Search
mardi 13 avr 2021
  • :
  • :

Daniel Gremillet fait voter au Sénat deux mesures budgétaires en faveur de la forêt française

image_pdfimage_print

DG20141119-zoneeuro-10-gremillet

Photo d’archive

Mardi 1er décembre 2020, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances (PLF) pour 2021, le Sénat a examiné les crédits de la mission « Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales ». A cette occasion, Daniel GREMILLET, Sénateur des Vosges, est intervenu dans la discussion générale afin de rappeler la nécessité d’investir dans la forêt française durement frappée par la sécheresse et la crise des scolytes.

Dans ce cadre, il est parvenu à faire adopter deux amendements budgétaires en faveur de la forêt créant, d’une part, un fonds de 25 millions d’euros, destiné à l’entretien des peuplements car « si on n’entretient pas une parcelle reboisée, on va à l’échec » a rappelé le sénateur ; et visant, d’autre part, à mobiliser 10 millions d’euros afin d’accompagner les initiatives, en région, de création d’aires de stockage du bois sain, afin de ne pas concurrencer le bois scolyté, d’assainir le marché et de maintenir les prix. Il s’agit de donner des perspectives à l’ensemble de la filière forêt-bois de l’amont à l’aval, y compris aux communes forestières et aux coopératives forestières dans le cadre de stockages collectifs, et de satisfaire une couverture des approvisionnements industriels des cinq à six prochaines années selon l’exposé des motifs de cet amendement.

Lire la suite ici : Daniel Gremillet fait voter au Sénat deux mesures budgétaires en faveur de la forêt française – Epinal infos




3 réactions sur “Daniel Gremillet fait voter au Sénat deux mesures budgétaires en faveur de la forêt française

  1. Un lecteur attentif

    C’est une très bonne initiative, mais dans le chapitre « investir dans la forêt française », ne serait-il pas possible d’arrêter l’hémorragie dans l’effectif décroissant des agents forestiers, et ceux qui restent, ont de plus en plus de superficies à s’occuper. Ce nouveau plan de travail sera très certainement à la charge de l’ONF donc du personnel de terrain, il serait judicieux peut-être d’utiliser ces crédits pour l’embauche de personnel.

    répondre
  2. Constat....

    Ce n’est pas de l’argent qu’il faut , c’est de la connaissance et du bon sens pour cultiver adroitement la forêt. La tempête de 2000 a été le tournant de cette catastrophe aussi bien sur les cours du bois que dans le mode d’exploitation . Les déchets de tous genres ont été culture et élevage de parasites que nous connaissons bien aujourd’hui .Plus le droit de brûler , donc les parasites ne meurent plus. N’oublions pas que les températures négatives n’exterminent plus les parasites comme jadis . Vous pouvez donc donner de l’argent , embaucher plein de monde à l’ONF , ça ne changera rien !

    répondre
  3. lamisol

    L’ ONF est au bord de la faillite, le système n’est plus vivable.
    Juste quelques chiffres:
    En 2008, il y avait 10 000 agents dont 64% d’agents fonctionnaires, 30 % ouvriers forestiers et quelques contractuels et privés.
    En 10 ans (1999-2008) 2000 emplois supprimes (17%) mais une masse salariale en augmentation de 15% Dont 24% pour les agents fonctionnaires.
    De moins en moins d’ouvriers sur la terrain, la valeur des bois quasiment divisée par 10, ce ne sont pas quelques millions d’euros qui vont améliorer la situation, juste une aide ponctuelle.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.