Search
lundi 20 jan 2020
  • :
  • :

Hôpital de Remiremont : grève au bloc opératoire

image_pdfimage_print

76930482_571178307058912_5768388739227189248_o-1

Photo de la page Facebook Urgences en colère Remiremont

Ce mardi matin, des membres du bloc opératoire du centre hospitalier de Remiremont se sont mis en grève pendant deux heures. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une mobilisation nationale en ce 10 décembre. Un appel commun a également été lancé par plusieurs syndicats pour cesser le travail le 17 décembre prochain.

Voici les revendications que le groupe « Urgences en Colère » de Remirmeont porte depuis pusieurs mois maintenant : 

« Une Augmentation Structurelle :

• Nos problématiques de prises en charge ne sauraient être réglées sans une réflexion sur l’AMONT et l’AVAL des Services d’Accueil des Urgences (SAU)
• Nous demandons, immédiatement, des engagements forts de la part du ministère de la Santé, des Agences Régionales de Santé (ARS) et des directions des Centres Hospitaliers pour arrêter la fermeture de lits d’hospitalisation d’aval et la création de lits nécessaires pour permettre l’arrêt définitif des hospitalisations brancards.

• Nous demandons, immédiatement, l’arrêt des fermetures envisagées, partielle ou complète, des Services d’Accueil des Urgences, pour y maintenir une activité 24h/24 et une prise en charge de qualité et de proximité pour nos usagers.
• Nous demandons, immédiatement, l’arrêt des fermetures des lignes SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation).

Une Augmentation salariale :

• Nous demandons, immédiatement, 300 Euros net mensuel d’augmentation de salaire, soit l’équivalent de 80 points d’indice supplémentaires.

Une Augmentation des effectifs :

• Nous demandons, immédiatement, la stagiairisation de tous les contrats précaires qui empêchent les agents de s’investir dans les SAU.
• Nous demandons, immédiatement, d’acter pour l’ensemble des services d’urgences un rattrapage des carences d’effectifs, à hauteur des besoins remontés service par service.
• Nous demandons, immédiatement, d’acter pour l’ensemble des services d’urgences une augmentation des effectifs égale proportionnellement à l’augmentation de l’activité chaque année au mois de janvier.
• Nous demandons l’application du référentiel Samu-Urgences de France comme objectif cible pour les effectifs médicaux et non médicaux.

A titre local, nous demandons :

• Zéro mode dégradé aux urgences (toute fonction confondue)
• Pas de fermeture de lits dans les services
• Redimensionnement du pool de remplacement eu égard aux arrêts maladie de longue durée
• Réajustement de l’effectif global du SAU, au vue de la spécificité des compétences à avoir pour travailler dans le service(Transfert Infirmier Inter Hospitalier, Service Mobile d’Urgence et de Réanimation, Infirmière d’Accueil et d’Orientation) en tenant compte du taux d’absentéisme global de l’établissement (8.78% en 2018) afin de rendre autonome l’équipe des urgences sur son absentéisme inopiné.
• Formation rapide des IDE restantes à l’IOA, selon les modalités règlementaires, et accès à des formations spécifiques aux urgences
• Respect des cycles de travail convenus lors de l’instauration de la nouvelle organisation du service en octobre 2018
• Paiement rapide des heures supplémentaires toutes catégories confondues (plus de 2000 heures supplémentaires depuis le début de l’année pour le service)
• Certitude de garder 2 médecins la nuit
• Equipe de brancardage dédiée aux urgences 24/24
• Réorganisation du secrétariat actuellement multi tache, avec renfort lors des pics d’activité, formation d’un pool de remplacement d’agent compétent en cas d’arrêt inopiné.
• Création d’un poste d’Aide-Soignante de nuit, et renfort Aide-Soignant le jour lors des pics d’activité ce qui permettrait d’avoir une AS à l’IOA 24h/24
• Une Agent de Service Hospitalière supplémentaire
• Certitude d’ouverture du service Hôpital En Tension cet hiver avec personnel médical et para médical dédié et anticipé
• Un véhicule mulet opérationnel et sécuritaire disponible sur Remiremont en cas de panne ou indisponibilité du Véhicule Léger Médicalisé (VLM) au vues des dysfonctionnements récents et des problématiques liées au vieillissement du parc actuel.
• Anticipation du remplacement long des conducteurs SMUR lors des formations programmées
• Comptes rendu d’interprétation des scanners au lit du malade, rendu avec le patient
• Possibilité de faires des entrées d’hospitalisation dans les services en tout temps du jour et la nuit, programmer les sorties le matin pour permettre de faire les entrées tout au long de la journée et pas seulement en fin d’après-midi « sur sortie »
• Créations de filières de soins plus claires, labélisées/ certifiées pour les pathologies spécifiques : AVC (thrombolyse et Unité Neuro Vasculaire), polytraumatisé, urgences cardiologie,
• Meilleure identification et affichage des filières de soins existantes et programmables pour l’adressage des patients par la médecine de ville, sans passer par les urgences faute de solution d’aval.
• Meilleure définition des orientations des patients selon leur pathologie et surtout les profils poly pathologiques (ex : chirurgie vs médecine)
• La prise en compte de nos propositions d’améliorations au niveau directionnel et institutionnel. »




