Search
dimanche 20 sept 2020
  • :
  • :

Vosges : « les sapins de Noël ne contribuent pas à la déforestation » Une tradition bien vivante

image_pdfimage_print

40B993BD-6D96-4DA8-9B75-89ABE4796673

A plusieurs mois des fête de fin d’année, Pierre Hurmic, maire EELV de Bordeaux (Europe Ecologie Les Verts ), affirme son refus d’installer des sapins pour l’occasion. « Nous ne mettrons pas des arbres morts sur les places de la ville », explique t’il, « c’est pas du tout notre conception de la végétalisation ». Cette habitude est-elle nuisible pour la planète ? Une prise de position qui a beaucoup fait sourire, et réagir, notamment dans les Vosges, où l’installation d’un arbre de Noël est une tradition « bien vivante ».

« C’est un peu démesuré », affirme Laurent Hatton, producteur de sapins dans les Vosges, « Les sapins de Noël ne contribuent pas à la déforestation ». Basée à Coinches, l’entreprise « Le sapin de Noël des Vosges », exploite une vingtaine de terrains dans le Nord-Est du département. « Tous les sapins proviennent d’un pépiniériste local ». Ils sont repiqués et poussent pendant 10 ans environ.

« Écologiquement, c’est un bon point : les sapins vont contribuer à capter le CO2 ». Les arbres qui sont produits ici sont « destinés principalement aux particuliers », et à quelques petites communes. Les grands sapins en question, pour les grandes villes, sont prélevés soit chez des producteurs spécialisés, soit chez des propriétaires qui veulent se débarrasser de leur sapin, ou encore sélectionnés par l’ONF dans les forêts. « Après, il est récupéré pour servir de compost », ou de bois de chauffage.

19679422_145996505974143_739385153561947875_o

Laurent Hatton et Fabien Mathiot

Et la production de sapins a son intérêt pour l’économie locale. « Tout est fait en local », explique Laurent Hatton, en privilégiant les circuits courts. Pour l’outillage notamment. « On est concrètement dans une démarche écologique ».

Au delà du côté purement environnemental et naturel, de la gestion des ressources forestières, il y a l’aspect culturel, festif, l’importance du sens et de la beauté. « Je suis papa de trois enfants, tous les ans je les vois émerveillés ». Les petits bordelais n’auront pas ce plaisir cette année, du moins sur les places publiques.

Par ailleurs, les plantations doivent faire face à des enjeux importants liés à la météo. On pense à la sécheresse, bien sûr, qui pose de sérieux problèmes, mais aussi au froid. «  On a eu un impact des gelées tardives », en mai dernier, « Ça a gelé une grosse partie de la production ».

La fête de Noël est depuis longtemps un sujet de querelles, connues sous le nom de « Controverses de Noël »Les discussions portent sur son caractère religieux, ou culturel, ou païen, ou commercial. Toutes les époques semblent avoir leurs débats. Les puritains anglais interdirent un temps la fête, « festival papiste sans justification biblique ». En France, aujourd’hui, on a droit chaque année à la désormais « traditionnelle » polémique sur la Laïcité, concernant la crèche de Noël, représentation de la Nativité de Jésus Christ.

Des musulmans fondamentalistes tentent de leur coté 1870_ChristmasTree_byEhninger_HarpersBazaarde faire disparaître les célébrations dans les pays islamiques. Les Témoins de Jéhovah, groupe religieux insistant sur l’imminence de la fin du monde, désapprouvent la tradition de Noël.

Et voici donc un nouvel opposant, le maire de Bordeaux. La tradition du sapin décoré est ancienne. Elle remonte du fond des âges de la Vieille Europe. Symbole de renaissance, représentation de l’arbre du jardin d’Eden. Selon l’Encyclopædia Britannica, l’utilisation d’arbres à feuilles persistantes, de couronnes et de guirlandes pour symboliser la vie éternelle est une coutume antique chez les Égyptiens, Chinois et Hébreux.

Le sapin est devenu un symbole chrétien, de Noël, avec la crèche et la couronne de l’Avent. On évoque notamment Saint Colomban et Saint Boniface. Bien plus tard, la tradition gagnera en importance à l’Est du continent, en terre protestante notamment. Elle est mentionnée pour la première fois en Alsace à Strasbourg en 1492, puis à Sélestat quelques années plus tard. Elle est aujourd’hui encore une tradition « bien vivante » dans les Vosges comme ailleurs. 

800px-F_Krüger_Vorweihnacht




11 réactions sur “Vosges : « les sapins de Noël ne contribuent pas à la déforestation »

  1. Chouki

    Je serais donc le seul à percevoir que ces « escrologistes » « militants » sont uniquement intéressés à détruire le symbole chrétien que représente le sapin.
    Issus des couches fétides de l’extrême gauche terroriste ils en ont gardé les réflexes pavloviens…. Simplets.
    Je détruis ce qui ne pense pas comme moi.
    Prochaine étape, les camps de rééducation verte.

    répondre
    1. Ouille.

      Vous avez effectivement raison.
      L’extrême gauche dont fait partie EELV fait la danse du ventre à un électorat pour lequel noël n’est pas une tradition.

      répondre
  2. Fanfan88

    Un bel exemple d’ extrémisme aveugle. Ridicule… Lamentable… Les mots me manquent, j’ai honte d’être humain parfois :( … Pauvres générations futures…

    répondre
  3. mathématicien bis

    Entre l’interdiction de vivre normalement à cause d’une pseudo pandémie,l’interdiction d’arroser son potager, de brûler ses déchets verts , bientôt de ne plus pouvoir faire rêver les enfants avec le sapin illuminé ,ça part en vrille de partout ce monde…et ce petit président de bac à sable qui insulte tranquillement les »amish »(de vrais écologisques au sens premier , pour le coup).Mais pour qui se prend t il ,ce nabot?
    Concernant les sapins, il y a un mal bien plus grave qui les décime actuellement et qui ravage nos forêts:les scolytes..et là on va nous dire qu’il ne faut surtout pas toucher à ces insectes qui sont utiles , bla bla bla…

    répondre
  4. fan

    Depuis longtemps, je pense que les écologistes sont des gens malhonnêtes qui pervertissent tout.
    Ils donnent une nouvelle preuve de cette perversité.

    répondre
  5. Jyv88

    Ce maire est content , il a fait parler de lui…
    C’est toujours comme ça après des élections…
    Il faudra quand même lui demander s’il considère que les grappes de raisin cueillies dans sa région sont mortes….
    Le rapport financier… le rappellera à l’ordre et oubliera rapidement ses propos…

    répondre
  6. Constat....

    Qu’il ne mettent pas de sapin à Bordeaux ces « cons » donnera une idée de ce que ces gens sont capables de faire . . J’espère que les gens vont s’apercevoir en fin pour qui ils ont voté, et que la prochaine fois , ce genre de victoire ne se renouvellera pas .Ces élus , qu’ils aillent à pieds , en vélo dans les pays du monde qui polluent plein pot , et là , je les prendrai au sérieux .

    répondre
    1. chouki

      L’écologie « populaire » n’est pas la guerre mais une prise de conscience naturelle individuelle.

      Les dictatures et le fascisme n’existent que dans l’affrontement.
      Le parti dit « vert » en est un exemple à peine voilé.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.