Search
mercredi 2 déc 2020
  • :
  • :

L’enseignement en famille : « une liberté fondamentale menacée » Le témoignage d’une mère vosgienne qui a fait le choix de l’instruction à domicile

image_pdfimage_print

A

Le 2 octobre dernier, dans le cadre de la lutte contre le « séparatisme islamiste », Emmanuel Macron a prononcé un discours aux Mureaux, dans les Yvelines. Il a notamment affirmé que « dès la rentrée 2021, l’instruction à l’école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans. L’instruction à domicile sera strictement limitée, notamment aux impératifs de santé ». Une décision qui a fait vivement réagir, et soulève des questions.

En effet, de nombreux parents, à travers le pays, font le choix de l’instruction en famille. Ce peut être un choix motivé par des raisons personnelles, liées à la pédagogie, à la personnalité des enfants, à leur éventuelle inadaptation au milieu scolaire « classique », pour des raisons spirituelles dans certains cas. Ajoutez à cela les classes surchargées, le manque de respect, parfois, le harcèlement. Avec d’autres associations et collectifs, CISE (Choisir d’Instruire Son Enfant) a décidé d’alerter l’opinion sur ce qui constitue « une liberté fondamentale menacée ». D’après l’association, « cette liberté fondamentale permet aux parents de choisir de déléguer la responsabilité de l’instruction de leurs enfants à l’école (12 millions d’enfants) ou d’instruire leurs enfants en famille (50 000 enfants en 2020, dont environ 20 000 suivent les cours à distance réglementés). En France, les libertés d’instruction et d’enseignement sont des droits constitutionnels. Leur respect est un garde-fou précieux en cas de dérive autoritaire dans un pays ».

Le discours du chef de l’État, par sa portée générale, a touché des familles vosgiennes peu suspectes de radicalisation. Rachel Bacciochi vit dans le secteur d’Uzemain. Elle a 49 ans, trois enfants, a enseigné pendant une dizaine d’années sur différents niveaux de classe, du CM2 au BTS. Elle est ingénieur, et éleveur de chiens corses à ses heures perdues. La mère de famille a entendu le discours des Mureaux en direct à la radio. « J’ai d’abord été très en colère », affirme t’elle. Elle a en effet opté pour l’instruction en famille pour son troisième enfant. « On a eu quelque déboires à l’école », explique t’elle. C’est le sommeil de l’enfant qui a orienté la famille vers cette organisation, « son cycle biologique (…) Son rythme n’est absolument pas adapté » à une scolarité dans un établissement « classique » Un choix qui risque donc de ne pas entrer dans les critères que le chef de l’État souhaite imposer.

« Ce qui est obligatoire aujourd’hui, c’est l’instruction », explique Rachel Bacciochi. Et non pas l’inscription dans une école. « La constitution ne permet pas de faire ce genre de loi ». Peut être Emmanuel Macron a t’il simplement voulu faire « un coup d’éclat » ? Si la mère de famille ne pense pas qu’un tel texte ait une chance d’être approuvé, elle ne baisse pas les armes pour autant. « Dans le monde qu’on connaît aujourd’hui, sait on jamais ? ». Elle a décidé de s’investir pour défendre la liberté de l’instruction. « Je me suis dit : on va aller au combat ». Et le combat ne lui est pas une notion étrangère. « Ma famille est de façon générale très ancrée dans l’armée ». Ses deux premiers enfants, de 26 et 23 ans sont engagés dans les forces militaires. « On a été élevés dans le respect des lois et des autres. Néanmoins, tout en jouissant de nos libertés », confie la mère de famille, qui a déjà eu des engagements, notamment dans le syndicalisme agricole.

« L’instruction en famille, c’est quelque chose qui est réglementé », explique Rachel Bacciochi. Une inspection est effectuée tous les ans. Par ailleurs, une fois tous les deux ans, la mairie vient enquêter, non pas sur l’aspect pédagogique, mais sur l’environnement dans lequel l’enfant évolue. S’il y a des cas de dérives sectaires, de maltraitance ou de radicalisation, « c’est anecdotique dans l’enseignement en famille », assure la manuzziène. Et cela peut être repéré. Pourquoi impacter toutes les familles et bouleverser leur organisation ? « C’est faire souffrir et interdire à un enfant comme le mien »Cela ne pénaliserait-il l’ensemble des parents concernés, pour quelques mauvais usages ? On se souvient que pour lutter contre l’utilisation des feux d’artifice comme arme pour attaquer la police, il a été envisagé d’interdire la vente des feux d’artifice. Alors que ceux ci sont utilisés par beaucoup pour un honnête divertissement.

