Search
jeudi 1 oct 2020
  • :
  • :

Hôpital : la « médaille de l’engagement » proposée par le gouvernement ne convainc pas « Nous soignants n'avons pas besoin de médaille en chocolat »

image_pdfimage_print

hopital médaille

La « médaille de l’engagement » face à l’épidémie, annoncée par la porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, reprend le principe de celle créée le 31 mars 1885, suite de l’épidémie de choléra de 1884. Elle va être attribuée dans le cadre de la crise du Covid-19 aux soignants ayant lutté contre le virus. Elle pourra être décernée à titre individuel ou à titre collectif.

Les membres du groupe Urgences en colère de Remiremont ne sont pas convaincus par cette idée. « De qui se moque t’on ? Nous soignants n’avons pas besoin de médaille en chocolat », peut on lire sur la page Facebook du collectif, « Nous avons besoin de moyens pour assurer vos prises en charge, covid ou non covid… L’exécutif en ne voulant pas répondre clairement aux besoins du monde soignant va dé-mobiliser le monde hospitalier qui a fait face à la première vague ».

« Après tout, nous ne sommes que de la chair à virus finalement »

Relayant un communiqué du Collectif Inter-Hôpitaux, « Urgences en colère Remiremont » met en avant le décalage entre le discours d’Emmanuel Macron à Mulhouse il y a quelques semaines et les réponses proposées aujourd’hui. « Le président ne tient pas ses paroles et c’est finalement le plus grave… Il se moque des soignantes et des soignants , il se moque des travailleuses et des travailleurs il se moque des françaises et des français ».




20 réactions sur “Hôpital : la « médaille de l’engagement » proposée par le gouvernement ne convainc pas

  1. GS

    Il est vrai que nos soignants ont besoin de plus qu’une médaille. Je pense que la plupart des français leur offre déjà cette médaille tous les soirs à 20h.. c’est du personnel, du matériel, et des services dignes de ce nom que veulent nos soignants. Ils veulent qu’on arrête les économies de bouts de chandelles au détriment des patients et du personnel. Je pense qu’il y a à faire des économies ailleurs..du côté des ARS par exemple ou certaines personnes sont incompétentes, ont des emplois paisibles et ne connaissent même pas le monde hospitalier. Ils ont voulu des économies, voilà le résultat, tout ça à l’arrivée va coûter plus cher que les économies réalisées ces dernières années…au fait ou en est l’hôpital d’Épinal qui a déjà coûté 3 fois plus cher qu’au départ ? La santé n’est pas un jouet, les soignants ne sont pas des soldats de plombs et les patients ne sont pas des marionnettes..

    répondre
  2. marceluc

    Le pays est en berne, les conneries continuent. Des paysans se suicident tous les jours, les routiers qui dorment sur des parkings tous le weekend, des artisans qui vont bientôt crever de faim ou qui vont se suicider, des commerçants qui attendent inlassablement leurs clients, des forains avec des manèges à l’arrêt, les bars et les restaurants se lamentent, et à coté, des fonctionnaires mécontents pour qui la paye tombe tous les mois, qu’ils soient au travail ou pas!. Vous avez fait votre boulot, vous avez été payé, bravo à vous, nous en sommes reconnaissant point barre. Les caissières à 700 €/mois n’aurons pas de médailles et seront remerciées tantôt!!! Les enfants gâtés de la nations vont bientôt réchauffer leurs terrasses avec du courant gratuit pour leurs barbecues, et sud rail va reprendre ses grèves à répétition pour sauver ses privilèges, bravo la France, bravo travailleurs.

    répondre
  3. Lucien

    augmentation des salaires reconnaissance et du matériel et embauches une médaille et défilé le 14 juillet c’est du Macron tout craché la parade

    répondre
  4. PierreL

    Oui, respect aux personnels soignants, du moins à ceux qui sont allés au travail ces deux derniers mois.
    Mais au lieu de les entendre se plaindre encore et toujours, râler parce que la prime de 1500€ n’arrive pas assez vite ou faire la fine bouche devant une médaille de reconnaissance, on aimerait les entendre dire « on n’a fait que notre travail »
    Et alors là ils mériteraient notre reconnaissance et nos applaudissements.
    Respect aussi aux routiers, aux caissières et tous ceux qui ont permis que la vie continue malgré tout. Et qui ne réclament rien, eux.

