Search
jeudi 26 nov 2020
  • :
  • :

« Racisme » : faut-il re-baptiser l’école Jules Ferry ?

image_pdfimage_print

Annotation 2020-06-10 124854

C’est un sujet qui revient régulièrement sur le devant de la scène : celui des noms de nos rues, écoles, ou collèges… Et du sens que nous voulons leur donner. Quels hommes et quelles femmes de notre histoire mettre en avant ? Ferry, De Gaulle et Thiers n’ont qu’à bien se tenir !

Sale temps pour les sculptures de « grands hommes » 

Les statues du roi Léopold II de Belgique, colonisateur du Congo, sont vandalisées, ainsi que celles de Christophe Colomb, de Winston Churchill, ou du marchand d’esclaves Edward Colston. A Paris, c’est Colbert, ministre de Louis XIV et initiateur du « Code noir », qui est la cible de manifestants. En Martinique, deux statues de Victor Schœlcher, connu pour avoir fait adopter le décret sur l’abolition de l’esclavage en 1848, ont été détruites…

Alors certes, on ne va pas verser une larme pour des sculptures en pierre ou en métal ! Certains vont y voir la justice, d’autres la division, la diversion. Certains vont relire le passé, d’autres préféreront déboulonner les statues du présent. Et le débat est relancé sur les figures controversées des siècles précédents. Ces voies publiques nommées en hommages à des personnalités qui n’étaient semble-t-il pas toujours des saints. Et même, paraît-il, parfois des « racistes ».

Si on veut faire le ménage totalement en la matière, peut être serait-il préférable de donner aux rues et aux institutions des numéros ou des noms de fruits.

«Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures »

Faudra-t’il un jour re-baptiser l’école du centre de Remiremont ? Jules Ferry, n’a t-il pas quelques casseroles à se reprocher ? « Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures », affirmait l’illustre ministre, héros de la République, le 28 juillet 1885, « Il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ».

Renommer l’école du centre, « ce n’est pas à l’ordre du jour », affirme Jean Benoît Tisserand, adjoint à l’éducation de la municipalité de Remiremont, « ça n’a pas été envisagé pour le moment », mais « pourquoi pas ». « Un nom, ce n’est pas gravé dans le marbre pour des siècles et des siècles », rappelle le professeur d’Histoire. En effet, des établissement que l’on re-baptise, ça s’est déjà vu plus d’une fois : « Béchamp est devenu Malraux, le Parmont est devenu Camille Claudel ».

« Ce n’est pas l’aspect le plus glorieux de son histoire personnelle »

Jules Ferry a été « un grand ministre de l’instruction publique, on ne peut pas le nier », estime Jean Benoît Tisserand. Il a été « le créateur de l’école publique et de l’école pour tous. C’est quand même un progrès énorme ». Cependant, il a tenu face à Clemenceau, et devant la représentation nationale « des propos qui évidemment aujourd’hui seraient intolérables, avec notre regard de citoyens du 21ème siècle ».

Il faut se replacer dans le contexte : « la mentalité de l’époque était ainsi faite ». C’est là « malheureusement, ce que pensait l’opinion publique à cette époque ». Et ce n’était pas tout à fait malintentionné. « L’intention derrière, c’était d’apporter du progrès sur les autres continents (…) Il faisait référence à la colonisation de l’Indochine ».

Si l’on creuse un peu, on risque de trouver bien des défauts à de nombreuses « icônes ». Jean Benoît Tisserand évoque le cas de Voltaire : « quand on regarde sa vie personnelle… ». Le philosophe avait en effet « des parts dans des entreprises qui pratiquaient l’esclavage ». Ainsi, chaque figure historique a ses ombres et ses lumières.

Et De Gaulle ? et Thiers ?

Et puis après, pourquoi ne pas regarder aussi du côté du boulevard Thiers, en se remémorant l’écrasement de la Commune de Paris ? Faudra t’il aller jusqu’à renommer la rue Charles De Gaulle. En effet, le général a un jour constaté que « nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche », et il ne souhaitait pas que son village de Colombey-les-Deux-Églises devienne « Colombey-les-Deux-Mosquées ».

Et puisque la mode est au déboulonnage de statue, il n’est pas interdit de se demander si le « Volontaire », quittant la ville pour défendre la « patrie en danger » en 1792, avait bien prit conscience de son « privilège blanc ». Ou on peut regarder ensemble vers l’avenir. 




7 réactions sur “« Racisme » : faut-il re-baptiser l’école Jules Ferry ?

  1. christian

    bel article.merci
    replaçons les actions historiques dans leur contexte et arrêtons de culpabiliser sous des pressions d’associations factieuses (pour le moins) qui sont loin d’être irréprochables ainsi que leurs icônes bien actuelles. on détruit des statues dont certaines de grands hommes qui ont fait avancer leur monde pour les remplacer par des fresques dont certaines à la gloire de bandits morts d’avoir fui la justice de notre société.
    honte au racisme mais non au règne de la bêtise

    répondre
  2. Fanfan88

    On peut aussi voir les révolutionnaires de 1789 comme des coupeurs de tête sanguinaires non ? Ce qui a été le cas quoi qu’ on en dise… La police de la pensée a toujours de nouveaux adeptes!!! En effet si ça ne leur plaît pas qu’ils partent! ! !

    répondre
  3. Catherine

    on va vraiment trop loin , n’aller pas semer la zizanie dans notre département car souvent la cohabitation ne se fait pas si mal que ça .

    répondre
  4. anatole

    Merci pour le bon article – On ne vit pas tous la même époque en même temps et on ne refait pas l’histoire. On ne la détruit pas non plus. On l’interprète dans l’analyse qui en est faite en son époque. On savoure les progrès mis en oeuvre en occident par nos aïeux. L’esclavage et la traite des humains existe encore aujourd’hui sur cette terre. Elle n’est pas du fait de la France. J’espère que notre grand coeur de français ne nous perdra pas. Ceci est possible si la bonne éducation est enseignée et de manière à toiser les frustrations, complexes, masochisme cultivé. Ces Etats d’âmes sont responsables de trop de maux.

    répondre
  5. GS

    Il y a certains propos qu,i pour moi, frôlent les valeurs du disparu Front National gouverné en son temps par un certain Jean Marie Le Pen.
    En effet, nous avons changé d’époque, les mentalités de la plupart de nos concitoyens ont changé…il faut vivre avec son temps , nous avons un pays magnifique, ouvert aux autres, multi culturel, riche de son passé et surtout libre
    Il est bien dommage que certains, actuellement, attisent de vieilles rancœurs et incitent à la haine de l’autre..

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.