Search
mercredi 27 oct 2021
  • :
  • :

Vosges : la CGT manifeste devant la Préfecture pour dénoncer la situation du secteur de la Santé « Il n’y a tellement pas de réserves qu’on demande aux soignants de venir travailler même malades »

image_pdfimage_print

DSC_1355

Ce jeudi après-midi, des membres de l’USD CGT Santé et Action Sociale des Vosges se sont rassemblés Place Foch à Épinal, à quelques pas de la Préfecture. Une opération qui s’inscrit dans le cadre d’une journée de mobilisation au niveau national.

Quelques dizaines de manifestants étaient présents. C’est la situation dans le milieu médical qui est au cœur des protestations, et notamment l’insuffisance du Ségur de la Santé. « La santé est malade en France », affirme Denis Gillet, secrétaire général de l’USD CGT Santé et Action Sociale des Vosges. « La situation est de plus en plus dramatique chaque semaine ». Les revendications de la CGT restent les mêmes : plus de lits et de places, plus de soignants, plus de salaires, plus de reconnaissance et de respect. « Le monde d’après (…) c’est encore pire qu’avant ». L’organisation syndicale dénonce certaines situations précises. Notamment l’appel de bénévoles dans les EHPAD. « A la Bresse à plusieurs reprises en fin d’année (…) et plus discrètement dans d’autres EHPAD, pour compenser l’absentéisme élevé et prendre en charge les résidents âgés ».

« C’est ça le monde d’aujourd’hui »

Autre point mis en avant : le fait de faire travailler des professionnels de santé atteints par la Covid-19. « C’est peut être la mesure et l’exemple le plus choquant du monde d’après qu’on nous propose », affirme Denis Gillet. « Il n’y a pas tellement pas de réserves qu’on demande aux soignants de venir travailler même malades et donc avec le risque de contaminer les collègues non infectés mais aussi des malades qui se trouvaient à l’hôpital pour d’autres pathologies que la Covid ». Côté salaire, et conditions de travail non plus, le compte n’y est pas. On évoque une « tentative de museler la contestation en proposant 183 euros ». Une somme jugée insuffisante. « Sur les 29 pays de l’OCDE, la France avant le Ségur était classée au 26ème rang », en matière de salaire dans le secteur. C’est à peine mieux aujourd’hui : « 17ème ».




8 réactions sur “Vosges : la CGT manifeste devant la Préfecture pour dénoncer la situation du secteur de la Santé

  1. Ouille.

    Cancer Généralisé du Travail.
    Une des principales causes de la déchéance de notre pays.

    Quand ce stalinien dit que les salaires dans le secteur de la santé en France sont au 17 eme rang des pays de l’OCDE, pourquoi pas…
    Il faut savoir que , grandeur et décadence, le PIB par habitant de la France n’est plus justement qu’au ……17 -ème rang de ces pays de l’OCDE ( classement 2017. Nul doute qu’entre temps nous avons du encore glisser de quelques places…)
    Donc …..

    répondre
  2. Myle

    Je fais le plus beau métier du monde : je suis aide soignante dans un service où l’on a mis le bien être du patient au cœur de nos préoccupations. Tout le monde veut toujours gagner plus mais il me semble que si déjà on a un travail où l’on se sent bien c’est l’essentiel.
    Le problème c’est que dans certains services, les EHPAD notamment, certaines personnes ont oublié l’humain et ne compte qu’en chiffres. Alors oui il y a bien un problème quand nos grands parents sont traités comme des pièces dans une chaîne de montage, quand les soignants font leur métier d’une manière qui ne ressemble pas à leur engagement. Métier dont les jeunes recrues changeront pour la plupart peut être même pour gagner moins au final !
    Le problème des soignants est uniquement qu’ils veulent pouvoir soigner dignement leurs patients avec empathie et générosité…
    Et vous comment souhaitez vous être soigné quand vous en aurez le besoin ?

    répondre
  3. Constat

    C’est bien résumé en partie Myle . Depuis que le système de santé n’est plus un service , mais une entreprise qui doit calculer pour vivre , hôpitaux , éhpad et autres , ça ne va plus . On ne doit pas gérer un hôpital comme une entreprise , à savoir que l’on ne devrait pas calculer pour apporter secours , soins et rétablissement aux patients que nous sommes tous potentiellement .Dans notre pays , nous avons dissocié les grandes branches , mais certaines ont gardé leur situation d’antan , comme la police . Même s’il y a des problème chez elle , il me semble que l’on calcule moins que dans le système de santé .Désolé , mais on ne doit pas compter pour la santé .

    répondre
  4. Cacal Vosges

    Il est certain que le travail à la chaîne ne peut s’appliquer dans le monde médical.
    Je me répète mais, il suffirait de créer des lits supplémentaires !
    Contrairement à ce que veut faire
    L’ARS pour Épinal et remiremont !
    Ça soulagerait les soignant.
    Tiens ? À Marseille on créait de nouvelles places d’hospitalisation.
    Y doit vraiment être fou ce Dr. Raoult !

    répondre
    1. Bingo

      Le grand yaca a encore frappé.
      Mettre des lits dans des chambres ce n’est pas un souci.
      Reste à former des infirmières ( 3 ans ) et des infirmières urgentistes
      ( 5 ans ).
      Nous n’auront plus ensuite qu’à augmenter les impôts et à baisser encore les retraites pour payer tout cela.
      Simple.

      répondre
  5. wicky

    La CGT est bien gentille mais il fut un temps où elle exprimait le besoin réel de ces « partisans » et des citoyens , mais actuellement elle n’ as plus de poids réel sur ces élucubrations les concernant pour que cela aboutissent à du concret Trop de laxisme et d’ irréparables actions qui ont perdurées depuis plusieurs années où ce syndicat réussissait à exaucer ses diverses réclamations! Je ne crois plus que ces structures soit opérationnelles !! De plus quand on voit ce quel s’ octroie comme indemnités pour les membres principaux de sa  » confrérie  » excusez moi Tout ceci n’ est que du pipeau comme tout le reste Un grand coup de pied dans la fourmillére , comme disait mes grands parents et des grèves âpre et dures seraient plus appropriées Nous avons perdu pas mal d’ acquis pour qui nos anciens se sont battus comme des lions Les privatisations à grand coup et coût des gouvernements ex et actuels pour lesquels nous n’ avons pas réagi sont aussi la cause de la chianli actuelle

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.