15 réactions sur “Hôpital de Remiremont : grève au bloc opératoire

  1. Et puis, et puis.

    j’ai vu aussi un couvreur, celui qui fait le toit de vos maisons, il demandait une machine pour poser ses tuiles, un accompagnateur pour tenir le parapluie par mauvais temps,il demandait aussi 300€ d’augmentation mensuel, un chauffage de chantier en cas de gel,un robot pour clouer ses charpentes, 4 mois de congés comme les enseignants, des camps de vacances comme les agents du rail et d’ EDF, mais aussi la retraite à 55 ans comme les policiers, une voiture de fonction comme les anciens élus, un emploi à vie et un calcul de retraite comme les fonctionnaires….Non Mesdames, Messieurs, ce couvreur, il aura le dos cassé à 40 ans, il se fera licencier pour inaptitude, son mal de dos ne sera même pas reconnu par ce travail pénible et il aura une retraite de misère à 63 ans s’il n’est pas mort avant. Alors ça suffit, ,ne croyez-vous pas? Si vous avez du temps de rab dans votre profession, battez-vous au moins pour une juste et noble cause.

    répondre
    1. GS

      Cher monsieur, certes d’autres métiers sont exigeants.. il y en a qui nous font souffrir physiquement et d’autres psychologiquement..
      Si votre santé vous trahi, ce que je ne vous souhaite en aucun cas, vous serez peut être ravi de trouver des médecins, des infirmières et des aides soignants pour s’occuper de votre cas. Surtout dans des conditions dignes, sans attendre dans un brancard au milieu des couloirs et dans des conditions de sécurité optimales..
      Il y a des secteurs où il y a un manque de personnel flagrant et d’autres où il y a un surplus d’emplois dont on pourrait largement se dispenser..
      Avec du bon sens, tout serait plus simple.

      répondre
    2. IBODE

      Bonjour,
      j’invite donc votre couvreur à venir travailler une semaine dans un bloc opératoire:il ne sera pas vraiment au chaud puisque la température des salle d’opération est plutôt basse(mais comme nous prenons soin de nos patients,nous leur proposons systématiquement une petite couverture chauffante!).Il travaillera de jour et de nuit,vraisemblablement,bien au-delà de 35 heures,ses heures supplémentaires seront (peut-être) récupérées… un jour (qui ne l’arrange pas forcément!).
      Il aura fait 3 et demi ans d’études après son Bac,repassé un concours(très sélectif!),refait 18 mois de formation (un peu loin de chez lui,mais bon,nous sommes à la campagne et les écoles sont en ville:1 heure de route minimum matin et soir!)et…ne sera pas très bien payé car il ne faut pas oublier que son point d’indice est gelé depuis une décennie!!(eh oui,10 ans sans être augmenté:normal,quoi!).
      A 45 ans,il aura le dos cassé ou des épicondylites mais continuera à travailler avec de charmants accessoires:ceintures lombaires,orthèses de coude,de doigt,de cheville…(ne pas rayer:il n’y a pas de mention inutile!):il n’est pas aisé de porter des patients endormis ou douloureux pour les installer sur des tables d’opération ou les remettre dans leur lit après une intervention…
      A 62 ans,il pourra peut-être prendre sa retraite mais elle sera très maigre puis qu’uniquement basée sur son salaire de base alors que sa paye mensuelle comprend des primes .
      Tous les jours(et les nuits,les weekend et jours fériés…),il devra prendre soin de gens en souffrance,douloureux,les rassurer,essuyer des larmes,expliquer,questionner,dorlotter,assiter le chirurgien et l’anesthésiste à qui ils confient leur santé et parfois leur vie…
      Ensuite,quelque soit l’heure de la nuit,il nettoiera la salle d’opération et le matériel utilisé afin que le patient suivant bénéficie des mêmes conditions de soin…Pour la première fois,nous avons fait 2 heures de gréve (mais le bloc était ouvert,rassurez-vous,du personnel était assigné!) car nous voulons cesser de travailler en sous-effectif,nous sommes fatigués,abîmés et cela nous semble de plus en plus difficile de prendre SOIN de nos patients…ça pourrait même être utile à votre ami couvreur s’il venait à se blesser sur son toit…Ce n’est pas,à vos yeux,une juste et noble cause?

