Search
vendredi 4 déc 2020
  • :
  • :

Commerces fermés après le 1er décembre : « ce serait une catastrophe » « On a l’impression que le petit commerce est mis de côté »

image_pdfimage_print

 

DSC_04872

Lors d’une conférence de presse, ce jeudi, le premier Ministre Jean Castex a annoncé la reconduction des mesures de restrictions imposées. « Il serait irresponsable de lever ou même d’alléger le dispositif dès maintenant », affirme t’il. « Les commerces fermés au titre du confinement le resteront donc encore pour quinze jours supplémentaires ».

Jusqu’au premier décembre, donc, au moins, des commerçants se voient interdits d’accueillir des clients dans leurs boutiques. Une décision qui ne surprend pas beaucoup les principaux intéressés, mais qu’ils ne comprennent pas et contestent vivement, pour certains d’entre eux. « On espère vraiment travailler le premier décembre », affirme Cathy Idoux, qui tient le magasin « Passion Chineur », à Remiremont, « Si jamais on n’avait pas l’autorisation d’ouvrir, ce serait une catastrophe ». La situation dans laquelle se retrouvent de nombreux professionnels est plus qu’inconfortable. « Ça va être compliqué ».

« On avait un peu d’espoir d’ouvrir un peu plus, pour limiter la casse ». Il n’en est rien pour l’instant. Une nouvelle fois, le moral en prend un coup. L’attente, l’incertitude, la possibilité d’un reconfirment. « C’est un facteur stress ». De nombreux commerçants se sentent énervés, ont du mal à dormir. Car il est difficile d’avoir de la visibilité à moyen terme quand le gouvernement peut modifier à tout moment les restrictions. « On peut pas se permettre de se dire « on verra » ! ». Surtout en cette période, à l’approche des fêtes de fin d’année, véritable « sprint final » pour les commerces de proximité.

Alors que l’argent ne rentre plus dans les caisses, il faut faire face à des dépenses. « Il y a les charges qui tombent ». Notamment la CFE (Cotisation foncière des entreprises), qui n’est ni annulée, ni reportée. Et il faut régler les fournisseurs. « On a rempli les magasins. On devra quand même honorer nos factures ». C’est le sentiment d’injustice et d’incompréhension qui domine. « C’est plus dur d’accepter quand on ne comprend pas (…) On a l’impression que le petit commerce est mis de côté ». De longues semaines de fermeture au cours de l’année ont porté un coup au petit commerce. « Le manque à gagner est énorme ».

Si la réouverture a lieu le premier décembre, « ce sera ouvert non-stop, pour récupérer », affirme Cathy Idoux. Avec des horaires élargis. En attendant, les clients peuvent se procurer des bons d’achat sur le site « J’aime mes commerçants » (https://jaimemescommercants.fr) créé par l’URCA, avec le soutien de la communauté de communes, et qui a connu un certains succès lors de la première période de confinement. La durée de validité des chèques pourrait être augmentée. Par ailleurs, les commerçants de Remirmeont et du secteur s’adaptent à la situation. « On s’organise, on essaie de faire du click and collect. On essaie tout ».




Une réaction sur “Commerces fermés après le 1er décembre : « ce serait une catastrophe »

  1. Manu

    bien avant le COVID ,e pausait le soucis du problème de l’indépendant en cas de coup dur et une liquidation; mais on ne s’en souciait guère sachant que l’indépendant paye bcp pour les autres la bonne vache à lait que l’on sait trouver même malade c’est la galère même en cas d’invalidité …; on ne vit pas d’amour et d’eau fraiche, la mutuel santé, la retraite, faire manger sa famille , les crédits maison, auto , assurance ……… on fait quoi ? là c’est pire bcp vivait de leurs commerces et d’un coup plaf ,on ferme imaginez les dégâts dans une famille ; SACHANT QUE POUR UN RSA on regarde votre situation fiscale et là bcp ne rentre pas dans la case ; quand vous recevez des relances sans arrêt et sans compter le cout si vous ne payez pas à date , le manque d’empathie de certains ,vous en prenez plein la tronche et là vous entrez dans la phase ne plus dormir ne plus manger et déprimer avec les effets secondaires sur la famille le couple .On parle du travail ,les effets collatéraux sur la famille et la personne ça on n’en parle pas la détresse de chaque jour .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.