Search
jeudi 29 oct 2020
  • :
  • :

Sécheresse : 90 m3 d’eau transportés chaque semaine de Saint-Nabord à Dommartin en camion-citerne

image_pdfimage_print

Capture d’écran 2020-09-18 093202

Le département des Vosges est actuellement en alerte sécheresse et manque d’eau. Chacun est donc plus que jamais appelé à économiser la ressource et à respecter les mesures de restrictions.

« Avec cet été qui s’éternise et la répétition des épisodes, les conséquences deviennent chaque jours plus concrètes », explique la municipalité de Saint-Nabord, « Comme le prévoit le règlement intérieur du personnel communal, les agents affectés aux espaces verts verront leur cycle de travail adapté pour tenir compte de ces contraintes ». Et les restrictions concernent de nombreux secteurs. « Outre le dessèchement des forêts, vecteur principal du développement des scolytes, et plus largement des milieux naturels (cultures assoiffées, cours d’eau à sec, …) le manque d’eau pour la consommation humaine est une réalité ».

Sur le territoire de la commune de Saint-Nabord, « certaines habitations habituellement desservies par une source et sans accès au réseau communal se retrouvent d’ores et déjà sans eau. Les personnes concernées doivent se rapprocher des services municipaux afin qu’une aide leur soit apportée ». Par ailleurs, l’entraide s’organise. « La solidarité intercommunale joue déjà à plein avec nos voisins de Dommartin-les-Remiremont à qui nous fournissons actuellement (et tant que cela nous sera possible) 90 m3 d’eau par semaine, transportés par camion-citerne ».

Pour rappel, le Préfet a signé un arrêté plaçant le département en « alerte sécheresse » à compter du 24 juillet et, dans un premier temps, jusqu’au 30 septembre 2020. Parmi les mesures de restriction retenues, peuvent être citées :

– interdiction du remplissage des piscines à usage privé d’une capacité supérieure à 1 mètre cube ;

– interdiction de laver les véhicules sauf dans les stations professionnelles ;

– interdiction de laver les voiries et les trottoirs, de nettoyer les terrasses et façades, sauf raison de salubrité publique ;

– interdiction d’arroser les pelouses et les espaces verts publics ou privés et les terrains de sport, entre 9h à 20h ;

– interdiction d’arroser les jardins potagers de 9h à 20h ; seul un arrosage manuel ou par récupération des eaux de toiture est autorisé ;

– interdiction de remplir les plans d’eau, excepté pour les activités commerciales de type pisciculture, etc.




5 réactions sur “Sécheresse : 90 m3 d’eau transportés chaque semaine de Saint-Nabord à Dommartin en camion-citerne

  1. chouki

    Economiser l’eau c’est bien mais il doit être possible d’optimiser correctement la ressource en eau…. visiblement pas trop et pour être certain de ne rien faire « on » complique « énarquiennement » le Code rural…. la France, tu interdis, tu sanctionnes et tu taxes et ensuite tu cherches une solution…. s’il reste du temps….. zut! j’ai tennis.

    répondre
  2. Bernard

    Triste réalité pas besoin d’être ecolos. De moins en moins d’eau et la demande de plus en plus
    grande , permis de construire qui engendre la destruction de terres agricoles (le peu qu’ils restent champs de maïs grand consommateur d’eau) des zones humides etc. remplacé par du béton, macadam . Ou va l’eau ? Dans moins de 10 ans après la disparition des petites sources se sera le tour des sources des réseaux communaux ? Il est grand temps que nos élus de tout bord, les particuliers prennent conscience que l’ eau va manquer dans les prochaines années ! On arrive à un point de non retour

    répondre
    1. chouki

      Quand les communes pourront optimiser de différentes manières les ressources en eau en pouvant mettre un pied (une botte) dans les cours d’eau il y aura un progrès.
      Pour l’instant c’est interdit.

      répondre
  3. lilou

    et à côté de ca moi j’ai une pub de Vittel « les parcours douches sensations » du Vittel spa…… dans les Vosges..
    ca n’est peut être pas ca qui bouffe le plus d’eau mais tout de même,ca fait tache….

    répondre
  4. gérard

    Sans compter que 40% de l’eau captée se perd dans la nature par un réseau devenu obsolète, non entretenu, sans gestion à long terme et cela depuis 3 décennies par 3 équipes municipales différentes. Des espaces verts avec des plantes annuelles qui coutent une fortune aux contribuables au détriment des plates vivaces. De tous nouveaux élus découvrent aujourd’hui cette triste situation et ceux là même, qui hier ont fauté, vont certainement renseigner ce qu’il faudrait faire aujourd’hui. Faisons confiance au nouveau Maire, pour montrer l’exemple et renverser cette situation…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.