      répondre
    3. saturnin

      bien dit « Et puis, et puis »,
      je dirais la meme chose pour d’autre metier ,moi usine ,travail de force et nuit .quand tu es patient ou tu visite une personne a hôpital ,quand tu vois un troupeau au milieux de la carré , qui tape de la langue.une aide soignante qui rechigne a faire sont travail?,ca se passe plutôt dans les hôpitaux , vous cherchez l’infirmière impossible de la trouver ! , ca c’est maintenant!,le week-end c’est meme pas la peine!.
      je me souvient a l’époque c’était plus sérieux.

      répondre
  2. houlà.

    Un salarié de la fonction publique gagne en moyenne 2000 euros de plus par an que dans le privé.
    ( étude insee du 1/12/ 2017)

    Les fonctionnaires percevraient en moyenne 2572 euros de retraite contre 1784 pour les salariés du privé ( ministère du travail 16 /7/2019 ).

    répondre
    1. IBODE

      Rappelons que les concours de la fonction publique sont ouvert à tous:si cela vous fait tant rêver,n’hésitez pas!
      Pour info,beaucoup de nos collègues quittent l’hôpital pour les cliniques privées ou le secteur libéral:cherchez l’erreur!!

      répondre
        1. CVriC

          Bah oui comme ça quand vous aurez besoin de personnel hospitalier pour vous soigner, vous n’aurez plus qu’à pleurer sur votre triste sort. Vous faites exprès ou c’est naturel ?

          répondre
          1. houlà.

            Nous avons bien evidemment besoin des soignants….. comme des couvreurs d’ailleurs.
            Et sauf erreur ces deux activités sont rémunérées .

    1. houlà.

      Avant de penser aux fonctionnaires je pense d’abord aux gens du privé.
      Salaire et retraite inferieur à la fonction publique.
      Moins de jours d’arrêt maladie.
      Moins de jours de grève.
      Pas d’évolution automatique du plan de carrière.
      Départ en retraite plus tardif.
      Aucune garantie d’emploi.

      répondre
  3. Et puis, et puis.

    Je sais que si votre point d’indice n’a pas beaucoup évolué, nous savons tous que périodiquement vous changez d’échelon, au minima si vous travaillez bien, et au maxima si vous travaillez mal, mais de toute façon vous êtes régulièrement augmentée, chère Madame. Et la sécurité de l’emploi, beaucoup d’absence pour maladie dans la fonction publique sans jour de carence bien sûr. Ne perdez pas de temps , des patients vous attendent.

    répondre
  4. GS

    Et le couvreur il fait des gardes de 24h ? Et il travaille 12 h d’affilé sans même pouvoir manger ? Il a sa vie entre ses mains mais pas celles de patients .. si il se trompe il peut se rattraper, si un soignant se trompe c’est irréversible..
    Quand je vois des pigeons chier sur la tête des soignants, je remercie le ciel que les vaches n’aient pas d’ailes…

    répondre
    1. houlà.

      La plupart des métiers ont des contraintes.
      Le couvreur est dehors par tout les temps.
      Il tombe des toits.
      Et il arrive en général à 62 ans bien fracassé

      répondre
  5. froissard

    Des français qui tapent sur d’autres français- ça continue …Travailleurs, unissez vous …c’est tous ensemble qu’il faut être et non les uns contre les autres .Les gros sacs, pendant qu’ils se gavent sur le dos de la bête rigolent bien du peuple qui passe son temps à se chier dessus, plutôt qu’à se battre .Ces voyous en col blanc sont plus malins que nous, ils ont compris le sens de leurs intérêts de classe .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.