie . Mais ce sont bien les mairies qui ont signés les permis de construire , d ‘aménagement et parfois même de démolition .

    répondre
    1. Lucas

      vous avez entièrement raison mais ces gens ne veulent pas accepter que ce sont EUX et EUX seuls qui sont responsables de cette catastrophe et ce n’est pas fin,i la preuve on devient de plus en plus fou avec ces arrivées massives de franchises étrangères qui bouffent tout sur son passage , le toujours plus grand, le toujours bas de gamme , le toujours camelote on y va on y va .et pire la concurrence ok on doit en avoir pour avoir des repères mais à un moment donné là pareil ça sature.La bonne marche d’un commerce , la vente est devenue une bataille sans pitié mais on en oublie l’essentiel le client . mais l’accueil, le conseil ,les bâtiments sans âmes , ça devient bien moche et triste ;ils sont tous pareil et ces zones types que l’on voit partout qu’elle originalité et quel bétonnage dans nos si belles régions ?et surtout ces centres ville villages qui ont beaucoup perdu c’est eux les plus à plaindre.Les CCI et élus un grand merci mais le mal est fait depuis si longtemps .

      répondre
    2. luie

      Et surtout il y à eu dans ces années là beaucoup d’enveloppes distribuées aux politiques pour financer les partis politiques (ou enrichissement personnel) afin de pouvoir obtenir des permis de construire ou d’agrandissement et aujourd’hui ces mêmes politiques viennent nous culpabiliser sur la mort des centres villes alors qu’entre temps ils ont fait installer partout des polices municipales et des horodateurs partout.quel foutage de gueule de la part de tout ce beau monde.

      répondre
  5. Remy Raymond

    Une poissonnerie, un boucher et un marchand de légumes ont fait faillite en moins d’un an. Qui fait venir le maire pour dynamiser le marché couvert ? une poissonnerie, un boucher et un marchand de légumes! Sans commentaire.

    répondre
  6. Lucas

    Ce qui est le plus important pour mr Hingrey c’est avant tout les élections qui approchent; ce marché couvert est un bide on ne va pas le cacher pour 700000 euros, un bide au bout d’un an quelle réussite ; on sait depuis longtemps que les métiers de bouches sont complètement saturés par la concurrence ,hypermarchés , supermarchés, discounts, bio producteurs en direct, bio franchisés et bio grande distribution , tout ce petit monde doit se partager le gâteau une clientèle aux pouvoirs d’achat pas élastique ;comme je dis le maire ne va pas être dans les comptes de ces gens si le navire coule , c’est pas son fric personnel .Quand au cinéma la folie des grandeurs avec ces belles subventions et soutiens de nos élus continuent le travail de fossoyeur est de nouveau en marche pour nos petits cinés ils n’ont rien compris et vont pleurer si les petits cinés ferment , arrêtons cette hypocrisie .

    répondre
  7. ah !

    De source sure , plusieurs concessions sont déjà attribuées dont : un marchand de cigares; de casquettes, de bretelles, de chaises pour l’instant avant les fauteuils. Pour les Rolex , les petits bourgeois de la ville ils se contenteront de Maty ,

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.