    répondre
  5. anatole

    …On lit en diagonale. On lit entre les lignes. On arrête de lire. Des lits: il n’y en a pas quand on en a besoin. A l’Hosto, c’est comme partout, beaucoup : On en a volontairement omis l’essentiel. En bureaucratie, les ordis étaient censés aider , sauf qu’on a embauché trop de pupitreurs . in fine on paie les ordis et les fonctionnaires . Monde de shadocks ! – Là c’est gros tout de même: on donne des médailles Mais les soignants ne sont pas d’anciens combattants . Il y a des penseurs qui doivent cesser les drogues dures, revenir sur planète terre.

    répondre
  6. Lexa

    Quel pataquès pour les soignants : augmentation de salaire, primes, cagnottes, applaudissements et pour les ripeurs, routiers, caissières, personnels de ménage et d’aide aux personnes… RIEN. Être soignant c’est une vocation….heureux sont-ils d’exercer leur vocation

    répondre
  7. chouki

    Le marquis va la faire faire un peu plus grande et plus brillante et trouvera bien quelques groupies fanatiques et ravies pour lui faire des éloges enthousiastes surtout télévisuelles.
    La république superficielle.

    répondre
  8. froissard

    Pas de médailles en chocolat .nous ne défilerons pas le 14 juillet aux côtés des armées. Ce n’est pas une guerre que nous avons traversée ,mais une crise amplifiée par le manque de moyens alloués à’ l’Hôpital public et plus largement à la santé .les seuls défilés auxquels il faut participer sont les manifestations pour réclamer des budgets conséquents, pour des lits, du personnel en nombre , ainsi qu’une revalorisation des carrières des filières médicales .rendez vous dans la rue, le moment venu pour défendre tous ensemble l’Hôpital public et le système de santé français et l’ensemble des services publics .

    répondre
    1. lamisol

      En matière de santé, il y a certes des économies à faire.
      A quoi servent les ARS, le centre national de gestion ,la haute Autorité de santé, l’agence nationale d’appui à la performances des établissements de santé et médico-sociaux, et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médicaux .
      5 agences qui ont pour mission ( la même) de dresser des recommandations aux établissements socio-médicaux.
       » on va dans le mur… »

      répondre
      1. JMV.

        La France est devenue un pays sclérosé par les interdits et les règlementations.
        Plus il y en a, plus c’est compliqué d’avancer, et plus il faut de fonctionnaires pour les mettre en place et surveiller leurs applications.
        On se croirait dans l’ex- URSS.
        Retrouvons de la légèreté et de la souplesse, synonyme de performance, d’esprit d’initiative et d’entreprendre, et tout ira mieux

        répondre
        1. anatole

          Très juste ce que vous dites. Sauf qu’avec l’inertie de la bureaucratie typée ex soviétique, les discours à contre sens, abscons, les gens n’entendent plus rien, finissent par s’isoler. Le Pays est en traumatisme. On ne va pas sortir comme ça pour se faire contrôler : » Vous êtes de la même famille  » ? Demain sera: « Vous avez votre test de sérologie « ? Stop svp, retour à sagesse, souplesse. Le monde n’aspire pas à l’ex URSS

          répondre
    2. JMV.

