Search
jeudi 21 nov 2019
  • :
  • :

Agression sexuelle à l’hôpital de Remiremont : Remi Lesage témoigne publiquement

image_pdfimage_print

P1280576

Un infirmier de 38 ans affirme avoir subi une agression à caractère sexuel le 1er septembre 2018 de la part d’un médecin remplaçant aux urgences du centre hospitalier de Remiremont. Il s’appelle Remi Lesage, et il a décidé de témoigner publiquement.

Infirmier depuis 14 ans et en poste depuis 11 ans dans la Cité des Chanoinesses, ce pompier volontaire est depuis septembre dernier en arrêt de travail. L’accident du travail est reconnu par la direction du centre hospitalier. Pendant la période d’instruction par la Justice ou les services de Police, l’établissement ne communiquera pas sur cette affaire. Un médecin remplaçant aurait profité de sa position hiérarchique : une main aux fesses d’abord. « Je lui ai dit que j’étais outré », affirme Remi Lesage « Il s’est excusé tout de suite ».

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Malgré la vive désapprobation de l’infirmier, l’individu aurait recommencé plus tard. Après une intervention à Plombières-les-bains pour une situation de détresse (un cas de défenestration), le médecin aurait pris monsieur Lesage par surprise en plaçant sa main dans son dos et affirmant « J’aimerais bien prendre un bain avec toi ». A ce moment là « Le temps ne passe plus pareil. C’est comme dans les films », explique l’infirmier.

« Une dépression majeure s’est déclarée. Depuis près d’un an, chaque jour est un combat »Remi Lesage semble toujours marqué par cette épreuve : « J’ai son regard tout le temps, je ne l’oublierais jamais ». Il remercie son entourage, les sapeurs pompiers, son syndicat CFDT, tous ceux qui l’ont soutenu dans ces moments difficiles. « Le traumatisme de l’agression n’est que le premier. Oser le dire à ses collègues, à sa hiérarchie, à sa famille, à ses voisins en sont d’autres ».

S’il a décidé de prendre la parole publiquement, et de lever son anonymat, c’est pour « détruire ce tabou », affirme Remi Lesage. « Le temps n’est plus à l’indignation mais à la dénonciation (…) Dénoncer son agresseur ne devrait plus être perçu comme du courage mais comme une fierté ». Le fait de s’exprimer ouvertement sur le sujet semble en tout cas permettre à l’homme d’aller mieux aujourd’hui : « C’est un peu comme une libération ».

Aujourd’hui, Remi Lesage souhaite que ce médecin soit arrêté : « Il est blacklisté, il ne peut plus revenir à Remiremont ». Cependant, l’infirmier confie sa crainte que son agresseur présumé s’en prenne à d’autres personnes. Il lance un appel au procureur. Il interpelle également Marlène Schiappa, la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations : « Arrêtons d’opposer les genres ! (…) Nous aussi les hommes pouvons être agressés sexuellement ».




5 réactions sur “Agression sexuelle à l’hôpital de Remiremont : Remi Lesage témoigne publiquement

  1. Micky88

    Je vais peut-être me faire honnir, autrement dit m’exposer à la haine et au mépris publics mais, en lisant l’article, j’ai beaucoup de mal à mesurer la réalité effective de l’agression sexuelle caractérisée :

    – une main aux fesses d’abord. « Je lui ai dit que j’étais outré », affirme Remi Lesage « Il s’est excusé tout de suite »

    – le médecin aurait pris monsieur Lesage par surprise en plaçant sa main dans son dos et affirmant « J’aimerais bien prendre un bain avec toi » !

    Certes, c’est assez lourdingue comme dragouille, mais c’est parfaitement gérable pour « l’agressé » :

    – cris ou chuchotements pour alerter ou non l’entourage
    – un bourre-pif pour solder le tout, si « l’agresseur » insiste…

    De là à s’en rendre malade pendant 8 mois, il ne faut tout de même pas exagérer. J’ai 60 ans et j’ai vécu bien pire dans des situations comparables ou non ; ça ne m’a juste fait que des souvenirs, mais, comme on dit, à chaque fois j’ai réagi en homme.

    répondre
  2. ah!

    Bonjour Mr Micky88.
    Je ne puis m’empêcher de répondre suite à votre article qui me semble écrit dans la précipitation et me semble un peu vulgaire et méprisant envers cet homme.Car ces faits sont des agressions sexuelles, Tout le monde n’a pas la même sensibilité à toutes attaques personnelles (psychologique ou physique ) ou spécialement sexuelles qui sont les plus graves moralement, ce Monsieur n’ a pas pu ou su répondre , c’est un fait , il s’est enfermé dans son mal, comme d’autres auraient répondu par un coup dans les …….., ce qui aurait été plus rapide que la procédure judiciaire et certainement plus efficace.Mais voilà, ce genre d’ agression commence très tôt dans la vie, école primaire, ensuite l’internat pour ceux qui l’on connu, pas de pitié pour les plus faibles, et encore chez la grande muette ,là, ou le mélange des genres et au maximum, ne parlons pas du monde de l’ entreprise , çà me laisse pantois, et cela jusqu’au jugement final dans certaines maisons.Je souhaite à ce Monsieur , un bon rétablissement , et qu’il retravaille dans une ambiance saine, çà existe aussi, mais cette fois blindé moralement et pourquoi pas quelques cours de self défense.

    répondre
    1. Cassius Clay.

      Bien d’accord avec vous.
      Personne ne se ressemble et chaque personne a un ressenti et une sensibilité différente.
      Dans mon cas au deuxième essai, le bon docteur aurait eu droit à un ultime avertissement. Et au troisième il y avait rendez vous dentiste.
      Sans haine bien sur.

      répondre
  3. gavroche

    personnellement à la première approche , je l’aurais envoyé aux urgences pour nez cassé et si une seconde fois c’était le même service mais avec un urologue !!!

    répondre
  4. Législateur

    Pour information les français ne connaissent pas la loi et acceptent tout…malheureusement.
    Une main aux fesses selon la loi est une agression sexuelle punissable de 7 ans de prison et 100 000 euros d amende. Si la peine encourue est aussi forte c est parce que c est traumatisant !!!! C est un délit

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.