Search
mercredi 28 oct 2020
  • :
  • :

Le sénateur Jean Hingray attire l’attention du ministre de l’agriculture sur le démantèlement progressif de l’ONF

image_pdfimage_print
jean-Hingray-800x798

(photo FB)

Le Sénateur Jean HINGRAY vient d’appeler l’attention du Gouvernement en la personne de :

– Monsieur le ministre de l’agriculture et de l’alimentation au travers d’une Question écrite intitulée Démantèlement de l’office national des forêts et cri d’alarme des agents, en vue de relayer les préoccupations exprimées par nos agents de l’ONF, de nos élus et de toutes les personnes préoccupées par la situation de nos forêts.

Cette question écrite a été publiée dans le prochain JO Sénat de ce jeudi 8 octobre 2020.

Démantèlement de l’office national des forêts et cri d’alarme des agents

Question écrite n° 18169 de M. Jean HINGRAY (Vosges – UC)

M. Jean Hingray attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur le démantèlement progressif de l’office national des forêts (ONF) et ses effets directs dans la gestion de nos forêts. La forêt du Grand-Est et donc la forêt vosgienne traversent actuellement une crise climatique sans précédent. Les arbres sont victimes de multiples fléaux : sécheresse, scolytes, chalarose, chenilles processionnaires, aux conséquences éminemment plus désastreuses et pernicieuses dans la durée que la tempête de 1999. Les répercussions économiques et environnementales sont particulièrement préoccupantes. Les élus des communes forestières, les agents de l’ONF et les acteurs de la filière font face à l’urgence du terrain, au dépérissement sévère de ce patrimoine naturel et à la chute des cours du bois. Les impacts en termes de budget pour les communes forestières et leurs élus sont incommensurables et devraient saper toutes les bases foncières existantes. Dans ce contexte, l’office national des forêts (ONF) tente de poursuivre tant bien que mal ses missions de service public, à travers la gestion et la conservation des forêts domaniales. Alors que l’ampleur de la tâche est immense, ce service continue cependant à subir des réformes structurelles incompréhensibles se traduisant notamment par une diminution constante des effectifs. Les conditions de travail des agents sont de plus en plus dégradées. Le contrat d’objectifs et de performance (COP) signé entre l’État et l’ONF pour la période 2016-2020 fait craindre des évolutions majeures qui ne sont pas de nature à dissiper les inquiétudes des agents, bien au contraire. Dans les Vosges, la colère gronde actuellement au titre du plan de réorganisation qui prévoit, sans concertation, les fermetures de trois unités territoriales de l’ONF (Senones, Bruyères et Charmes). Ce plan de réorganisation constitue pour le moins un curieux paradoxe alors que M. le Premier ministre venait annoncer 200 millions d’euros pour la forêt, dans le cadre de plan de relance, lors de son déplacement dans les Vosges, à Golbey, le jeudi 3 septembre 2020. Le temps forestier n’est pas celui du temps politique, des effets d’annonces et de la communication. La forêt s’inscrit dans le temps long. Les agents ONF y ont toute leur place. Seuls ces agents peuvent avoir la connaissance fine du terrain et l’expertise. Ils ont en réalité de moins en moins les moyens de le faire et d’assurer leurs missions de prospective et de stratégie forestière. Les agents s’inquiètent à juste titre d’une destruction du service public forestier et de sa privatisation rampante ; pour quels résultats ? L’ensemble des professionnels forestiers, ainsi que les élus et citoyens préoccupés par l’état des forêts publiques françaises attendent des garanties. Il lui demande donc quelles mesures le Gouvernement entend prendre pour assurer la survie de ce service public forestier de qualité, s’il entend renoncer à cette logique purement comptable de « redressement » de l’ONF, qui s’inscrit à ce jour en totale contradiction avec une gestion durable de nos forêts et de la biodiversité.

En attente de réponse du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation




3 réactions sur “Le sénateur Jean Hingray attire l’attention du ministre de l’agriculture sur le démantèlement progressif de l’ONF

  1. gérard

    Parce-que Mr Hingray pense que l’ONF va pallier à cette catastrophe. Sans juger de l’utilité ou non de l’ONF, les causes datent de plusieurs décennies…notamment, entre autres, d’une mauvaise gestion de nos forêts depuis plusieurs décennies….Des essences inadaptées à notre région, une surexploitation, etc., etc.,Alors Monsieur le sénateur, si vous voulez vous faire remarquer, défendez d’autres causes pour des solutions pérennes, et si vous êtes à court d’idées, demandez à Nicolas Hulot, il vous expliqua? C’est mon avis… sans plus.

    répondre
    1. lamisol

      Massif du Fossard: une certification pour récompenser la gestion durable de la forêt de Saint- Etienne Lès Remiremont.
      La com-com va aménager ce massif.
      L’ ONF annonce un budget de 105 000 euros pour « renaturer » (ce sera surement plus avec les études….) l’étang de BELBRIETTE.
      Finalement, tout va bien…

      répondre
  2. GENE54

    Bravo, déjà au travail, le train de sénateur a pris un peu de vitesse sauf qu’il n’y a pas que l’ONF dans les Vosges.
    Les quelques 241 emplois perdus à SAINT-DIE-des-VOSGES un peu plus loin de REMIREMONT…. méritaient peut être juste un regard de compassion……. mais c’est l’ONF qui a retenu toute l’attention du nouveau sénateur.
    Sur la forme, c’est bien de se préoccuper de l’ONF mais sur le fond, les salariés d’INTEVA PRODUCT auraient sans doute mérité mieux. Mauvaise pioche pour un début.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.