      Leger souci Mr Froissard.
      56 % de notre PIB part en dépenses publiques. Nous sommes très largement champion du monde en la matière.
      Et comme nous sommes aussi n° 1 des taxes et impôts, on ne peut guère jouer sur ce levier.
      Ce n’est pas non plus le rétablissement de l’impôt sur la fortune et ses 3 milliards annuels qui combleront notre déficit de fonctionnements de 100 milliards par an.
      Industrie en berne, dette gigantesque, cout des aides sociales qui plombent notre reprise économique…
      Nous voilà frais.

      répondre
  9. froissard

    L’Humain d’abord .Cette réflexion est essentielle: dans la santé, la justice, l’éducation, le travail .Cela permet de faire des lois pour les hommes et les femmes .Si on se détache de cet idéal, on devient de petits technocrates, ces grattes papiers inutiles, hors sols, déconnectés du terrain, parasites de la haute administration

    répondre
  10. Tonton Reporter

    Il y a mieux j’avais suggéré, il y a plus d’un mois à notre député, que soit brodée un ruban rouge sur la tenue des soignants, signe de légion d’honneur; Beaucoup la reçoivent pour des C…. les soignants la méritent bien…

    répondre
  11. PierreL

    Toujours ce fameux « manque de moyens », formule passe-partout pour exiger des augmentations salariales. Surtout dans les services publics !
    Mais c’est oublier qu’il y a des contraintes budgétaires dans un pays qui cumule déjà plus de 2500 milliards de dette, une dette qui va encore s’alourdir sensiblement pendant la crise économique qui s’annonce.
    Un peu de décence donc.
    Et une pensée pour les petits salaires qui n’ont pas la garantie de l’emploi, eux, et pour qui la crise économique sera d’une ampleur sans commune mesure avec celle des services publics !

    répondre
    1. JMV

      Les Français n’ont pas l’air de se rendre compte que si nous en sommes arrivés là, c’est tout simplement parce que nous n’avons plus les moyens de nos ambitions.
      A jouer les semeuses et à ne pas vouloir trop travailler, l’issue était écrite.

      Cette dolce vita voulue par les partis de gauche et des syndicats politisés, corporatistes et irresponsables, a plombée l’ économie de notre ex-riche pays :
      35 heures, RTT, 6 semaines de congés ( hors jours fériés ), arrêts maladie quasi open bar, meilleur système d’indemnisation du chômage au monde, système de retraites très avantageux.

      Le classement aussi de 7eme PIB du monde pour notre pays est un véritable leurre. Car celui ci se calcul en multipliant la richesse produite par habitant sur un an par la population totale. Ce qui veut dire qu’un pays pauvre mais très peuplé peut se trouver en tête de classement.
      La vraie réalité c’est que nous ne sommes classés que 33 ème au monde pour le PIB par habitant et seulement 20 eme en Europe .
      C’est ce critère qui détermine la vraie richesse des citoyens d’un pays.

      Difficile alors de vouloir revendiquer des salaires équivalents à des pays disposant de PIB par habitant 20, 50 ou 100 % plus élevés que le notre.

      répondre
  12. Clodot

    Il n’y aura plus personne à l’hôpital,ni infirmières ni médecins,si les salaires ne rejoignent pasle niveau des pays voisins.tout lce monde ira dans le prive.il faudra parler beauoup de langues p0ur se faire soigner dans les hopitaux fracais .

    répondre
    1. JMV.

      Ouvrez les yeux.

      Depuis l’arrivée de la gauche il y a 40 ans notre pays n’arrête pas de sombrer.
      Nous n’avons plus désormais que le 20 eme PIB par habitant de la zone euro.
      Les salaires correspondent donc à notre niveau de richesse.
      Par comparaison c’est comme si les soignants Kosovars ou Sri lankais demandaient à gagner autant que les soignants Français.

      PIB Par habitant 2017.
      Luxembourg : 109 000.
      Irlande : 73 600.
      Norvège : 70 000.
      Belgique : 62 000.
      Suisse : 61 350.
      Pays bas : 53 500.
      Islande : 52 150.
      Allemagne : 50 200.
      Autriche : 49 900.
      Danemark :49 600.
      France : 43 500.

      répondre
    2. PierreL

      Les pays voisins travaillent, eux, 40h/semaine. Et ne sont pas soumis aux diktats des « syndicats » d’extrême-gauche.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.