Search
vendredi 25 sept 2020
  • :
  • :

Urgences en Colère : les revendications du personnel en grève à Remiremont

image_pdfimage_print

P1170454

En grève depuis le 11 juin 2019, l’équipe du service des Urgences de Remiremont s’inscrit dans l’intégralité des revendications de la mobilisation nationale actuellement votée à l’assemblée Générale du 25 mai 2019 par le collectif Inter Urgences. 

« Depuis que notre situation professionnelle se dégrade, comme au niveau de l’ensemble du système hospitalier français, faute de moyens humains et matériels, nous avons essayé de maintenir un niveau de prise en charge de qualité pour nos usagers », affirme l’équipe d’Urgence en colère Remiremont « Mais ces difficultés, qui nous sont imposées par les différents Plans de Retour à l’Equilibre successifs puis aux contrats de « performance », nécessitent de la part de nos tutelles une prise en main urgente et efficace au risque de voir l’ensemble du système sanitaire français s’écrouler dans les semaines à venir ».

Voici les revendications du personnel médical en grève : 

« Une Augmentation Structurelle :

• Nos problématiques de prises en charge ne sauraient être réglées sans une réflexion sur l’AMONT et l’AVAL des Services d’Accueil des Urgences (SAU)
• Nous demandons, immédiatement, des engagements forts de la part du ministère de la Santé, des Agences Régionales de Santé (ARS) et des directions des Centres Hospitaliers pour arrêter la fermeture de lits d’hospitalisation d’aval et la création de lits nécessaires pour permettre l’arrêt définitif des hospitalisations brancards.

• Nous demandons, immédiatement, l’arrêt des fermetures envisagées, partielle ou complète, des Services d’Accueil des Urgences, pour y maintenir une activité 24h/24 et une prise en charge de qualité et de proximité pour nos usagers.
• Nous demandons, immédiatement, l’arrêt des fermetures des lignes SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation).

Une Augmentation salariale :

• Nous demandons, immédiatement, 300 Euros net mensuel d’augmentation de salaire, soit l’équivalent de 80 points d’indice supplémentaires.

Une Augmentation des effectifs :

• Nous demandons, immédiatement, la stagiairisation de tous les contrats précaires qui empêchent les agents de s’investir dans les SAU.
• Nous demandons, immédiatement, d’acter pour l’ensemble des services d’urgences un rattrapage des carences d’effectifs, à hauteur des besoins remontés service par service.
• Nous demandons, immédiatement, d’acter pour l’ensemble des services d’urgences une augmentation des effectifs égale proportionnellement à l’augmentation de l’activité chaque année au mois de janvier.
• Nous demandons l’application du référentiel Samu-Urgences de France comme objectif cible pour les effectifs médicaux et non médicaux.

A titre local, nous demandons :

• Zéro mode dégradé aux urgences (toute fonction confondue)
• Pas de fermeture de lits dans les services
• Redimensionnement du pool de remplacement eu égard aux arrêts maladie de longue durée
• Réajustement de l’effectif global du SAU, au vue de la spécificité des compétences à avoir pour travailler dans le service(Transfert Infirmier Inter Hospitalier, Service Mobile d’Urgence et de Réanimation, Infirmière d’Accueil et d’Orientation) en tenant compte du taux d’absentéisme global de l’établissement (8.78% en 2018) afin de rendre autonome l’équipe des urgences sur son absentéisme inopiné.
• Formation rapide des IDE restantes à l’IOA, selon les modalités règlementaires, et accès à des formations spécifiques aux urgences
• Respect des cycles de travail convenus lors de l’instauration de la nouvelle organisation du service en octobre 2018
• Paiement rapide des heures supplémentaires toutes catégories confondues (plus de 2000 heures supplémentaires depuis le début de l’année pour le service)
• Certitude de garder 2 médecins la nuit
• Equipe de brancardage dédiée aux urgences 24/24
• Réorganisation du secrétariat actuellement multi tache, avec renfort lors des pics d’activité, formation d’un pool de remplacement d’agent compétent en cas d’arrêt inopiné.
• Création d’un poste d’Aide-Soignante de nuit, et renfort Aide-Soignant le jour lors des pics d’activité ce qui permettrait d’avoir une AS à l’IOA 24h/24
• Une Agent de Service Hospitalière supplémentaire
• Certitude d’ouverture du service Hôpital En Tension cet hiver avec personnel médical et para médical dédié et anticipé
• Un véhicule mulet opérationnel et sécuritaire disponible sur Remiremont en cas de panne ou indisponibilité du Véhicule Léger Médicalisé (VLM) au vues des dysfonctionnements récents et des problématiques liées au vieillissement du parc actuel.
• Anticipation du remplacement long des conducteurs SMUR lors des formations programmées
• Comptes rendu d’interprétation des scanners au lit du malade, rendu avec le patient
• Possibilité de faires des entrées d’hospitalisation dans les services en tout temps du jour et la nuit, programmer les sorties le matin pour permettre de faire les entrées tout au long de la journée et pas seulement en fin d’après-midi « sur sortie »
• Créations de filières de soins plus claires, labélisées/ certifiées pour les pathologies spécifiques : AVC (thrombolyse et Unité Neuro Vasculaire), polytraumatisé, urgences cardiologie,
• Meilleure identification et affichage des filières de soins existantes et programmables pour l’adressage des patients par la médecine de ville, sans passer par les urgences faute de solution d’aval.
• Meilleure définition des orientations des patients selon leur pathologie et surtout les profils poly pathologiques (ex : chirurgie vs médecine)
• La prise en compte de nos propositions d’améliorations au niveau directionnel et institutionnel. »

 

 




2 réactions sur “Urgences en Colère : les revendications du personnel en grève à Remiremont

  1. PierreL

    « Nous demandons, immédiatement, 300 Euros net mensuel d’augmentation de salaire »
    Faut-il rappeler à ces fonctionnaires que ce que l’on donne en plus aux nantis c’est autant que l’on ne peut donner à ceux qui sont vraiment dans le besoin ?

    répondre
    1. Joss

      Ceux qui sont dans le besoin ??? On parle bien de ceux qui utilise la
      Prime rentrée scolaire pour acheter des écrans led, des tph dernier cri etc… qui payent la cantine et le
      Périscolaire moitié prix, qui touche de l’argent De l’état Sans aucune contrepartie, qui n’ont jamais travaillé une journée, ….. et je m’arrête là car la liste est encore longue.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.