Search
lundi 25 oct 2021
  • :
  • :

Ventron : un nouveau bâtiment à 18 millions d’euros pour l’Ermitage Resort

image_pdfimage_print

La famille Leduc exploite la troisième station de ski des Vosges depuis plusieurs générations. L’annonce d’une possible fermeture définitive a suscité bien évidemment quelques réactions. Beaucoup de vosgiens, en effet, ont de nombreux souvenirs à la station de l’Ermitage Frère Joseph. Difficile de s’entendre dire « Le ski, c’est fini, maintenant ce sera promenade ».

La famille Leduc souhaite, depuis plusieurs années, une réorientation vers un projet hôtelier quatre saisons basé sur le bien être. A l’occasion de la signature du protocole concernant l’avenir de la station, ce vendredi soir à la salle des fêtes de Ventron, Thibaut Leduc a présenté brièvement le projet d’aménagement. Tout d’abord, un bâtiment à 18 millions d’euros va être construit. Les travaux doivent démarrer « au plus vite ». D’après Thibaut Leduc, 30 emplois à temps plein et à l’année pourraient être créés. L’activité « 4 saisons » est prévue pour répondre a une série d’objectifs affichés.

En premier lieu, il s’agit pour l’entreprise d’« adapter l’offre au changement climatique ». Proposer une « offre conforme quelle que soit la météo », et « basée sur les tendances fortes de la société ». Les membres de la SAS Leduc entendent aussi « se différencier » de la concurrence et « respecter le site », un environnement fort agréable. Le but est d’offrir « une cure de bien être » aux clients. « Il s’agit de proposer l’offre qui fait le succès de l’Ermitage Resort durant 9 mois de l’année (calme, détente, activités douces de pleine nature) en la complétant avec une offre bien être conséquente en cohérence avec le site et à l’activité des clients durant la journée ». Passer de 9 à 11 mois, donc.




7 réactions sur “Ventron : un nouveau bâtiment à 18 millions d’euros pour l’Ermitage Resort

  1. Olivier

    bonjour.
    On a beau présenter de la manière qu on veut , malheureusement la neige va se faire de plus en plus rare.
    Il faut sérieusement repenser à la politique des villes vosgiennes en matière d investissements pour le futur.
    Je pense qu au lieu de dépenser pour retarder l échéance, il faut dépenser pour transformer.
    La station de Drouzin-le-Mont, située entre 1070 et 1920 m d’altitude, est pionnière en matière de reconversion. Dans les années 1990, la station souffrait de graves problèmes de trésorerie du fait de son manque d’infrastructures mais aussi d’enneigement. Au fur et à mesure que la quantité de neige s’est raréfiée sur les pistes de la station, celle-ci a progressivement décidé de développer une stratégie de diversification des activités proposées aux visiteurs. Aujourd’hui, Drouzin-le-Mont accueille les amateurs de ski de fond, de trail et les randonneurs: des activités sportives qui nécessitent peu de neige, voire pas du tout pour certaines.
    A la Bresse, en hiver, il y a bol d air, la piscine et la piste de luge…
    Il faut une vraie prise de conscience.

    répondre
  2. Malnati Jacques

    Bonjour.

    Je pense que ce monstre détonnera fortement près de la chapelle du Frère !
    Les Vosges ont un cadre intimiste bien loin des grands espaces alpins et pas vraiment en accord avec ce projet grandiose .

    Je salue néanmoins la prise risque ……

    Cordialement

    répondre
  3. Vincent

    Pour ma part, je pense que le changement climatique a juste sonné le glas des stations dirigées par des sociétés commerciales qui, à juste titre, en attendent des bénéfices.
    Il faut confier les petites stations aux collectivités locales qui en tirent l’essentiel de leur revenu (taxes foncières des résidences secondaires – taxes professionnelles des commerçants).
    A Ventron, il suffirait de maintenir un seul télésiège en état pour desservir l’ensemble des pistes de la station. Conserver, en plus, le petit téleski des débutants qui attire beaucoup de familles ne doit pas couter bien cher.
    On oublie les canons à neige qui ne sont plus rentables avec ce dérèglement climatique qui fera fondre une fortune de neige en quelques jours de redoux juste avant les vacances.
    On regarde le ciel et on attends le bon moment neigeux pour venir en profiter.
    Le télésiège pourrait fonctionner aussi en été, attirant promeneurs en quête de panoramas facilement accessibles, mais aussi des vététistes pour lesquels il serait facile d’aménager quelques pistes de descente.
    .
    Cela n’est, bien sûr, pas du tout compatible avec ce projet d’Hôtel Spa Calme&nature pour lequel on voudrait réserver à quelques VIP privilégiés l’ensemble du domaine (communal).

