Search
jeudi 2 avr 2020
  • :
  • :

Informations COVID-19 sur les Centres hospitaliers de Remiremont et d’Épinal

image_pdfimage_print
urgences-hopital-epinal

Illustration

Face à la crise du COVID-19, les deux centres hospitaliers ont su se mobiliser, conformément à leur mission de service public. Afin de faire face à la vague épidémique prévue cette semaine, il parait important de faire un point sur ce qui a été réalisé au cours des dernières semaines.
Un Hôpital réactif :
Dès le mois de février le corps médical s’est préparé à prendre en compte l’impact de la pandémie sous l’impulsion de Madame le Docteur BIETH, coordonnateur de la Gestion des Risques associés aux Soins, de Madame le Docteur SCHUHMACHER, Chef de Service de Médecine interne et de Maladies infectieuses et tropicales, et de Monsieur le Docteur GENELOT, Chef de service des Urgences.
Ainsi, dès le 3 mars, deux circuits (un circuit dédié COVID et un circuit non COVID) ont été mis en place de manière à éviter le développement de l’épidémie. Pour ce faire un dispositif constitué de modulaires a été monté à l’extérieur de l’établissement de manière à créer une zone de tri COVID et non COVID, une zone de prélèvement et une zone tampon.
Le SAMU a pu faire face à un nombre accru d’appels. En comparaison sur l’année précédente, à la même période, le nombre d’appels a été multiplié par 3,5 ; soit au plus haut niveau 645 appels/jour.
Poste Médical Assisté au CHED : zone d’accueil
Poste Médical Assisté au CHED : zone de dépistage et zone tampon

Un Hôpital préparé :
En trois semaines, le CHED a pu organiser une zone de pré-tri et une zone tampon pour identifier les patients porteurs du COVID-19 (et en attente d’hospitalisation) : cette zone tampon comprend jusqu’à 23 places, dont 4 lits équipés de moniteurs.
L’hospitalisation des patients confirmés COVID-19 est réalisée dans le service de Maladies infectieuses, puis également dans l’Hôpital de jour et enfin dans le service de Médecine interne (ce qui a permis de dégager 66 lits pour la prise en charge du COVID-19). Le CHED a pratiquement triplé ses capacités de Réanimation en passant à 23 lits. Une unité de Soins de Suite COVID-19 de 12 lits est opérationnelle (la capacité devant être portée à 30 lits prochainement).
Le laboratoire a également pu mettre en oeuvre un circuit pour les examens biologiques en lien avec le CHRU de Nancy et les laboratoires libéraux. Des organisations avec la Clinique La Ligne Bleue se sont structurées très rapidement dans une logique centrée sur l’efficacité et la solidarité.
Un Hôpital mobilisé :
L’ensemble des professionnels s’est mobilisé qu’ils soient soignants ou personnels des fonctions support. Des cellules de crise se tiennent quotidiennement.
Plusieurs services ont été fermés afin de concentrer nos moyens sur la prise en charge des patients COVID.
Par ailleurs, nous avons pu compter sur les internes, les étudiants médicaux et paramédicaux, sur les retraités ainsi que sur les médecins libéraux.
L’approvisionnement en masques chirurgicaux est aujourd’hui assuré dans les services afin de protéger les professionnels. Des tensions existent sur d’autres EPI que nous devrons surmonter.
Un Hôpital sur son territoire :
Le CHED est le seul établissement du territoire à être doté d’un SAMU et d’un service de Réanimation, ce qui lui confère une responsabilité particulière. Il a également assuré la fonction d’établissement de deuxième recours, à l’appui du CHRU dans la première partie de la crise. Le CHED coordonne les interventions des étudiants en médecine et des internes venus en renfort sur l’ensemble du GHT.
En retour, dans un esprit de coopération entre les différentes communautés hospitalières du territoire, il a pu bénéficier de prêts de respirateurs de la part du Centre Hospitalier de Remiremont et du Centre Hospitalier de l’Ouest Vosgien. Cela a permis de renforcer la réanimation du CHED.

De la même manière, le Centre Hospitalier de Remiremont a rapidement constitué un secteur COVID afin de décharger le CHED ; le CHED a de son côté facilité la mise en place d’un Poste Médical Avancé sur l’hôpital de Remiremont.
N’oublions pas que le Centre Hospitalier d’Épinal et le Centre Hospitalier de Remiremont ont reçu de nombreux gestes de soutien de la population vosgienne : population vis-à-vis de laquelle il continuera, sans défaillir, à assurer ses missions de service public.
La direction remercie les professionnels de santé pour leur engagement au service de la population.
Poste Médical Assisté au CHRT : zone d’accueil
Poste Médical Assisté au CHRT : zone tampo




5 réactions sur “Informations COVID-19 sur les Centres hospitaliers de Remiremont et d’Épinal

  1. Chouki

    Toujours pas de tests dès les premiers symptômes pour enrayer en une semaine la charge virale avant que ce ne soit trop tard ?
    Concrètement, on éteint un feu de mégot avec un verre d’eau mais quand le pré est en feu on peut toujours y jeter l’eau et le verre….
    Bizarreries médicales aux « intérêts » douteux.
    Mais bon, en 2022 tout sera oublié et c’est comme un seul homme qu’on resservira une louche.

    répondre
  2. PierreL

    Quelle mauvaise foi, Chouki ! Vous en avez des tests, vous ? Alors faîtes-le savoir pour qu’on puisse s’approvisionner chez vous. Merci d’avance.

    répondre
    1. chouki

      Quoi !!!! Qu’ouï-je ? Qu’accousti-je ?
      La France n’a pas suffisamment de tests à proposer à la populace angoissée qui croule sous la vague comme le peuvent nos voisins allemands ?
      Les masques ? C’est plié, du pourquoi on n’en saura rien.
      Mais qui s’occupe de ça dans le monde merveilleux de Larem depuis trois ans ?
      Et qui est chargé de la « veille sanitaire » …. Le marchand de sable ?
      Allo ? Larem ? Bxxxn ? Vxxxn ? Saxxxon ? et d’autres trop nombreux.

      (ça c’est un soupçon de mauvaise foi… mais beaucoup de bon sens).

      Pour un gros paquet de mauvaise foi adressez vous au « conseil de santé publique » de monsieur Macron, là, ce sont des pointures.

      Les soignants français sont héroïques.

      répondre
  3. PierreL

    Votre « bon sens », Chouki, n’est que de la mauvaise foi dissimulée sous un masque de vertu.
    Oui, il manque des tests. On se bat pour en fabriquer en quantité le plus vite possible. Ca, c’est positif !
    Sans doute préférez-vous, vous, l’attitude de la CGT qui appelle à la grève ?

    répondre
  4. Lucie

    je suis allée faire mes course mais quand je vois le monde en grande surface pensez vous que là il y a un paquet de gens qui nous ramènent ce virus bcp sans gant je te touche les produits normal je les prends je les remets et ne vous en faite s pas là vous avez ce virus qui est ravis .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.