Search
jeudi 18 juil 2019
  • :
  • :

Suppression de la taxe d’habitation dans les Vosges

image_pdfimage_print

house-1407562_1280

Le Premier Ministre a annoncé le 12 juin 2019 la suppression totale de la taxe d’habitation sur les résidences principales pour l’ensemble des foyers, quel que soit le montant de leur revenu.

Dès 2020, 80% des Français, soit 17,6 millions de foyers, auront cessé définitivement de payer la Taxe d’Habitation sur leur résidence principale. Au niveau national, leur gain sera de 555€ en moyenne, après avoir connu un allégement de deux tiers (361€ en moyenne) en 2019 et d’un tiers en 2018 (166 € en moyenne).

Au final, en 2023, 24,4 millions de foyers bénéficieront de la suppression complète de la Taxe d’Habitation sur la résidence principale, pour un gain moyen de 723 € par foyer fiscal. Dans les Vosges, la suppression partielle puis totale de la Taxe d’Habitation sur les résidences principales représentent les gains moyens par foyer et par an suivants :

Capture d’écran 2019-06-25 à 08.43.03

Prefecture des Vosges 




8 réactions sur “Suppression de la taxe d’habitation dans les Vosges

  1. Gilbert Schloesser

    Cette promesse de campagne racoleuse, n’aabsolument pas été pensée dans un ensemble de réforme de l’impôt local !
    Et maintenant, ils bricolent pour s’en sortir…
    Il faudra bien compenser dans les caisses des collectivités locales !
    Au bout du compte quel gain de pouvoir d’achat ????

    répondre
    1. Micky88

      Point de vue !

      Certes, il faudra bien trouver l’argent ailleurs, mais avouez quand même qu’une taxe supprimée parmi toutes les taxes créées, ça fait plaisir…

      J’ai lu quelque part que la France est championne du monde des taxes, plus de 1000 à ce jour et 256 impôts différents.

      Nous sommes les génies de la créativité fiscale et les représentants des ministères concernés semblent incapables de nous donner une liste exhaustive de ces taxes & impôts, certains entrant même dans des agrégats.

      répondre
  2. JMV

    L’état macronien accélère la mise en bière de la ruralité.
    Bravo aux courageux maires des petites communes qui se dévouent pour des queues de cerises.

    répondre
  3. Jeannine

    Le politicien fait du clientélisme pour demain encore assurer son élection. Il est contraint de tenir ses avances de campagnes. C’est dans sa globalité qu’il faut considérer le changement. Le Maire verra moins de dotation globale de fonctionnement. Il va devoir conserver les agents dévolus aux services obligatoires: administration minimalisée, voirie communale, eaux, cimetière, et pas les autres. Le bourg a perdu ses commerces, ses fabriques et une partie de sa démographie . Presque toutes les écoles des écarts ont été supprimées. Tout ça a été planifié. Avec ce train de vie actuel de certaines municipalités , établir un budget équilibré ne sera pas aisé demain non plus.

    répondre
  4. houlààà.

    Classe moyenne :
    Pan…pan …et re pan…

    Impôts sur le revenu.
    Impôts locaux.
    Impôts fonciers.
    Mutuelle santé.
    Pas droit aux HLM.
    Pas d’allocations familiales.
    Pas d’allocation logement.
    Pas de RSA.
    Pas de CMU.
    Pas de chèque énergie.
    Pas de bons d’achats des services sociaux.

    Youpie.

    répondre
  5. grosjean

    arrètez de nous raconter des histoires !! J’ai 81 ans et je devrai attendre 2023 pour peut être ne + payer de taxe d’habitation!! Donc me parler de gain moyen est totalement incongru,parceque pendant ces 4 années ,Macron aura surement bloqué ma retraite puisque menteur patenté,il nous a annoncé qu’il avait supprimé la désindexation des retraites ce qui est totalement faux puisque c’était prévu pour 2 ans(cela est resté) et pour certains retraités cela va être 3 ans. Vive le mensonge !!!

    répondre
    1. JMV

      Vous avez raison.
      Macron et ses discours aux relents de mauvais tragédien ment comme il respire.
      La pauvreté augmente, la dette augmente, et donc les classes moyennes sont de plus en plus sollicitées et ponctionnées.
      Ce qui me dérange dans tout ça, c’est que la solidarité ne marche que dans un seul sens.
      Il serait temps et très logique que les gens que l’on soutient, sains de corps et d’esprit, participent aussi un tant soit peu au bon fonctionnement de notre société.
      Aide dans les Ephad, les écoles, dans des jardins collectifs, dans nos forets et routes ,etc,etc…
      Ce qui était normal et cohérent jusque dans les années 70, quand nous avions encore les moyens de nous offrir des services publics de qualité, à l’époque du plein emploi et pour un budget de l’état excédentaire ou en équilibre, ne l’est plus du tout en 2019.
      Donc il est temps de remettre à plat le fonctionnement du zinzin.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.