Search
mardi 20 oct 2020
  • :
  • :

Vecoux : séance de « médiation animale » à la ferme de Reherrey

image_pdfimage_print

image00012

Lieu de production lorsqu’il s’agit de produits fermiers, lieu de ressource lorsqu’il s’agit d’agritourisme, les fermes sont aussi un lieu de soin ! C’est notamment le cas à Vecoux, à la ferme de Pascale Miclo.

Diplômée comme intervenante en « Médiation par l’Animal » elle accueille un public en quête d’amélioration de son bien-être physique, mental et social. Un accompagnement à visée thérapeutique, avec un ou plusieurs animaux soigneusement sélectionnés et encadrés. « Une relation triangulaire pour établir un lien auprès de personnes en recherche de mieux-être ».

Après plusieurs mois d’interruption, depuis mars dernier, du fait des mesures liées à l’épidémie de Covid-19, les ateliers ont pu reprendre cette semaine à la ferme de Reherrey. Des adultes sont venus du Foyer Tremplin de Saint Amé, et de la Maison d’accueil spécialisée du Tholy. Des enfants, de 6 à 13 ans, inscrits à l’IME (Institut médico-éducatif) « La Feuillée Dorothée », au Val d’Ajol (enfants de 6 à 13 ans) et de jeunes adultes autistes, avec l’IME « Les Épilobes », à Épinal.

Ce jeudi, en début d’après-midi, c’était au tour des enfants de retrouver les animaux. D’abord, on passe chercher des lapins et des cochons d’inde dans leurs clapiers. Le principe est le suivant : chacun choisit le sien, et va s’occuper de lui dans une salle prévue à cet effet. Le nourrir (herbes, persil, salade, carotte), le caresser, le brosser. Les animaux ont tous leur surnom : « Mirabelle », « Réglisse » « Châtaigne », « Neige » ou encore « Cacahuète ».

Depuis 1992, Pascale Miclo accueille des groupes de visiteurs, des classes d’école. Assez vite, les IME du secteur sont venus à la ferme. L’agricultrice a fait de la « Médiation animale », presque sans le savoir. Plus tard, elle décide de passer une formation avec la Chambre d’Agriculture de Lorraine. « On voulait aller plus loin et se spécialiser dans l’accueil d’enfants handicapés » . Ainsi que d’adultes et de personnes âgées. « On est dans un endroit qui s’y prête ». Le cadre est en effet idéal, au calme.

Pascale Miclo, ainsi que les personnes qui l’accompagnent dans cette activité, sait interagir et stimuler les enfants qui participent aux ateliers. Elle voit bien ce que cela leur apporte. « Il y a toujours quelque chose qui se passe, entre les animaux et les enfants ». Quant aux jeunes adultes de passage à la ferme, « ils prennent du bon temps ». L’objectif est de proposer « Des activités d’éveil pour les rendre actifs ». L’animal « va susciter l’attention ». Par ailleurs, à la ferme de Reherrey, on propose l’organisation d’anniversaires. C’est aussi une « ferme pédagogique ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.