Search
mercredi 30 sept 2020
  • :
  • :

Des cours de « défense personnelle » au Thillot en septembre Le club de Karaté thillotin ouvre une section "self defense"

image_pdfimage_print

DSC_0278

Plus communément appelées « self defense », les séances de défense personnelle dispensées au sein du club de karaté thillotin auront lieu les mercredis soirs à partir de la mi-septembre au dojo de la salle omnisports.

Les agressions physiques sont en constantes augmentations. Nous pouvons toutes et tous devenir la proie d’un agresseur, sans personne pour nous aider et les forces de l’ordre arriveront probablement trop tard.

L’entrainement à la défense personnelle peut être comparé au secourisme : il faut s’y former en espérant ne jamais nous en servir et mettre en pratique des méthodes de prévention.

Il ne s’agit pas d’apprendre à faire des combats rituels, d’apprendre « à se battre ». Bien au contraire, l’apprentissage est basé sur les attitudes et les gestes qui vont permettre de ne pas entrer dans la confrontation physique ou d’en sortir le plus rapidement possible.

L’enseignement au dojo thillotin aborde les différents aspects d’un affrontement et provient du karaté. Pas le sport de combat qui, comme tous les autres, est limité techniquement, encadré, arbitré, récompensé…etc, mais le Karaté art du combat, art de défense, bien avant son entrée dans les arts martiaux japonais et son évolution sportive.  Le karaté tient une place à part dans le monde des arts martiaux. Il a suivi un cheminement inverse aux autres : toutes les méthodes guerrières à travers le monde ont privilégié les armes, alors que le karaté d’Okinawa a dû mettre l’accent sur le combat et la défense à mains nues, avec des techniques redoutables.

Il n’est pas question de chercher à gagner, de s’engager dans un combat dont l’issue est incertaine. Il est question de ne pas perdre, de ne pas devenir une victime, de rentrer chez soi…

3 domaines principaux sont abordés en plus du cadre légal (légitime défense) :

-la technique : acquisition de gestes, de frappes, de principes, utilisation possible d’objets usuels…

-le physique : statistiquement, l’agresseur est quasiment toujours un homme plus fort musculairement que sa victime, essentiellement une femme. Cependant, les femmes sont à égalité avec les hommes sur différentes capacités comme la vitesse d’exécution et la coordination.

-le mental : il faut comprendre ici la détermination dans l’action qui va pouvoir atténuer la peur probable d’une victime. Et mentalement, les femmes sont plus fortes que les hommes.

« L’agresseur le plus fort a des points faibles. La victime la plus faible a des ressources ».

Les différents types d’agressions sont étudiés et vous apprendrez à y faire face avec vos propres ressources lors de situations et d’exercices où vous serez sollicités dans un souci d’efficacité.

La méthode est adaptable à toutes et tous.

En plus des séances chaque mercredi, les pratiquants(es) qui le souhaiteront auront accès à des entraînements complémentaires le dimanche matin. Ceux-ci seront axés sur les frappes et la condition physique, ingrédients indispensables à une bonne riposte en cas d’agression.

Renseignements sur le club, les sections, les tarifs…etc. : alexis.frechin@gmail.com ou 06.79.61.97.10




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.