Par ailleurs, le gouvernement peut-il prouver l’existence du lien entre enseignement à la maison et radicalisation ? « Quand on leur dit : « donnez nous les chiffres ! », ils n’en sortent pas de chiffres », affirme Rachel Bacciochi. « Supprimer l’instruction en famille, c’est vraiment pas la solution ». On peut se demander, effectivement, si un terroriste islamiste, face à cette décision, rentrera dans le rang en s’écriant « Oh mince ! », comme chipeur le renard quand Dora l’exploratrice lui demande d’« arrêter de chiper ». C’est peu probable. « Ils prendront d’autres voies », selon l’enseignante. Le projet de loi sur la fin de l’instruction à domicile, examiné par le Conseil d’Etat, sera débattu en Conseil des ministres le 9 décembre prochain, puis discuté au parlement. La mère de famille manuzziène est optimiste : « Ça ne passera pas »

 




27 réactions sur “L’enseignement en famille : « une liberté fondamentale menacée »

  1. claudot

    On attaque la liberté de vivre des personnes agées puisque si elles ont plus de 80 ans ont ne les soigne pas obligatoirement si elles contractent la covid,mais on ne pourrait pas diriger quelque peu l’instruction de nos chers petits !!! Il faut sans doute ,ouvrir plus d’écoles coraniques pour que nous ayons plus de »Paty » .

    répondre
    1. Heim

      Sauf que tous les terroristes sortaient de l’école de la république… L’ief n’a rien à voir avec la radicalisation car très contrôlée par l’éducation nationale et les mairies.

      répondre
      1. Françoise RIETTE -SÉNÉCAL

        J’espère aussi que c’est une blague !
        Non mais les Vosgiens vous êtes tombés sur la tête
        Venez faire un petit séjour en région parisienne et ça va vous calmer tout de suite…

        répondre
        1. JMV.

          Pourquoi une blague ?
          Ce n’est pas parce que la région parisienne est truffée de lieux ou sont enseignés en priorité les préceptes du coran voire de le charia, que l’on ne peut trouver ce type d’écoles dans nos provinces.

          répondre
  2. Gilles.

    Il est très évident que pour certaines catégories de personnes, l’enseignement à domicile fait partie du kit radicalisation.
    Et comme on ne peux discriminer certaines religions ou croyances,
    on doit malheureusement par conséquences interdire cela à tout le monde.
    Nécessité fait loi.

    répondre
    1. cricri

      Gilles résume parfaitement le problème.

      Au delà de l’éducation en famille, l’encadrement des écoles hors contrat est nécessairement à revoir, il y sans doute trop d’écoles coraniques dans les Vosges et ailleurs mais d’autres aussi sont sectaires ou communautaires.

      Pour les dégâts collatéraux sur les familles honnêtes et citoyennes il n’en reste pas moins que malgrè les soucis ou grâce à eux parfois, l’école est le lieux de socialisation par excellence. Sachant que les cas les plus « particuliers » sont pris en compte dans le côté « médical » de l’annonce de macron.

      J espère que la loi passera, toutes les armes sont nécessaries dans cette lutte.

      répondre
  3. républicain

    l’école est laique et « obligatoire » donc l’école à domicile devrait etre strictement interdite sauf dérogation pour des enfants malades chroniques!

    répondre
    1. Erratum

      M.républicain, vous faites erreur.
      Ce n’est pas l’école qui est obligatoire, mais l’instruction.Elle peut donc se faire dans la famille à condition d’avoir été déclarée en mairie et auprès du directeur académique des services de l’Éducation Nationale.
      Cette instruction est ensuite contrôlée par des inspecteurs de l’Éducation Nationale

      répondre
    2. JMV.

      Je suis d’accord avec vous.
      L’école est la base de l’intégration et de la sociabilisation.
      Je ne comprend même pas pourquoi cela pourrait en être autrement.

      répondre
  4. Constat....

    Mr Républicain , vous l’ignorez peut être , mais l’école d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle d’antan .L’école ressemble au restant de la société et de ce fait , elle ne correspond plus à ce que bon nombre de parents attendent . Récemment , une émission télé a prouvé que trois heures quotidiennes à la maison apportent la même instruction qu’une journée à l’école dite de la République . Alors de grâce , laissons le choix aux parents . Qui a la responsabilité des enfants quand ils sont scolarisés par l’école de la République , les parents ou l’état ? Quand il y a problème à l’école , ce n’est jamais l’école qui est en cause , ce sont les enfants , les parents qui ne sont pas derrière , alors stop à ce genre d’école proposé par l’état qui ne rassure pas tout le monde. Si l’école était irréprochable , il n’y aurait pas ce genre de fuite des établissements publiques .Le système d’éducation doit aussi se remettre en question sérieusement . Il suffit d’en parler avec d’anciens enseignants qui le disent haut est fort .Ce n’est pas récent que le système d’enseignement est devenu obsolète .

