Search
samedi 11 juil 2020
  • :
  • :

Berjac et Le Drap Français proposent des kits pour confectionner des masques

image_pdfimage_print

masques-600x800

Deux entreprises textiles vosgiennes, Berjac à Dogneville et Le Drap Français à la Bresse, invitent chaque Vosgien habile de ses mains à venir chercher un kit pour assembler, chez lui, des morceaux de tissus et confectionner des masques contre la propagation du COVID-19. Une première opération, avec 20 000 kits, sont ainsi actuellement disponibles pour les couturiers bénévoles qui le souhaitent. Marie, jeune retraitée dynamique de 66 printemps, n’a pas hésité une seule seconde à s’engager dans l’aventure.

Se sentir utile

Pour Marie, ce fut une évidence, presque un soulagement. « Dans ce contexte de crise, je me sentais impuissante. Au regard de mon âge et de mes antécédents médicaux, je ne pouvais pas aider dans les hôpitaux ou dans les lieux à risques. Pourtant, j’avais envie de faire quelque chose, de participer à la mobilisation collective.  Donc, là, avec le kit,  je suis très contente. Je vais m’y atteler très vite, en espérant que j’y arrive ».

Avec 20 masques à confectionner dans un seul kit, les trois pièces prédécoupées – deux morceaux de coton et un en molleton -, des élastiques et une feuille de montage comme tutoriel, tout est fait pour faciliter l’assemblage des trois épaisseurs. Les prototypes des masques ont d’ailleurs été validés par les hôpitaux de Grenoble et de Nanterre. Comptez environ 15 à 20 minutes pour réaliser un masque par des couturières bénévoles, 8 à 9 minutes par les ouvrières professionnelles qui œuvrent par exemple chez  Berjac.

Une chaîne de solidarité

Marie a reçu un mail d’une amie, elle-même en lien avec une infirmière libérale du Secours catholique. D’autres connaissances, comme elles, lui emboîtent le pas. C’est le cas de Marie-Agnès. Membre d’un club de couture, elle a, elle aussi, choisi d’être solidaire. Elle a d’ailleurs faire passer l’information aux membres du club : « J’ai envoyé le mail à une quinzaine d’amies. Cela permet de tisser des liens entre lcouturières pour un beau et noble projet » précise Marie-Agnès qui a testé le kit : « les explications sont assez claires, les photos de la notice permettent de le réaliser ».

Pour Marie, « c’est normal de « donner un coup de main, on s’engage à notre manière ». Une mobilisation solidaire qui ne faiblit pas, comme le constate Fabrice Bizé, directeur général de la SAS Berjac. « Depuis le début en l’opération à la mi-mars, avec Le Drap français avec qui nous avons monté cette opération, on note une entraide, toujours plus forte. Par exemple, sur les 16 000 kits distribués, 5 000 masques ont déjà été réalisés sur Dogneville et dans les alentours, puis déposés, par nos soins, à la Préfecture à Épinal. Il en reste donc 11 000 chez les bénévoles qui s’affairent actuellement ».

Un geste loin d’être anodin pour Berjac et le Drap Français

Un geste qui n’est pas anodin, tant pour les bénévoles que pour les deux PME vosgiennes. « Nous sommes deux petites entreprises qui offrons les masques, avec la mise à disposition du tissu, des machines à coupes, etc. Ce n’est pas un geste simple ni anodin financièrement. Mais nous y tenions » affirme Fabrice Bizé. Ce que confirme le dirigeant du Drap Français, Eddy Chevrier, à l’origine de l’initiative, avec l’appui de la mairie de la Bresse : « Ce n’est pas anodin, pour nous, petites PME françaises. Mais c’est nécessaire« .

Valoriser les circuits courts

Il ajoute : « quand on voit tous ces bénévoles et les structures de réinsertion qui donnent de leur temps, gratuitement, on se dit que les Français ne sont pas égoïstes. On aimerait qu’il y ait une réflexion collective à la suite de cette crise. Une prise de conscience générale. Car, à force de tirer les prix vers le bas, de fermer des usines françaises, cela a un coût financier et humain. D’où l’importance des circuits courts et qualitatifs ».

Se procurer un kit

Chez Berjac, il faut se déplacer sur place pour récupérer le kit, après un appel à la société. Marie a d’ailleurs eu un peu de mal à les joindre : « ils sont débordés par les appels. Je préconise plutôt de les contacter à l’ouverture, à 9h30 et d’éviter la fin de matinée ». Le Drap Français, quand à lui, s’organise avec la collaboration de la mairie de la Bresse.

Une 2e opération à venir

L’opération est une vraie réussite. D’autres masques, plus perfectionnés, feront l’objet de kits également, avec la participation financière de la mairie de la Bresse qui offre le tissu. La société Halstrat à Rambervillers financera 20 000 barrettes. « Un tel élan de solidarité, ça fait chaud au cœur » résume Marie.

Vous aussi, vous souhaitez réaliser des masques avec les kits de Berjac et du Drap Français ? Contactez-les directement : Berjac : 03 29 34 01 76 / Le Drap français : contactez la Mairie de la Bresse au 03.29.25.40.21

Article : http://www.vosgesmag.fr/articles/articleid/15690/coronavirus-les-couturi%C3%A8res-vosgiennes-pr%C3%AAtes-%C3%A0-en-d%C3%A9-coudre/fbclid/iwar2zqyaok03msl8vyoiylwtk3j-ct83dxcnu2cagxpdwlji6dq_7oakmyek




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.