Search
jeudi 9 juil 2020
  • :
  • :

Accident au col du Ménil : un homme de 67 ans en arrêt cardiaque

image_pdfimage_print

870x489_pompiers
Ce samedi après midi, aux alentours de 15h10, les secours on été alertés d’un accident qui s’est produit au col du Ménil, impliquant une voiture et un cycliste. Un homme de 67 ans est en arrêt cardiaque. 8 sapeurs pompiers se sont engagés sur les lieux.




21 réactions sur “Accident au col du Ménil : un homme de 67 ans en arrêt cardiaque

  1. mimi

    Encore un accident dû au non respect des cyclistes.!!
    Il suffisait à la conductrice de ralentir, laisser passer le véhicule venant en face et continuer sa route…
    La route appartient aussi aux cyclistes
    Mes sincères condoléances à la veuve de cette personne, c’est horrible

    répondre
    1. Gilles.

      Je pratique le vélo de route seul et en roulant toujours très à droite de la chaussée.
      En cas de croisement de véhicules sur une route plutôt étroite, celui qui va entamer sa manœuvre de dépassement sur ma personne est souvent incapable d’attendre pour doubler.Quitte à mettre la vie du cycliste en danger en le frôlant à moins d’un mètre..
      Cela m’arrive toujours une fois ou deux par sortie.
      Il faut que certains enfoirés arrêtent de penser que parce qu’ils se sentent protégés dans leur char d’assaut, ils peuvent rouler sur les vélos.

      répondre
      1. chouki

        Il suffisait….. bien facile, vous y étiez ?
        Qui vous dit que le cycliste n’a pas fait un écart impromptu sur le milieu de chaussée. (je n’y étais pas non plus).

        Reste que ce col est très très dangereux et voitures et motos y roulent comme des fous furieux, cyclistes belges ou hollandais y prennent toute la chaussée à 25 avec voiture bloquante derrière et absolution des FO, gibiers ….
        L’an dernier c’était un motard qui y perdait la vie.

        répondre
        1. Gilles.

          Relisez mon commentaire.
          Je ne parle pas des circonstances précises de cet accident puisque je n’y était pas.
          Je relatais mon expérience de cycliste roulant seul et prudemment, mais subissant malgré tout le comportement de quelques automobilistes pressés se croyant tout permis puisque à l’abri dans leur tas de tôle.
          C’est malheureusement le lot de tous mes collègues cyclos.

          répondre
        2. Geant

          Vous ne croyez pas si bien dire. Un cycliste hollandais dans grosse pierre a fait un écart alors que je le doublait très à gauche, 1,50 m environ. Mon parent choc a heurté sa médaille il a volé dans le fossé. Plus de mal sur mon parent choc et phare que sur lui. Ouf

          répondre
        3. GW88

          Moi, j’y étais et je peux vous dire que le cycliste n’a pas fait d’écart et que le camion avec la grue ne gênait pas. C’est un manque d’inattention de la part de la conductrice. J’ai d’ailleurs déposé en ce sens à la gendarmerie.
          Condoléances à la famille et laissez ce pauvre cycliste reposer en paix.

          répondre
  2. Fanfan88

    Un malheureux accident qui aurait sans doute pu être évité … Condoléances à la famille. Il y a toujours un petit pourcentage d’ inconscients au volant. Et encore une petite partie de ce pourcentage qui fait volontairement c____ les cyclistes. Il est effectivement rare de n’avoir aucun problème lors d’ une sortie cyclo. Là c’est triste ça dépasse de très loin les conséquences habituelles…

    répondre
  3. Lucien

    que ce soit automobilistes ou cyclistes il y a tjrs des personnes qui n’en font qu’à leur tete dans les deux sens et en oublie le code de la route .

    répondre
    1. Dénisse

      là: c’est pas le code de route qui compte, car l’endroit est propice aux infractions. oui c’est surtout « à l’instinct » qu’il faut rouler . Cet endroit: il est à considérer dans l’heure où on y passe avec le gibier, dans la saison, dans les imprévus qu’on y rencontre. Un peu comme un carrefour qui comptabilise les victimes.Oui c’est dangereux ce col, comme partout quand il fait beau ou mauvais, alors, vite, pas vite, je répète , c’est pas le code de route, c’est vigilance …et ça date de bien avant les limitations de vitesses à la baisse. une vie ne se remplace pas. Une famille dans le chagrin pour toujours. On ne réfléchit jamais assez. Après, il est trop tard.

      répondre
  4. ggg

    franchement vous ne pouvez pas avoir un peu de respect pour la famille et les proches de cet homme.
    plutot que de deblaterer sur les cisconstances d un accident que vous n avez pas vu en +

    répondre
  5. JMV

    Ce col assez fréquenté est tres dangereux pour les cyclistes.
    La route y est large avec des virages assez rapides et les voitures qui l’emprunte roulent souvent trop vite.
    L’étude d’un tronçon cyclable entre le Ménil et Cornimont ne serait pas un luxe

    répondre
    1. anatole

      Comme lu dans un témoignage, « on » a pas vu. On sait qu’une famille est endeuillée. C’est ce qui est dans les esprits de même les inconnus des proches de la victime. La vitesse est LE sujet qui PASSIONNE dans les chaumières, car le curseur de l’Etat a malmené les mentalités en la matière. En Allemagne, Pays qui protège ses constructeurs, on aime le vélo et on ne culpabilise jamais les automobilistes ou motocyclistes comme ici. C’est devenu suffoquant en France avec ça. Les accidents de vélos s’accroissent logiquement dans le pays devenu autophobe au point de culpabiliser tous les conducteurs d’engins motorisés. stop !

      répondre
      1. JMV.

