Search
samedi 26 sept 2020
  • :
  • :

Coronavirus – Le préfet des Vosges interdit de discuter dans la rue et ferme les aires de jeux

image_pdfimage_print

« On ne part pas en vacances pendant la période de confinement ». Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur. Conformément à l’arrêté du 16 mars 2020, destiné à freiner la propagation de l’épidémie de Covid-19, le dispositif de restriction des déplacements mis en place s’applique bien évidemment toujours aux déplacements liés aux loisirs.

En cette veille de vacances scolaires, Pierre Ory, Préfet des Vosges, appelle solennellement tous les Vosgiens à rester chez eux et à respecter scrupuleusement le confinement.

Alors que le virus circule toujours activement dans notre département, qui compte malheureusement déjà plus de 150 victimes, la lutte contre la propagation du Covid-19 et le respect des règles de confinement doivent rester la priorité de tous. Le Préfet rappelle que la règle est de rester chez soi, afin de se protéger et protéger les autres.

« Confinement et départs en vacances ne sont pas compatibles. Ne pas sortir, c’est participer à la lutte contre le virus »

Il est appelé à la responsabilité et au bon sens de chacun :

« Confinement et départs en vacances ne sont pas compatibles. Ne pas sortir, c’est participer à la lutte contre le virus ».

Compte tenu du relâchement visible de la part d’un certain nombre de nos concitoyens, le Préfet a pris deux arrêtés, pour l’ensemble du département, visant pour l’un à interdire l’accès aux aires de jeux, qui sont de nature à véhiculer les virus entre deux usages successifs, et pour l’autre à interdire tout regroupement statique lors des sorties autorisées ; il n’est plus possible de constater que des personnes flânent sur des bancs ou discutent dans la rue revenant d’une promenade ou d’un ravitaillement alimentaire, en ne respectant pas les règles de la distanciation sociale.

Les forces de police et de gendarmerie mobilisées 

Les forces de police et de gendarmerie seront très mobilisées tout le week-end et en tout point du département pour veiller au strict respect des mesures de restriction des déplacements.

De nombreux contrôles auront lieu sur les différents axes routiers du département, mais également aux abords des lieux touristiques (lacs, massifs forestiers…), qui pour rappel, ne font l’objet d’aucune dérogation de sortie.

Une peine d’amende de 135 €

Tout contrevenant s’expose à une peine d’amende de 135 €, 200 € en cas de récidive ; aucune tolérance ne sera accordée, même en cas de première infraction constatée. Lorsqu’une personne est verbalisée à plus de trois reprises dans les trente jours, elle encourt 6 mois de prison et de 3 750 euros d’amende ainsi que deux peines complémentaires, l’une consistant à un travail d’intérêt général, et l’autre à une suspension du permis de conduire pour 3 ans maximum.




9 réactions sur “Coronavirus – Le préfet des Vosges interdit de discuter dans la rue et ferme les aires de jeux

  1. Couval

    Je pense que pendant la guerre les personnes avait plus de libertés. Il serait souhaitable de faire vraiment appliquer ces lois dans les zones sensibles mais attention la on n y va pas. C est vrai que dans ces quartiers la les amendes ne sont jamais payées

    répondre
  2. marceluc

    Que représente 135 € d’amende pour une personne qui en gagne 5000. Quelle disparité punitive!!! Du n’importe quoi en matière de restriction de sortie. Pauvres technocrates, vous n’avez encore donc rien compris. Ceci n’engage que moi, bien entendu. Cordialement.

    répondre
  3. guignol

    il y a longtemps que cette mesure aurait du etre prise et encore beaucoup d’autre il y a trop de personne qui se promène dans les rues et magasins

    répondre
  4. corona

    POURQUOI AUTORISER L’OUVERTURE DES MAGASINS DE BRICOLAGE , JARDINERIE,,,,????

    RIEN DE VITAL MEME LES PLANTATIONS !!!

    ON FERME TOUT (SAUF INDISPENSABLE ) OU RIEN DU TOUT !!!!

    INUTILE , BAINS DE FOULE !!!!

    répondre
  5. 88200macgyver

    Bonjour . En effet , c’est tout ou rien . Voyez au niveau du travail ce qui se passe .Arrêt obligé dans certaines entreprises , on va voir pour essayer de subtiliser une semaine de congé aux « victimes de l’arrêt forcé  » et voir pour ne pas payer certains jours fériés ….Dans le public , on a mis sur pieds le « Télétravail »….Grand mot pour petits résultat à mon avis ….Dans le secteur public toujours , on va dire que les gens ont travaillé normalement , donc pas de problème . Les congés prévus qui tombent dans cette période de confinement seront reportés plus tard ,bien entendu , on ne va pas prendre des congés pour rester à la maison , alors que depuis X années , c’est à cette date qu’on les prend….C’est à dire que lorsque le pays devra se relever , tout ces fonctionnaires et assimilés se ferons la belle pour les beaux jours … Il y a donc toujours ces différences , ceux qui vont le payer , et tout ceux qui une fois de plus sont peu concernés .C’est pour cela que tout est mal dirigé depuis le début de la crise . Effectivement , il fallait tout stopper et ne pas faire de cas particuliers sauf pour les impératifs comme la nourriture , les soins et le relatif à la personne .

    répondre
    1. JMV

      Pour les jours de congés et de RTT , je n’avais pas pensé à cette conséquence.
      Donc une fois de plus ce sera au privé d’assurer seul la majorité de l’effort.
      Sans compter tout ceux du privé qui vont se retrouver sans emploi.
      Tout cela n’ empêchera pas les syndicats de fonctionnaires de repartir au charbon pour quémander toujours plus d’avantages une fois que cette pandémie sera terminée.

      Liberté, EGALITE…., FRATERNITE… depuis 1789, le marketing politique nous fait avaler des couleuvres.

      répondre
  6. voyons... !

    y’a ka.. faut k’on … tous des cons….tous des nantis…. tous des feignants dans le public …. privilèges pour certains …. ca y est , tous les discours entendus dans les ronds points l’année dernière commencent à refaire surface !!

    Apparemment la crise de conscience suite à cette pandémie n’est pas passée non plus chez les donneurs de leçons grincheux

    répondre
      1. voyons... !

        sûrement pas … comme quoi les préjugés, hein ??
        Je n’ai jamais été un mouton qui suit bêtement les autres mais j’ai des convictions et mes actions sont autres… pas besoin de tout le temps faire du bruit ou du spectaculaire pour se faire entendre, faut juste bien savoir à qui on veut faire passer son message 😉

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.