    Espérons que le bon sens Vosgien aura le dernier mot et que les collectivités locales prendront les choses en main.

    répondre
    1. Ouille.

      à basse ou moyenne altitude ,une station de ski sans canons à neige est irrémédiablement condamnée.
      Que l’on soit en gestion privée ou communale , cela ne changera rien à l’affaire.
      Problématique encore plus accentuée pour un petit village sans ressources importantes .

      répondre
      1. Vincent

        Je ne suis pas d’accord. La station serait juste condamnée…
        à perdre de l’argent, mais ça n’est pas grave, on est pas des américains répétant sans cesse « making money »
        Cet hiver, aucun canon a neige n’a fonctionné et j’ai pu skier 2 semaines sans etre à plein temps sur place. Cela oriente la station vers un tourisme plus régional pouvant se décider au pieds levé, quand la neige est là.
        Je ne suis pas un spécialiste de l’économie du ski donc je ne saurai vous contredire quand vous déclarez que sans canon, plus de stations.

        Je pense cependant que la mairie est riche de sa taxe foncière et impôts locaux, car elle recense plus de résidences secondaires que de principales…
        Les habitants sont tous concernés de près ou de loin par le tourisme hivernal. Certains travaillaient à la station, d’autres rénovent des appartements qu’ils louent. Les artisans travaillent en majorité pour les résidences secondaires. Les commerces ne survivent le reste de l’année que grâce au tourisme.
        Tous les enfants de la station ont pu apprendre à skier gratuitement. Certains sont allés récemment jusqu’à un podium olympique.
        Tant que la station existe, la Mairie a les moyens de financer les déficits, car elle en a aussi les bénéfices, directs ou indirects.

        L’ermitage doit donc appartenir à un établissement public contrôlé par la (ou les) communes qui en bénéficient.
        Vous verrez !

        répondre
        1. Ouille.

          Une station de basse montagne sans canons à neige n’est absolument pas viable.
          Ce n’est pas les 3 semaines d’enneigement naturel qui permettront l’embauche de permanents en CDI et de personnels en CDD , d’amortir et d’entretenir les installations, le domaine, et les engins de damage.

          répondre
          1. Vincent

            Ca n’est pas viable pour « making money »
            Encore une fois, c’est aux collectivités locales de maintenir à flot leur poule aux oeufs d’or

            Les remontées sont là, le télésiege est en bon état
            laissons tomber le damage qui est une option polluante pour attirer les gogos qui ne savent pas faire leur trace : on damera nous même
            La station atirera des amateurs de free ride pas très bien servis dans les Vosges.
            0 permanents en CDI (délégation de personnel municipal, départemental…) quelques saisonniers à des postes rentables (moniteurs), une concession confiée a un nouveau snack installé en bas de la station et des bénévoles : Il y a de la neige : on ouvre, sinon, on fait autre chose (vtt, treck, rando…)
            Si les coûts sont faibles, tout projet est viable
            Créons une nouvelle approche bio et collective du ski et oublions vos modèles dépassés par le dérèglement climatique qui effectivement ne fonctionneront plus ici
            On skiera 3 semaines par an : et alors ? Ce sera déjà 3 de sauvées.

            Dans tous les cas, je serai sur les pistes !
            L’hiver dernier, je me suis mis au ski de rando, pour remplacer les remontées fermées : L’activité est en plein développement et pourrait être la furure vocation d’une station avec juste un télésiège et de la neige…tant il y en aura.
            Si la station ne reprend pas vie, je continuerai à remonter les pentes avec des ski de rando et profiter de la neige immaculée, Là, ça ne coûte plus rien du tout…sauf des calories : Est-ce viable à votre avis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.