    répondre
      1. max

        oui vous avez raison………….et Macron aussi…………il est grd temps de faire le menage partout ou des  »nids extremes » » existent…………….

        au nom d’une liberté de qui de quoi ,?,,, CA N.EXISTE PAS en societé

        répondre
    1. vosgien

      « une émission télé a prouvé que trois heures quotidiennes à la maison apportent la même instruction qu’une journée à l’école » c est en lisant ce type d’ineptie, dont je me demande comment on peut l’écrire sans rire et la généraliser, que je m aperçois qu effectivement bien des gens n ont pas reçu l’éducation suffisante.
      bien sûr que l’école (publique ou sous contrat)n’est pas irréprochable et ne l’a jamais été à bien des titres mais elle reste le meilleur instrument de formation des citoyens tout simplement parce que ses employés en ont les compétences ce qui n’est pas le cas de tout le monde à l’évidence.

      répondre
  5. Juliet

    Vivre en societe, donne des droits certes mais des devoirs aussi.

    Les Français ont fait le choix d’une Republique laïque et les enfants sont instruits par l’ecole.

    Outre l’acquisition de connaissances, l’ecole est le lieu où le lien se fait avec ses pairs. L’ education est faite par la famille.

    Ce sont lå les regles qui cimentent de notre nation.

    Il est du devoir des parents de scolariser les enfants a l’ecole et de les eduquer, de les soigner, de les nourrir…

    Ne pas confier ses enfants a l’ecole montre que les parents sont en rupture avec la Republique. S’ils persistent dans leur volonté ils devraient tout simplemenr changer de pays et de nationalité

    Il reste plein de pays ont les enfants n’ont pas l’acces a l’instruction et tout particulièrement les petites filles

    répondre
  6. MICHAEL

    Cette dame fait figure d’exception…. Elle connait les méthodes pédagogiques pour enseigner…
    Ma sœur de 42 balais qui n’a jamais rien branlé de sa vie fait ça pour ses trois gamins qui sont déjà attardés et peu sociabilisés…
    Ils se lèvent quand même à 11h00 du matin chaque jour…
    Macron a raison de mettre tout le monde a l’école !!!

    répondre
    1. Morgane

      Nous sommes nombreux, familles en IEF, à avoir fait ce choix de vie et il est injuste de nous priver de cette liberté sur des prétextes mensongers.
      100% des terroristes sont allé à l’école.
      Les radicalisés ne sont pas déclaré en Instruction à domicile et ce n’est pas en nous forçant à mettre nos enfants à l’école que ça changera cela.
      De plus ce droit a l’IEF peut sauver des enfants en situation de harcèlement ou de phobie scolaire, et il y en a bien plus qu’on ne croît.

      Personnellement, l’éducation qui est donné à l’école publique ne correspond pas aux valeurs que je souhaite transmettre à les enfants. Partant de là je refuse de les y mettre et préfère suivre des pédagogies alternatives qui ont fait leurs preuves mais dont l’éducation nationale refuse la mise en place.

      répondre
  7. Adeline

    Quand on ne maîtrise pas un sujet, on se tait en fait.
    L’école à la maison est contrôlé chaque année, on ne peut pas faire n importe quoi.
    Et les écoles coraniques et juives, chrétienne et que sais je encore, non strictement rien à voir avec l’école à la maison.
    Vous dites à cette personne que c’est risible car elle a entendu ces propos à la télé. Mais vous, c’est où que vous avez entendu l’amalgame entre école coranique et école à la maison ? A la télé aussi, si je ne m’abuse.
    On ne reproche pas aux autres ce que l’on fait soi même…

    répondre
  8. Anna

    Commenter ceci sans savoir pourquoi ni comment nous enseignons à la maison à nos enfants prouve à quel point certains n’y connaissent strictement rien… Et par conséquent, devraient se la fermer au lieu de débiter des âneries. Vous faites confiance à la République ? Très bien, les idiots ce sont donc VOUS !

    répondre
  9. Elodie

    Vos commentaires font leurs, j’espère que vos enfants n’auront jamais de problème à l’école, parce que vous n’aurez plus aucun droit après cette loi.
    Ecole coranique, extrême ???
    Connaissez vous ief? Apparemment pas, puisque celle-ci est réglementée par 2 contrôles annuels. De plus les écoles coraniques sont des écoles de la république donc seront toujours présentes.
    Je ne pensais pas les Vosges si racistes et arriérés, quel désolation…

    répondre
  10. VIB

    Bonjour,

    Triste est de constater les amalgames sur l’école à domicile.

