Search
dimanche 27 sept 2020
  • :
  • :

Vosges : la grève dans les établissements de santé reconduite jusqu’au 30 novembre !

image_pdfimage_print

P1170454-1024x7681

Le Syndicat CFDT Santé Sociaux 88 vient d’annoncer que la grève était reconduite dans les établissements de santé jusqu’au 30 novembre 2019. Une grève qui concerne l’ensemble des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux publics et privés du département des Vosges.

Lire la suite ici : https://epinalinfos.fr/2019/10/vosges-greve-etablissements-de-sante-reconduite-jusquau-30-novembre/




13 réactions sur “Vosges : la grève dans les établissements de santé reconduite jusqu’au 30 novembre !

  1. PierreL

    « un absentéisme de 4 à 25% » !!!
    Tant qu’il n’y a pas de journée de carence pourquoi se gêner ?
    Et « on » ne parle de leur première exigence : augmentation de 300€/mois.
    C’est l’hôpital qui se moque de la Charité !

    répondre
    1. Eric88

      Au chapitre des revendications des personnels des urgences (et plus généralement des hôpitaux) figurent en premier lieu des moyens en personnels satisfaisants ainsi que l’amélioration des conditions de travail et de sécurité.
      Les réponses « apportées » par ce gouvernement ne sont absolument pas à la hauteur du malaise profond qui existe dans les hôpitaux. Si la mise en danger des personnels de soins et des usagers ne vous semble pas nécessiter d’être justement traitée, alors je vous souhaite M. PierreL de ne jamais avoir à fréquenter les hôpitaux.

      répondre
  2. PierreL

    J’ai dû malheureusement être hospitalisé à plusieurs reprises et je peux vous assurer que les « services » ne sont absolument pas à la hauteur des attentes des malades.
    L’hôpital, que je sache, est fait d’abord et avant tout pour les malades et les blessés, non ?
    Et pas seulement pour des personnels qui veulent toujours gagner plus en en faisant le moins possible !
    Dîtes-moi en quoi une nouvelle augmentation de 300€/mois pourrait améliorer la qualité du service ?
    A l’évidence il y en a beaucoup qui ne sont pas là à leur place !

    répondre
    1. Parmentier

      J’ai , moi aussi été hospitalisé à plusieurs reprises pour de graves ennuis de santé. Je peux vous dire Monsieur Pierrel qu’à chaque fois j’ai pu constater le parfait dévouement et la parfaite écoute de tous les personnels hospitaliers compétents et ne lésinant pas sur les heures à consacrer aux malades.
      Mais il est vrai que j’ai ou aussi constater que malgré tous ces efforts consentis, certains « patients » faisaient preuve d’un comportement plus que désagréable envers ces personnels, relevant même parfois de l’agression verbale injurieuse.
      Une explication à cela ? Un exutoire peut-être pour frustrés qui compensent le fait qu’ils s’écrasent à la maison.
      Avez-vous déjà connu de telles personnes M. Pierrel ? A lire votre propos , je pense qu’il vous sera facile de répondre par l’affirmative.
      Portez-vous bien…

      répondre
  3. Allo la terre.

    à force de forcer ça force forcément…

    Les services hospitaliers sont débordés pour plusieurs raisons qui incombent directement à nos politiques incompétents .
    Ces derniers ont été incapables d’anticiper les conséquences désastreuses que leurs inconséquentes décisions allaient entraînées pour le citoyen français.
    Pénurie de médecins generalistes ( et libre installation de ceux ci…),
    CMU, et plus encore AME.
    Resultat, tout le monde aux urgences pour un oui ou un non.
    Y compris les géorgiens et albanais.

    répondre
  4. froissard

    Nos politiques ont réussi depuis bien longtemps à monter les Français les uns contre les autres, et notamment contre les fonctionnaires .Ouvriers, employés , cadres et techniciens, ne vous trompez pas de cible .C’est tellement plus simple de s’en prendre à son voisin, plutôt qu’aux responsables de mauvaises décisions politiques qui enfoncent notre pays dans le déclin . Pendant que le peuple se tape dessus, les grands patrons du CAC 40, les banquiers, les assureurs, , les boursicoteurs s’en mettent plein les poches .Tous ces délinquants en col blanc rigolent bien de la France d’en bas qui se trompe d’ennemi . Les Français manquent de culture politique .On ne peut compter sur les médias qui encensent la pensée unique, pour donner à croire qu’il n’existe pas d’autres alternatives à ce système à bout de souffle Je conseille aux serviteurs zélés de cette caste au pouvoir, d’éteindre leur télé, de ranger leurs consoles et leurs smartphones et autres tablettes et d’ouvrir les livres de géographie et d’histoire pour mieux comprendre le monde . Pauvres de nous, allons nous comprendre que c’est tous ensemble, les uns à côté des autres, au travail, dans nos quartiers, qu’il faut penser la société autrement pour commencer à la changer, au service de l’humain .

    répondre
    1. JMV

      Dans la mesure ou ils ne surveillent pas la pendule et ne prennent pas ( pour certains) leurs sempiternels deux mois d’arrêt maladie annuels, nous n’avons rien contre les fonctionnaires qui sont indispensables au fonctionnement de la société.
      Par contre les régimes spéciaux acquis et défendus à coup de prise en otage du reste de la population…..non et re-non.
      On ne peut vouloir l’abolition des privilèges chez les politiques, et accepter qu’une frange minoritaire continue régulièrement à tordre le bras aux usagers.

