Search
samedi 26 sept 2020
  • :
  • :

Coronavirus : « réduire le nombre de lits dans les établissements hospitaliers (…) est dangereux »

image_pdfimage_print

IMG_3273

Communiqué CFTC

Aujourd’hui, beaucoup d’informations circulent sur Internet via les réseaux sociaux. De vraies informations dont les sources sont facilement vérifiables, d’autres malheureusement qui ne sont que des intox et qui n’ont qu’un but faire peur au monde. Dans ces commentaires, il nous arrive de lire des choses absurdes et totalement inadmissibles et qui méritent un droit de réponse.

Dans les EHPAD comme dans les Centres Hospitaliers, les soignants se sont mobilisés bien avant l’arrivée du Coronavirus Covid – 19 dans notre pays, mobilisés pour tous les usagers, nos aînés, les résidents, les patients mais aussi pour nos collègues. Ce qui entraîne des heures supplémentaires, une réorganisation du travail pour que tous ne se sentent pas délaissés. Les professionnels de santé prennent toutes les précautions nécessaires afin d’éviter une éventuelle contamination et / ou d’éviter une propagation de cette épidémie. (Lavage des mains, port de masques, port de gants, désinfection de toutes les surfaces etc.…).

Concernant les EHPAD, le personnel soignant tient à rassurer les familles et leurs proches, qu’il continuera de s’investir auprès des ainés et continuera de les accompagner dans leur vie quotidienne. Tous les résidents continueront d’avoir une prise en charge rigoureuse, soins, repas, toilettes. Tout le monde continuera de bénéficier de repas, d’une aide aux repas, de bénéficier d’une toilette, d’une aide à la toilette, d’être habillé, d’avoir une aide pour s’habiller et continueront de bénéficier d’activités journalières internes. Le personnel continuera de faire de son mieux pour que l’absence des proches des résidents ne soit pas top difficile pour eux.

Les propos et les mesures annoncées par Monsieur Le Président De La République sont appliqués partout sur notre territoire. Une leçon sera à retenir de cette crise sanitaire : Nous avons aujourd’hui la preuve que nous ne pouvons faire des économies sur la Santé. Nous avons aujourd’hui la preuve que réduire le nombre de lits dans les établissements hospitaliers, réduire les coûts liés au matériel dont les professionnels de santé ont besoin ainsi que le nombre de soignants est dangereux.

Voilà plus de 10 ans qu’une politique visant à réduire le nombre des personnels hospitaliers est menée, malgré toutes les sonnettes d’alarmes tirées, les demandes d’ouvertures de lits supplémentaires, les demandes de personnel supplémentaires, le burn – out des professionnels. Cette stratégie politique est une grave erreur, elle est dangereuse et aujourd’hui son résultat est catastrophique.

Longtemps les professionnels de santé ont été ignorés dans toutes les mesures de lois visant la santé. (Retraites, ratios de personnels, dégel du point d’indice, etc.…)

Après avoir été longtemps mis de coté, nous considérant comme des pleurnichards sur nos conditions de travail, nous avoir ignorés et aujourd’hui nous demander de nous sacrifier, de nous en demander encore plus et de nous considérer comme des héros.

Nous espérons que les pouvoirs publics en tirerons toutes les conséquences et se rendront enfin à l’évidence que l’hôpital public n’a pas pour vocation de gagner de l’argent et qu’il faille une crise sanitaire mondiale pour se rendre compte que notre petit personnel de santé livre aujourd’hui sa plus grande bataille.

Oui Monsieur Le Président Vous pouvez compter sur nous ! Mais l’inverse reste à prouver.

Marc-Anthony Duarte Fernandes, président de La Section CFTC du centre hospitalier de Remiremont et vice-président CFTC Santé-Sociaux Des Vosges




3 réactions sur “Coronavirus : « réduire le nombre de lits dans les établissements hospitaliers (…) est dangereux »

  1. Christiane Marquis

    Bravo pour cet article ,il faut toujours penser qu un jour on aura besoin de plus petit que soi ,pour preuve Epinal n est toujous pas opérationnel et ne le sera pas avant plusieurs mois .

    répondre
  2. 88200macgyver

    Bonjour à tous . Une leçon est à retenir de cette épidémie : Un hôpital doit rester avant tout un service publique ,avec de grands moyens, donc pas de gestion comme une entreprise , pas de bilan en matière d’argent , mais seulement en matière d’efficacité. Par contre , appliquons le système de gestion dans tout le restant des administrations comme les impôts , la Sécu et les dérivés comme les conseils départementaux etc ou maintenant on prône le télétravail …pas beaucoup de rendement avant et sûrement moins maintenant .Arrêtons de faire n’importe quoi , cette fois , c’est sérieux . Voilà trop longtemps que l’on réduit les moyens des hôpitaux sans penser qu’un jours ils seront dans l’impossibilité de subvenir au pire .Aussi , dans le passé , l’armée pouvait à tout instant apporter une aide sans égale dans un temps record . Aujourd’hui , ce n’est plus qu’un souvenir hélas ! Nous n’avons rien à inventer , mais seulement remettre en place les outils et solutions qui ont fait leurs preuves dans le passé .Dans la vie , il faut parfois écouter les lois de la nature qui imposent des conditions telles que celles que nous vivons . De ce vécu , j’espère que les grands décideurs en tireront les conclusions s’ils en sont capables ….

    répondre
    1. JMV

      Aucuns pays dans le monde n’avaient ou n’ont d’hôpitaux suffisamment dimensionnés pour répondre à cette épidémie.

      Le souci vient surtout que nous manquons d’appareils pour tester tout les cas suspects, de masques, de gels hydro-alcoolique, de combinaisons, d’appareils respiratoires….
      La faute entre autre à la désindustrialisation de notre pays qu’a entrainée la mondialisation.

      La France avec 33 % de son PIB, est déjà le premier pays du monde en terme de dépenses sociales. Elle est aussi numéro une pour les impôts et taxes.
      Il faudra donc que vous nous expliquiez sur quel autre poste, puisque nous avons déjà 2400 milliards de dettes, il nous faudra faire des économies pour donner plus à la santé.
      Retraites, CMU, AME, RSA, HLM, APL, chômage , fonctionnaires, éducation, justice, police, recherche ?

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.