    Arrêtons de colporter les ragots de trottoirs.

    L’IEF est complémentaire à l’école. Comment peut on imaginer une seule seconde que tous les enfants puissent être à l’aise en milieu scolaire ? Allez demander à un poisson de grimper à l’arbre …

    J’invite ceux qui ne connaissent pas l’IEF à se déplacer, à rencontrer une famille en IEF, à sortir de ses préjugés et ensuite de porter une opinion.

    Arrêtons les raccourcis avec les écoles coraniques radicalistes par pitié.

    Un enfant en IEF est un enfant suivi par la mairie et l’éducation nationale par un contrôle tous les 2 ans du maire et un contrôle tous les ans de l’éducation nationale.
    Sans déconner, pensez vous réellement que le radicaliste enverra son petit document en mairie et à l éducation nationale pour expliquer que ses enfants sont en IEF avec du coup les contrôles derrière. Bien sûr que non, lui il ne fera aucune déclaration comme ça, il ne sera pas dans le radar de l’état. Franchement en quoi supprimer l’IEF réglera ce problème ? En rien !

    Et puis, sincèrement, tous nos terroristes, ils n ont jamais fait l’école à domicile, ils viennent tous d’une école. Et là, étrangement, personne ne dit qu’il faudrait fermer les écoles pour risque de radicalisme. Bein non !! On met en place des procédures. Tout comme il y a des procédures dans le vademecum 2020 de l’IEF pour ce cas de figure. Et si on respectait ces procédures avant de supprimer des libertés qui finalement ne resouderont pas le problème de base.

    répondre
  11. Constat....

    Réponse à Vosgien . Désolé , mais vous êtes loin d’être au courant de ce type de comparaison fait sur la qualité de l’enseignement à la maison et à l’école .Si vous ne me semblez pas d’accord , c’est peut être que vous même êtes enseignant . Dans ce cas , sortez un peu de votre univers et remarquez . Je suis allé à cette école de la « république »monsieur Vosgien, qui était loin d’être parfaite . J’en ai reçu un degré d’instruction qui m’a permis de mener à bien ma vie . L’instruction proprement dite ne suffit pas et je pense que dans votre cas, c’est un manque manifeste d’intelligence qui vous fait tenir les propos que vous tenez .

    répondre
  12. cacal vosges

    hé bien ! tout ça à cause de l’islam . voilà ou on en est en France,
    toute ces lois liberticides pour tenter de maitriser cette envahissement
    islamo politique .
    pauvre France qu’es tu devenue !

    répondre
  13. Emi

    Bonsoir,
    J’ai suivi l’école classique et personnellement j’y ai eu de bons moments.
    Mais aujourd’hui je suis prof particulier car après un bref passage en collège ZEP, j’ai vite compris que l’école de la République a bien du mal à mettre en place des apprentissages dans des classes où plus de 25 élèves sont tous sensés comprendre les mêmes choses de la même façon, pas le temps d’adapter le discours, les méthodes, sans parler des élèves qui n’ont aucun respect et pensent que la salle de classe est une scène de one man show pour sortir le plus d’idioties ou pire…
    Depuis une dizaine d’années, la moitié des élèves que j’ai rencontrés ont été harcelés ou avaient des difficultés d’intégration et près de la moitié de ceux qui restaient étaient dans une classe au niveau déplorable….
    Pourquoi devrais-je obliger mon fils à suivre un enseignement si celui ci ne lui correspond pas ? Les terroristes sont ils formés au sein d’une famille de deux ou trois enfants ou dans des regroupements plus larges? L’école publique est en difficulté, on veut former des individus capables de réfléchir par eux mêmes, soi disant favoriser la diversité mais tous les élèves d’une classe devraient être capables d’apprendre exactement les mêmes choses , au même rythme, recevoir les mêmes explications? Vous avez tous besoin du même temps pour comprendre un problème de maths ou un de français ? Vous êtes tous plutôt matinaux ou plutôt noctambules?
    Alors pourquoi on devrait tous apprendre de la même façon ? Un socle commun de compétences ok, une base de savoirs ça me va, mais pourquoi imposer un même modèle d’apprentissage à tous alors que chacun est différent?
    J’ai peur pour l’enseignement de mon fils, essayer l’école oui, mais si cela ne lui convient pas, pourquoi l’Etat veut me l’imposer ? Depuis quand l’Etat est plus en mesure de savoir ce qui donnera les meilleures chances de réussite à un enfant que ses propres parents ?
    Je trouve que pour mettre fin à l’instruction en famille, a minima il faudrait proposer des modèles plus flexibles d’enseignement, l’échec scolaire est une réalité de plus en plus présente et ce n’est pas toujours à mettre sur le dos de l’élève….

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.