Search
mercredi 23 sept 2020
  • :
  • :

Le Haut-du-Tôt : les futurs techniciens agricoles passent leur examen en pleine nature

image_pdfimage_print

DSC_0713

La semaine dernière, une quarantaine d’élèves du Titre de Technicien Agricole ont passé leur examen. Venus des MFR de Ramonchamp (88), Fougerolles (70), Chargey-lès-Gray (70), Vercel (25) et Samer (62), ils ont notamment réalisé un diagnostic d’exploitation, aux Jardins de Bernadette. Une fois ce diplôme de niveau Bac en poche, ils pourront s’installer en tant qu’exploitant agricole. 

Encore méconnue, la formation « Titre de Technicien Agricole » permet de valider un diplôme de niveau IV. Grâce à lui, les lauréats peuvent créer leur exploitation agricole, en bénéficiant des aides à l’installation. DSC_0699Disponible en alternance, cette formation est aussi bien accessible aux jeunes qui viennent de valider un CAP qu’aux adultes en reconversion professionnelle.

« L’alternance est un point fort de la formation, puisque cela permet aux élèves d’acquérir des compétences sur le terrain. Pour les jeunes, c’est une manière de gagner en compétences. Et pour les adultes, c’est une manière de valider leurs acquis. », explique Dominique MATHIEU, responsable du Titre de Technicien Agricole à la MFR de Ramonchamp.

Un enseignement transversal

La certification est organisée en trois blocs de compétences : coordination, conduite durable
et développement des activités agricoles de l’entreprise ; gestion des relations, de la situation économique DSC_0664et financière de l’entreprise agricole ; et entreprenariat. « La formation se déroule sur une période de 15 semaines, en un an ou deux ans. Nous prenons en compte les besoins de nos apprenants, et nous valorisons les compétences déjà acquises. Il est également possible de valider un module par an, afin de s’adapter aux besoins de chacun. », poursuit Dominique MATHIEU.

Le public du Titre de Technicien Agricole est particulièrement varié, avec des projets professionnels très diversifiés : apiculture, maraîchage, élevage, transformation… Dès lors, l’enseignement se veut être le plus transversal possible. Commercialisation, gestion, comptabilité ou encore montage de dossiers administratifs : autant de connaissances qui seront utiles aux détenteurs du Titre, quel que soit leur projet professionnel.

Une exploitation atypique

Au terme de cette formation, des épreuves terminales sont organisées, sur deux jours. Cette année, c’est dans les Vosges que se sont retrouvés les élèves de cinq MFR des Vosges, de Haute-Saône, du Doubs et du DSC_0648Nord. L’objectif est de réaliser le diagnostic d’une exploitation agricole du secteur, et de réaliser une restitution à l’oral devant un jury composé de techniciens et d’agriculteurs.

Afin de bousculer les codes, l’examen s’est déroulé dans une ferme au profil atypique, qui produit des plantes aromatiques et médicinales : Les Jardins de Bernadette, situé dans le village de montagne du Haut-du-Tôt.

« Nous cultivons un hectare et demi, où nous faisons pousser une quarantaine d’espèces différentes. Puis nous les commercialisons, sous forme d’infusions, de condiments, de sirops, d’huiles essentielles, de confitures, d’hydrolats et même de cosmétiques. Nous faisons essentiellement de la vente directe, dans notre magasin. », déclare le chef d’exploitation, Alain GRANDEMANGE

L’exploitation possède également une dimension artistique, puisqu’elle accueille tous les ans « Les Sentiers de la Photo » : des expositions de photographies dans les jardins et dans la forêt attenante.

De la graine jusqu’à la vente directe

L’après-midi du 25 juin, c’est sur le toit des Vosges que les élèves ont échangé avec Alain GRANDEMANGE pour lui poser toutes les questions possibles. Production, temps de travail, embauche de salariés, DSC_0713comptabilité, chiffre d’affaire… L’exploitation a été mise à nu !

« C’est une démarche intrusive, mais je n’ai pas de problème avec la transparence. Au contraire, je trouve cela très bien de proposer à des jeunes en formation de découvrir des productions différentes du modèle polyculture-élevage. Ils ont vu qu’il est possible de s’y retrouver, économiquement et personnellement. », note Alain GRANDEMANGE.

Travail de la terre, semis, récoltes, séchage, distillation des huiles essentielles, accueil du public… Aucune journée ne se ressemble pour le chef d’exploitation, qui travaille avec deux salariés permanents et trois saisonniers.

Une visite qui a particulièrement plu aux élèves, qui ont apprécier le cadre très « nature » de cette ferme peu commune. Après la restitution des informations collectées sur le terrain, il leur faudra valider leur rapport de stage et présenter la faisabilité de leur projet professionnel pour obtenir le précieux diplôme.

Émilie MICHEL
Fédération MFR des Territoires Haut-Marnais et Vosgiens




Une réaction sur “Le Haut-du-Tôt : les futurs techniciens agricoles passent leur examen en pleine nature

  1. lepetitmanu

    Bravo.. ça c’est du concret au moins !
    il n’y a pas que le blabla des livres écrit par des personnes ne s’étant jamais intéressé à ce qu’ils écrivent ou le blabla des professeurs n’ayant jamais été sur le terrain ..

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.