      Retraite moyenne agent RATP : 3750 euros.
      Retraite d’un paysan ( à grosso modo 3500 heures de travail par an ) : 750 euros.
      Une honte…
      Liberté, EGALITE, fraternité.

      répondre
      1. lamisol

        Retraite membre du CESE après 5 ans de mandat : environ 800 euros.
        Pour un truc qui sert essentiellement à financer les syndicats ,ce régime
        constitue une retraite chapeau pour les grands patrons syndicaux (sauvegarde retraites).

        répondre
        1. JMV

          Il y a 233 membres au CESE…et forcément ça se bouscule au portillon pour pouvoir faire partie du cénacle.
          Soit dit en passant, il serait également intéressant de connaitre les défraiements et autres avantages de cette petite assemblée..
          Heureusement cette retraite devrait etre divisé par deux pour les nouveaux entrants… mais sans effet retro actif sur les heureux et anciens bénéficiaires.

          Pourvou ké ça doure.

          répondre
          1. JMV

            Suite de :  » plus belle la vie » ( source Wikipédia ).

            Budget.
            Le budget du Conseil fait partie de la mission « Conseil et contrôle de l’État » (qui comprend également les budgets du Conseil d’État et de la Cour des comptes). Dans le projet de loi de finances de 2016, les crédits ouverts sont de 38 137 079 €16. Le budget du CESE est supérieur, car il faut ajouter des ressources propres provenant de la location du Palais d’Iéna et du mécénat17.

            Le Conseil employait, au 31 décembre 2014, 141,5 agents en équivalent temps plein17.

            La Cour des comptes, dans un rapport paru en février 2015, dénonce de nombreuses irrégularités : inflation de primes et indemnités, régime de travail privilégié (54 jours de congé avec les congés payés ) de ses agents, et demande que son budget soit mieux contrôlé18.

            Indemnités des membres.
            Les membres du CESE touchent une indemnité égale au tiers de l’indemnité parlementaire soit 1 838,23 €. En y ajoutant 1 893,38 € d’indemnité représentative de frais et 55,15 € d’indemnité de résidence, le total est de 3 786,76 € bruts mensuels. Des prélèvements sont opérés sur ces indemnités au titre de la cotisation à la Caisse de retraites des anciens membres du Conseil économique de leurs conjoints et de leurs orphelins mineurs. Un système de retenue est appliqué en cas d’absentéisme.

            Le président du CESE perçoit une indemnité spéciale supplémentaire pour frais de représentation égale au double de la rémunération d’un membre ; les 72 personnalités associées perçoivent une indemnité mensuelle représentative de frais de 946,69 €17,19.

          2. lamisol

            Il y a 180 membres au CESER Grand-Est.
            Premier décision: une augmentation de 12% de l’indemnité.
            Un simple conseiller passe de 1083 à 1219 €.
            Elle est pas belle la vie!!!!
            Nous avons également dans nos conseils municipaux ou communautaires des élus (es) souvent aux abonnés absents.
            Je ne trouve pas normal le manque d’assiduité d’un vice-président ou d’un conseiller délégué qui ne franchi presque plus la porte de la mairie. (ils ont une renumérotation, c’est de l’argent public)
            Et que dire d’un nouveau conseiller qui brille par son absence le jour de son installation?
            Il y a certes des impératifs, mais il y a aussi le respect de ses électeurs.

  5. froissard

    Les rentes de situation chez les politiques sont abusives, qu’ils soient en fonction ou battus aux élections . Qu’ils donnent l’exemple en s’alignant sur le régime général de sécurité sociale pour leur retraite et qu’ils renoncent à leurs avantages honteux .Ce n’est pas en tirant à boulets rouges sur la RATP, la SNCF, les dockers et biens d’autres, que l’on tirera vers le haut, les bas salaires et petites retraites .Tout le monde au travail, c’est des cotisations, sociales, des recettes d’impôts nouveaux qui remplissent les caisses de l’Etat . On procède à une juste redistribution en fonction de l’effort réel apporté au fonctionnement de la société .A force de rogner les acquis gagnés, et les protections sociales on fabrique de la pauvreté, laquelle continue d’augmenter en France.Les paysans, les artisans et commerçants travaillent sans compter leurs heures pour un revenu de misère .Il faut s’en prendre à tous ces parasites d’intermédiaires qui se sucrent sur leur dos . On est bien d’accord, ils ont droit comme les salariés à une juste rémunération de leur activité, pour leur assurer le moment venu, une retraite .L’oisif ira loger ailleurs.la solidarité nationale est un filet de sécurité pour assurer une protection pour les moments difficiles de la vie, mais ne saurait constituer une rente à vie.Il faut le rappeler aux profiteurs qui vivent sur le dos de la bête .Bien que revendiquant mon appartenance au mouvement pour le progrès humain et , social, je n’ai aucune considération pour ceux qui n’aiment pas le travail.

    répondre
  6. JMV

    On ne peut exiger plus de raison et de pondération pour les avantages des politiques tout en défendant ceux de vos amis dockers, ou de la RATP , de la SNCF, ou de l’EDF.

    Selon Mediapart, les dockers marseillais ne travailleraient en réalité que 14 heures par semaine.
    Vous qui appréciez la valeur travail, voilà un beau combat à mener pour ramener ces agneaux égarés dans le droit chemin lors de vos prochaines vacances dans les Bouches du Rhône.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.