        Je suis cycliste, motard, et automobiliste.
        Le sujet n’est pas de stigmatiser plus une catégorie qu’une autre.
        Il y a une part égale d’ inconscients dans les 3 catégories.
        Le souci est que contrairement à un automobiliste, un cycliste par son allure lente et son manque quasi total de protection est très fragilisé.
        C’est donc aux conducteurs de voitures de redoubler de précautions lorsqu’ils entament des dépassements. Quitte par exemple à attendre pour dépasser en laissant passer un véhicule venant en sens inverse.
        Beaucoup d’automobilistes le font.

        répondre
        1. anatole

          Je n’ai rien vu . juste lu les articles de presse. Je ne peux rien ajouter. Les risques sont bien présents à certains endroits. Si vous êtes conducteur, vous savez que la cohabitation est difficile, que les ouvriers de bord de chaussées sont aussi en danger aux mêmes endroits. On va demander encore plus à la collectivité en matérialisations , signalétiques ?dépenses futures. Les causes des accidents sont toujours liées aux comportements des usagers ( concentration, lucidité, compétences …) Les freins « dans le cerveau » sont-ils à hauteur des accélérations ? On ne peut tout tabler en sécurité sur la réglementation . « ON » est pas tous pareil.

          répondre
        2. RDL

          Réaction sage et sérieuse que j’approuve. J’ajoute ceci après lecture de Vosges matin: Je ne connais ni les personnes, ni toutes les circonstances. Mais je connais bien cette route que j’emprunte assez souvent. Et j’ai aussi été victime avec un copain d’un chauffard qui nous doublait, il y a 5 ans et demi. Et au club , on en connaît d’autres accidents avec des véhicules et tout récemment, 2 jours après le déconfinement! Aussi je réagis sur trois choses: Tout d’abord, la lecture de l’article de Vosges matin (pas celui-ci) m’écœure -rien d’étonnant quand on connait le niveau de ce canard- car rien sur le cycliste, au contraire, l’article excuse la conductrice. Elle aurait été gênée par un camion en face. Diable, je ne peux passer là, je choisis donc de passer par dessus le vélo qui est devant moi …il faut bien que je passe, pas question de ralentir. Encore une fois, le cycliste ne pèse rien! Regardez la photo, c’est spectaculaire. Je veux bien qu’elle ait été gênée, mais pourtant le code de la route est clair: On doit rester maître de son véhicule et tenir compte des autres usagers. Ensuite, j’ai cru depuis le déconfinement, notamment ce we lors d’une grande sortie que le comportement des automobilistes avait évolué: Moins de frôlements, plus de prudence, même parfois excessive lors des dépassements. Hélas, j’aurais rêvé? L’ambiance autour du vélo aurait-elle changée? Vous me direz. Enfin, ce tronçon de route , quasi obligatoire lorsqu’on veut faire une sortie un peu sérieuse dans le secteur des Hautes-Vosges est dangereux certes, car très fréquenté. Mais il existe un projet de relier les deux voies vertes des vallées de la Moselle et de la Moselotte en parallèle de cette route, chacune étant un cul de sac , implantées sur les anciennes voies ferrées et ayant un succès remarquable depuis bien longtemps maintenant, bien avant l’essor de ces voies partout en France. L’intérêt de les relier est donc apparu, mais visiblement la volonté politique n’a pas été à la hauteur, car bien sur , c’est un peu plus difficile de mordre sur les sacrosaintes propriétés privées et d’empiéter sur la voiture. On peut hélas penser à ce couple de cyclistes d’un certain âge qui en aurait certainement profité. Alors oui, il faut faire de la politique et revendiquer la place du vélo, faire évoluer les comportements routiers vis à vis des cyclistes. Car à quoi sert de se calfeutrer du virus pour aller se faire fracasser sur les routes? Les règles dites de sécurité sanitaire (10 m d’écart entre 2 cyclistes!) pondues par des ignares des ministères apparaissent d’ailleurs au passage comme des gadgets parapluies.

          répondre
        1. anatole

          …loi de l’arithmétique qui veut que les risques grandissent avec le nombre croissant des usagers. Le vélo se décline plaine, montagne, électrique, routes, sentiers, forêts aussi. Les touristes qui séjournent embarquent la bicyclette, soleil aidant…

          répondre
    2. chouki

      Ce serait de plus une façon de relier les deux voies vertes de la Moselle et la Moselote en valorisant un cyclisme sécurisé et de qualité.
      Un plus pour le tourisme local.
      (Et aux « zélus » qui liraient ça : autre chose qu’une ligne blanche sur le bord de la route… évidemment)

      répondre
  6. Jacquot Patrice

    Le camion et sa remorque embarquant la grue n’allait pas vite. Je dirais 40 km/h max dans la descente. Avec du recul je pense que la voiture est en faute surtout que la visibilité est bonne sur le lieu de l’accident. J’ai vu l’accident et ça me travaille beaucoup. Ca peut vite arriver à tout le monde vu la sur fréquentation de certains cols. Condoléances à la famille.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.