Search
jeudi 24 sept 2020
  • :
  • :

World Doll Day: l’atelier qui soigne tous les bobos Depuis 1986, le 13 juin est la journée mondiale des poupées. Dominique Mange leur consacre une grande partie de son temps

image_pdfimage_print

atelier des poupées 2

Dans la clinique de Dominique Mange, pas de seringues ni de compresses mais des résines à la formule secrète, des yeux de verre et des vernis. Car les patients de cet hôpital hors du commun ne sont pas faits de chair et d’os mais de porcelaine, de terre de pipe, de celluloïde ou encore de cire.

L’atelier des poupées se cache derrière une devanture discrète où s’affichent les slogans du magasin d’électricité depuis trois générations du mari de Dominique , place Jules Méline. On y répare tous les dommages, qu’ils soient minimes comme un vernis écaillé ou plus importants – dans certains cas, la restauration relève presque du puzzle 3D.

atelier des poupées 1

La passion est ce qui anime Dominique Mange. Conductrice de bus le matin, métier qu’elle rêvait d’exercer depuis son plus jeune âge, elle se consacre entièrement à la rénovation de jouets anciens le reste du temps, relevant des défis de sauvetage d’objets dont l’état semblerait désespéré pour le commun des mortels.

Pour cette collectionneuse depuis plus de 30 ans et à la tête de la boutique depuis 5 ans, amoureuse des poupées anciennes et persuadée que les objets ont une âme, aucun défi n’est impossible à relever. « Passion et patience » sont les maîtres-mots se plait-elle à répéter. Tout a commencé avec un landau et une poupée à rénover et depuis, Dominique n’a de cesse de donner une seconde vie aux objets qui, plus que commerciale, ont une valeur sentimentale inestimable pour leurs propriétaires.

Souvent il s’agit d’une poupée trouvée dans le grenier de la grand-mère ou d’un souvenir d’enfance dont on ne veut se séparer. « C’est un grand bonheur que de voir l’étincelle dans les yeux des personnes qui retrouvent leur objet comme neuf », confie cette chirurgienne du plastique et du biscuit (= porcelaine n’ayant subi qu’une cuisson). Les poupées traversent la vie de Dominique pour quelques semaines ou parfois plus, quand les clients décident de les laisser à la vente dans sa boutique.

Issue de l’industrie textile, ce qui lui permet aujourd’hui de confectionner aussi des vêtements pour poupées, elle a ensuite fait ses armes auprès d’une autre passionnée qui lui a donné quelques ficelles. Cette dernière n’a cependant pas eu à lui prodiguer beaucoup de conseils tant la rénovation avait quelque chose d’instinctif pour Dominique Mange.

Ayant fait l’objet d’un reportage dans le magazine éponyme de TF1 en février, l’artiste romarimontaine a acquis une notoriété qui dépasse nos frontières, de Montréal en passant par Shangaï. « Après la diffusion de reportage, le téléphone sonnait 30 à 40 fois par jour » confie Dominique « le confinement m’a permis de me mettre à jour » poursuit-elle.

En cette journée mondiale des poupées, ces dernières ont trouvé leur sauveuse.

La boutique « l’Atelier des poupées » est ouverte le mercredi après-midi de 14h à 18h et sur rendez-vous.

http://www.latelierdespoupees.com

 

A.S




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.