Search
lundi 25 mai 2020
  • :
  • :

Vosges : point sur le plan santé du Département

image_pdfimage_print

medecine

La crise du coronavirus a mis en exergue certaines carences de notre système de santé avec une tension importante au sein des services de réanimation. Cette crise a aussi mis l’accent sur des carences de moyens.

Selon le Département des Vosges, « en effet, l’hôpital a besoin de se moderniser pour optimiser ses réponses face à un afflux important et quotidien de demandes en soins, en logistique. » Dans ce contexte, nous avons voulu tirer un premier bilan du plan santé lancé par le Département des Vosges et initié par François Vannson, président du Conseil Départemental. »

« Ce plan crée un mouvement dynamique pour notre département. Depuis 2018, ce sont 47 médecins généralistes qui ont été aidés pour s’installer dans les Vosges. Soit 15 en 2018, 23 en 2019 et 9 depuis janvier 2020 dont 2 spécialistes (Allergologue et Rhumatologue à Epinal). Dix autres installations sont prévues et sont en cours d’accompagnement. C’est aussi le fruit du travail de collaboration entamé notamment avec le Docteur Cédric Berbé qui assure le lien avec ses étudiants et futurs médecins et notre collectivité. Cependant, il faut en faire davantage », explique François Vannson.

Lire la suite ici : https://saintdieinfo.fr/2020/05/vosges-point-plan-sante-departement/




3 réactions sur “Vosges : point sur le plan santé du Département

  1. grosjean

    Pourquoi doit on aider les médecins pour venir dans les Vosges et peut être partir dans 5 ans pour d’autres aides!!!! La France marche sur la tête .

    répondre
  2. Lexa

    D’accord pour une aide à l’installation mais dans l’année suivant leur installation, les médecins devraient reverser les différentes aides reçues des collectivités territoriales…. d’autres personnes ont plus en difficultés pécuniaires que les médecins

    répondre
    1. JMV.

      Encore quelqu’un qui n’a rien compris.

      Tant que la libre installation est permise pour les jeunes médecins, la plupart de ceux ci choisiront de ne pas venir dans nos bleds.
      Et si on leur demande de rembourser l’aide financière d’incitation à l’installation, ils ne viendrons pas . Et le problème des déserts médicaux perdurera.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.